Icon Sport

Laveau : "En mode sauvetage de notre club"

Laveau : "En mode sauvetage de notre club"

Le 19/02/2020 à 17:35

TOP 14 – Le Castres Olympique a remporté le match de la peur contre Agen le weekend dernier mais la réception de Pau se profile déjà lors d’un autre rendez-vous crucial pour le maintien. L’ailier Martin Laveau nous propose une photographie du CO avant cette échéance.

Rugbyrama : A froid, avez-vous apprécié cette victoire bonifiée (24-43) en terres agenaises lors du match de la peur chez un concurrent pour le maintien ?

Martin Laveau : On y a réalisé une grosse performance. On n’oubliera tout de même pas vingt minutes durant lesquelles nous nous sommes fait très peur mais repartir avec les cinq points font que tout le monde était très enthousiaste en ce début de semaine aux entraînements.

En plus d’être un match contre un concurrent direct, le SUA avait pris le bonus défensif à Pierre-Fabre au match aller et il s’agissait aussi du grand retour de votre manager Mauricio Reggiardo dans son ancien club…

M.L. : (il coupe) Il y avait de l’excitation dans la semaine durant laquelle on s’était bien entraînés. Le retour de Mauricio à Armandie n’avait pas du tout été évoqué même si nous connaissions le contexte. Ce que l’on retiendra, c’est que tout le groupe s’est soudé pour préparer tous ensemble un gros match en vue de notre maintien. Et que cela a payé.

Il s’agit également de votre premier succès de la saison en déplacement en championnat. Un déclic ?

M.L. : Même si nous avions gagné à l’extérieur en Challenge, on n’avait pas ramené la moindre victoire ou le moindre bonus de nos voyages en Top 14. Je ne sais pas si cela va œuvrer tel un déclic mais cette première est survenue au bon moment.

Personnellement, vous avez aussi vécu un drôle de weekend à travers ce match.

M.L. : J’étais en effet prévu hors groupe à la base. Le samedi, on m’a annoncé que j’étais remplacement. Et le dimanche matin, Geoffrey Palis étant souffrant, je l’ai remplacé au pied levé en tant que titulaire et j’ai pu inscrire un doublé d’essai permettant le bonus offensif. Il y a une part de destin. J’étais très content de jouer et ce fut une très belle journée.

" « Le 27-0 encaissé à domicile a fait très mal »"

Les hasards du calendrier dressent Pau sur votre route après Agen pour un nouveau combat pour le maintien. Est-ce un avantage ?

M.L. : Cela ressemble à un deuxième match d’affilée de la peur pour le maintien. On va essayer de nous appuyer sur notre belle victoire à Agen afin de poursuivre la dynamique. Mais comme l’a rappelé notre capitaine, il faut s’enlever de la tête qu’en ayant battu le SUA et en mettant le maillot, le match contre la Section Paloise sera gagné. Pau est une équipe complètement différente d’Agen, très combative également malgré des résultats défavorables. Les Palois sont dans l’obligation de l’emporter à Pierre-Fabre sous peine que ça soit aussi très compliqué pour eux par la suite. Il nous faut oublier Agen pour encore se préparer à proposer une grosse performance. Et puis je suis né à Bayonne alors ça fait toujours quelque chose d’affronter des Béarnais (un sourire).

Dans ce championnat fou, vous n’êtes qu’à deux victoires (huit points) au classement des places pour la qualification. Une remontada direction les phases finales est-elle envisageable ?

M.L. : Le 27-0 encaissé à domicile contre le Racing 92 nous avait fait très mal à la tête. Depuis, le club a organisé des réunions afin que l’on s’extirpe de cette position délicate au classement qui menace notre maintien. On est donc dans un état d’esprit maintien et en mode sauvetage de notre club pour ne pas qu’il descende. On ne parle que de cela. Après, évidemment que nous joueurs souhaitons montrer que l’effectif vaut mieux que cette position en bas de tableau.

Le quart de finale européen en Challenge qui sera disputé le 4 avril prochain à Leicester représente-t-il une sorte de coin de ciel bleu au cœur de cette saison complexe ?

M.L. : Si nous faisons le boulot en enchaînant de belles performances avant cette échéance européenne, cela nous fera du bien à la tête de disputer un match de phases finales. Surtout en Angleterre chez les prestigieux Tigers. C’est toujours sympa à jouer. Mais on n’a malheureusement pas le privilège de déjà y penser avec tout ce qui nous attend en Top 14 d’ici-là.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés