Icon Sport

Le Racing humilie Perpignan

Le Racing humilie Perpignan

Le 18/05/2019 à 16:43Mis à jour Le 18/05/2019 à 17:07

TOP 14 - Dos au mur dans sa quête du Top 6, les Racingmen n’ont pas tremblé sur la pelouse de la lanterne rouge Perpignanaise. Une victoire bonifiée nette et sans bavure (14-52).

Alors qu’il avait manqué sa dernière sortie à domicile de la phase régulière dans le derby face au Stade Français (23-27) lors de la précédente journée, le Racing Métro avait à cœur de remettre la marche avant ce week-end. Histoire de se positionner idéalement avant la dernière journée qui sera un deuxième déplacement consécutif à Agen. Face à des Perpignanais déjà au fond du sac et en Pro D2 depuis plusieurs semaines, le Racing avait l’interdiction de se prendre les pieds dans le tapis, face à une équipe Catalane qui n’avait remporté qu’un match dans son stade d’Aimé Giral avant cette rencontre en championnat.

Un Racing en mode diesel

Pourtant dans l’obligation de l’emporter, le Racing a été loin de rassurer d’entrée. Durant un premier quart d’heure soporifique pour les Franciliens, c’est Perpignan qui a pris l’ascendant dans le jeu. Mais, défensivement les Parisiens ont su répondre, ne laissant finalement aucune réelle banderille à des joueurs de l’USAP en manque de folie malgré une belle volonté. Comme souvent les Catalans ont alors été punis par les Parisiens qui ont su scorer sur leur première incursion, grâce à Louis Dupichot.

Puis, le Racing 92 a enclenché la marche avant, l’USAP a explosé en plein vol. Bien trop puissant physiquement lorsqu’il est dans un tel état, le Racing 92 a su tuer le match rapidement. D’abord grâce à un Louis Dupichot en feu qui a fait le break, puis par Dominic Bird et Simon Zebo. Au pied Maxime Machenaud a su faire abstraction des sifflets du public d’Aimé Giral pour signer un 4/4. La messe était dite, les Racingmen menant amplement (0-28). Touchés, les Perpignanais n’étaient pas coulés. Après une bonne phase à l’entrée des 22 mètres, Jean-Bernard Pujol allait à l’essai pour l’USAP, Enzo Selponi pour son dernier match sous les couleurs de Perpignan transformait (7-28). Mais pas le temps d’espérer pour les Catalans.

En effet, avant la pause, Louis Dupichot parachevait sa première période de haute volée par l’essai du triplé avant que Simon Zebo n’accentue encore l’écart. À la pause, le Racing écrasait déjà de trop tendres Catalans avec six essais à un (7-40).

Les Franciliens déroulent

Au retour des vestiaires, le match est totalement fou. Finn Russell, trop décontracté dans ses cinq mètres a perdu un ballon précieux. Perpignan en a profité pour inscrire un deuxième essai dans ce match grâce à Tristan Labouteley. Mais les Racingmen ont répondu du tac o tac avec Simon Zebo qui a su imiter Louis Dupichot pour s’offrir un triplé. Finn Russell s’est ensuite racheté en allant inscrire le huitième essai du Racing (14-52, 52). La fin de match a été un brin moins spectaculaire. Qu’importe le Racing s’est imposé amplement (14-52) avec le bonus offensif.

Déjà large vainqueur à l’aller (64-28) les Parisiens ont remis le couvert dans une journée portes ouvertes à Aimé Giral. Le Racing a idéalement négocié son premier déplacement et devra désormais confirmer lors d’un deuxième voyage consécutif, dès samedi prochain en clôture de saison régulière. Alors qu’il fait un grand pas vers la qualification, le club Francilien pourrait même désormais rêver d’une phase finale à domicile. Il faudra pour cela gagner à Agen et regarder les résultats des concurrents. De son côté Perpignan jouera un match des extrêmes en allant défier le Stade Toulousain.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0