Icon Sport

Le Racing 92 un peu plus dans l’ombre

Le Racing 92 un peu plus dans l’ombre

Le 03/11/2019 à 19:02

TOP 14 - Après une campagne 2018-2019 décevante, le Racing 92 marque le pas en ce début de saison. Le club francilien évolue désormais dans l’ombre des cadors du Top 14.

Cinq points les séparent de cette sixième place tant convoitée. Rien d’inquiétant, donc, après huit journées de Top 14. Mais les Racingmen de Laurent Travers ne s’en cachent pas, "on n’a que ce qu’on mérite…" Treizièmes avec seulement deux succès, les Ciel et Blanc semblent accuser le coup de leur fin de saison particulièrement décevante. Eliminé en barrage du championnat et en quart de finale de la Champions Cup, à domicile face au Stade toulousain, le Racing 92 ne parvient pas, pour l’instant, à trouver un second souffle.

Top 14 - Antoine Gibert (Racing 92) contre La Rochelle

Top 14 - Antoine Gibert (Racing 92) contre La RochelleIcon Sport

Dans un tel contexte, le départ de Laurent Labit prend indéniablement une dimension importante. "Au début il a fallu qu'on trouve tous nos repères y compris nous les joueurs, observe le jeune Antoine Gibert, 21 ans. C'est vrai qu'avant je parlais beaucoup avec Laurent Labit. Maintenant c'est avec Laurent Travers. Tout est fluide désormais."

" La trouille de perdre"

Le Racing 92 n’est jamais bien loin de ses adversaires au tableau d’affichage, mais aura-t-il les moyens de réellement batailler dans la course aux phases finales ? Au regard des performances actuelles du LOU ou de l’UBB, la formation du président Lorenzetti ne fait pas encore le poids face aux cadors du Top 14. Trop d’indisciplines sur certains matchs, un manque d’engagement par moment… les lacunes sont multiples. Si le club s’enorgueillit d’aligner en moyenne par feuille de match 22,62 jeunes issus de la formation française (JIFF), un mal s’est peu à peu installé dans le vestiaire : "la trouille de perdre". Une situation qui a amené Laurent Travers à retrouver un peu le terrain pour que les joueurs prennent "conscience des enjeux."

Lorenzetti perd patience…

Les enjeux, justement, sont énormes. Et Jacky Lorenzetti commence à perdre patience. Fin septembre, à l’issue de la défaite à domicile face au Lou (20-31), le président des Ciel et Blanc avait poussé un coup de gueule symptomatique dans le vestiaire avant de s’entretenir avec les cadres de l’équipe. Malgré les mauvais résultats actuels, le boss du Racing 92, comme révélé par Midi Olympique, a toutefois conforté Laurent Travers dans ses fonctions jusqu’en 2026.

Le président du Racing 92, Jacky Lorenzetti

Le président du Racing 92, Jacky LorenzettiIcon Sport

Mais une nouvelle saison sans titre fragiliserait indéniablement les ambitions des Franciliens à moyen terme. Et le rêve de sacre sur la scène européenne s’annonce pour le moins compliqué avec les Saracens, le Munster et les Ospreys au programme de la phase de poules. Mais l’urgence est ailleurs. Le 10 novembre prochain, sur la pelouse de Jean-Bouin, le Racing 92 devra éviter d’être la proie de la lanterne rouge du Top 14.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0