Icon Sport

Lapandry : "En six jours, on a inversé la dynamique qui n’était pas bonne"

Lapandry : "En six jours, on a inversé la dynamique qui n’était pas bonne"

Le 07/10/2019 à 09:57

TOP 14 - Le troisième-ligne aile clermontois a sorti un gros match contre le MHR. Comme ses coéquipiers. Après un premier bloc moyen, l’ASM vient d’enchaîner deux victoires avant d’aller à l’UBB dimanche. Et s’est enlevé un peu de pression...

Rugbyrama : Encore une fois, contre Montpellier, cela a été tendu jusqu’au bout mais la victoire est là. Elle était essentielle pour la suite ?

Alexandre Lapandry : On savait que cela allait être dur donc c’est une bonne chose de gagner face au MHR, il fallait se rattraper au Michelin après notre défaite contre Pau. Cela a été compliqué mais on le savait. Ils ne nous battent pas depuis cinq saisons ici par hasard… On a eu plus de maitrise que contre Pau, nous avons su garder le score et cela a été important.

A l’engagement, vous avez su ajouter la discipline. Plus que Montpellier… (15 pénalités sifflées contre le MHR et 7 contre l’ASM ndlr).

A. P. : Oui un peu plus, on le savait. On a été récompensés dans nos rucks et dans nos soutiens offensifs et défensifs. Montpellier repart sans point, c’est une bonne opération car on était au coude à coude. On ne pouvait pas espérer mieux.

A titre personnel, on vous a vu partout pendant quatre-vingt minutes. C’était un match de combattant ?

A. P. : Contre Montpellier si tu laisses l’initiative du jeu tu es mort. Cette équipe est très joueuse aussi donc il faut faire attention. Non seulement ils sont volumineux et costauds mais en plus ils jouent les ballons sur les largeurs. C’est une équipe assez complète et c’est une très bonne opération d’avoir gagné samedi.

Top 14 - Lapandry (Clermont) face à Montpellier

Top 14 - Lapandry (Clermont) face à MontpellierIcon Sport

Vous volez deux touches capitales à la 40e et à la 76e minute…

A. P. : C’est un peu de la chance. On la provoque mais c’est un coup du sort. Je savais que Galletier était leur sauteur principal. Je me suis mis en face de lui et cela a marché. Sur la dernière touche c’est un choix que je fais au dernier moment. Les mecs me lèvent bien. Cela ne marche pas souvent et tant mieux. Sur le dernier ballon en leur possession, cela fait du bien mais j’ai de la chance, je le tapote, cela revient dans les mains. On le travaille à l’entraînement et aujourd’hui cela paye. Il faut en profiter et savourer.

" "A nous d’aller faire un gros match à Bordeaux pour se prouver des choses à l’extérieur encore. On est plus en confiance qu’en début de saison et c’est important. "

Vous aviez à cœur collectivement de monter le niveau dans l’engagement par rapport au match contre Pau ?

A. P. : Le banc nous fait du bien. Nous avons vraiment joué à 23 et cela se ressent. Quand on est sur le terrain, on a des moments plus durs que d’autres et les remplaçants ont su impulser quand ils sont rentrés. C’était important. Les jokers, les mecs comme ça, je jouerais tout le temps avec eux car ils ont tout le temps le sourire, ils se donnent à fond alors que leur rôle n’est pas évident…

Tu viens pour trois mois, tu fais une grosse préparation physique et tu ne fais pas beaucoup de matches. Chapeau, car j’aurais du mal à le faire. Les jeunes aussi ont été présents. Quand tu vois leur entrée contre Pau et là contre Montpellier… Tu vois leur visage. C’est à nous de les mettre en confiance et tu le fais par rapport au score. Il y a cette notion de confiance qui est importante. On avait enchaîné avec une victoire au Stade français et il n’y a pas de mystère. Cela se ressent dans le jeu. Il faut positiver et rester sur cette dynamique. On a deux matches avant une pause.

Top 14 - Mike Tadjer (Clermont) avec ses coéquipiers contre Montpellier

Top 14 - Mike Tadjer (Clermont) avec ses coéquipiers contre MontpellierIcon Sport

En remportant deux matches de suite, après un premier bloc moyen, vous avez inversé la tendance ?

A. P. : En six jours on s’est rassuré et cela fait du bien. A nous d’aller faire un gros match à Bordeaux pour se prouver des choses à l’extérieur encore. Il nous reste deux matches avant la coupure et le retour des internationaux. On est plus en confiance qu’en début de saison et c’est important. En six jours, on s’est enlevé de la pression et nous avons inversé la dynamique qui n’était pas bonne. On peut aller à Bordeaux avec moins de pression et on peut se prouver quelque-chose là-bas.

A quoi attribuez-vous ce changement de cap ?

A. P. : On a pris les choses dans l’ordre. On est meilleur dans le combat, plus agressifs dans les phases statiques comme les rucks, sur notre conquête. Cela nous aide car on sait que les rucks c’est un secteur de jeu indispensable pour pouvoir enchaîner son jeu.

Ce n’est pas souvent le cas depuis le début de la saison mais là vous avez une longue semaine pour préparer un gros match contre Bordeaux dimanche soir ?

A. P. : Les Bordelais sont en confiance et le match contre le LOU n’aura pas d’incidence sur leur dynamique. On s’attend à un match ouvert, sans pression. On a une longue semaine de préparation, il faut s’en servir pour faire souffler et être prêt.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0