Icon Sport

L’ASM ne veut pas rêver sa finale

L’ASM ne veut pas rêver sa finale

Le 11/06/2019 à 17:11Mis à jour Le 11/06/2019 à 17:19

TOP 14 - Sur l’ensemble de la phase régulière, l’ASM n’est pas favorite et cela lui va bien. Avant cette affiche, les Clermontois ne veulent pas fantasmer sur cette finale de "rêve". Mais seulement s’occuper de leur rugby.

A quelques jours d’une finale 5 étoiles face au Stade toulousain, rien ne semble perturber la routine des joueurs asémistes. Et encore moins l’engouement médiatique autour de cette dernière apothéose et des retrouvailles du Stade toulousain avec le Stade de France. Les Jaunards savent leur potentiel, ils n’ont pas rêvé, ils ont bossé pour en arriver là. "Nous n’avons pas de complexes, nous ne sommes pas inférieurs aux Toulousains malgré ce qui se dit à l’extérieur rappelait Bernard Goutta. Ce qui importe c’est nous et l’investissement mis depuis le mois de juillet par tout le groupe. Nous avons très bien gérer nos phases finales de Challenge Cup et celles de 2017 en Top 14. On va se servir de ça pour trouver la solution. "

Outsider de luxe, l’ASM est loin d’être écrasée par le poids de l’évènement. Au contraire. "La vie ne va pas s’arrêter avec cette finale mais ce serait le bon moment pour battre cette équipe que nous n’avons pas battue cette saison" expliquait Arthur Iturria en conférence de presse. Toulouse était venu nous accrocher à la maison en faisant match nul et là-bas nous avions un match sans enjeu donc forcément il y a eu beaucoup d’essais. Je doute que ce soit la même chose samedi soir mais je l’espère, ce serait bien."

Top 14 - Arthur Iturria (Clermont) contre le Stade français

Top 14 - Arthur Iturria (Clermont) contre le Stade françaisIcon Sport

Le troisième-ligne, qui arborait plusieurs points de suture au nez, témoin du combat qui régnait face au LOU ne se prend plus la tête avec le passé depuis longtemps mais il s’en sert. "On commence à avoir un peu d’expérience, avec des joueurs qui sont rodés à ces matches-là continuait le Basque. Cela joue et comme le disait Pierre Mignoni, ce sont des constructions qui prennent du temps. On gagnera d’autres finales, on en perdra aussi mais cela construit au fil du temps. Contre le LOU on ne s’est pas affolé et cela s’est bien passé même s’il faut éviter de faire le même début de match. Mais l’expérience joue beaucoup. "

" En 2017 contre Toulon, nous n’avions pas beaucoup brillé, nous avions été disciplinés et costauds en défense. Est-ce qu’il faut juste ça pour gagner une finale ? Je ne pense pas mais une bonne défense et une bonne discipline c’est important."

Si mardi matin, le staff et les joueurs n’étaient pas encore revenu sur les manques identifiés contre Lyon et notamment ces deux percées de Julien Puricelli, les Clermontois connaissaient le danger d’un tel relâchement face à Kolbe et aux autres flèches toulousaines. "Nous nous sommes pour l’instant concentrés sur notre jeu mais on connait leur ligne de trois-quarts et nous avons vu assez d’essais de Kolbe et des autres, il n’y a pas que lui analysait Iturria. En 2017 contre Toulon, nous n’avions pas beaucoup brillé, nous avions été disciplinés et costauds en défense, on a rien lâché. Alors maintenant, est-ce qu’il faut juste ça pour gagner une finale ? Je ne pense pas mais une bonne défense et une bonne discipline c’est important."

Top 14 - Cheslin Kolbe (Toulouse) contre La Rochelle

Top 14 - Cheslin Kolbe (Toulouse) contre La RochelleIcon Sport

Puissance et vitesse sont les piliers majeurs du jeu développé par l’ASM depuis quelques saisons, tout en y ajoutant le pragmatisme nécessaire, celui qui construit les succès. Un style de jeu qui n’est pas original en Europe mais qui gagne. La dernière équipe à avoir dominé le Stade toulousain n’est autre que le grand Leinster, en demi-finale de Champions Cup. Est-ce un exemple pour les Clermontois ? Bien sûr. "Il faut se servir des points vus sur ce match où Toulouse n’a pas été bon avouait Iturria. Mais ce sera difficile de faire comme le Leinster car nous n’avons pas la même équipe, pas les mêmes joueurs, pas la même philosophie de jeu… Mais il y a des petites choses à prendre. De là à s’inspirer que de ça, je ne pense pas que ce soit la solution…"

La meilleure attaque du championnat (au nombre d’essais marqués ndlr) a survolé les débats dans ce domaine mais il serait dommage de réduire l’équipe rouge et noire à ses seuls trois-quarts. Si le match retour au Stadium de Toulouse était sans enjeu (Défaite 47 à 44), il a donné des enseignements aux Clermontois dans le combat. "On connait les joueurs qu’ils ont, comme Rynhardt Elstadt qui ne fait pas dans la demie mesure, donc parfois ils se mettent à la faute mais nous aussi expliquait Arthur Iturria. Mais ils apportent tellement sur un match que ce sont des joueurs auxquels il faut faire attention. "

Le flanker sud-africain a peut-être encore été à la limite contre La Rochelle mais il a surtout été l’un des meilleurs toulousains sur la pelouse. "Leurs trois-quarts ne s’amuseraient pas s’ils avaient un pack qui recule tous les weekends recadrait Iturria. Il y a une troisième-ligne et plus globalement un pack expérimenté. Ce sera un beau combat samedi au Stade de France." Car l’ASM aussi compte plusieurs combattants dans son effectif.

Top 14 - Ruck entre Toulouse et Clermont

Top 14 - Ruck entre Toulouse et ClermontIcon Sport

"Jeu de mains, jeu de Toulousains", l’adage est bien connu mais côté auvergnat, on sait que la force des Haut-garonnais provient aussi d’un pack et d’une troisième-ligne agressifs. "Toulouse a retrouvé ses valeurs, son statut et même sa culture sur le jeu d’avants tenait à rappeler Bernard Goutta l’entraîneur des "gros". Ensuite les Toulousains ont bâti leur succès sur cette défense qui monte vite, qui presse très haut en étant très agressive. Ils se sont retrouvés sur les basiques de ce sport. Ensuite, ils ont bien sûr deux ou trois flèches derrière qui arrivent à faire la différence dans un jeu déstructuré. Cette équipe est dure à manœuvrer car elle a tellement de points forts…"

Si tout le monde parle de finale "rêvée" entre les deux plus belles équipes du Top 14, les Clermontois ne veulent pas planer et passer à côté. "Une finale de rêve, c’est quand tu la gagnes" concluait Bernard Goutta. Si tu ne la gagnes pas, ce n’est pas une finale de rêve."

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0