Icon Sport

Top 14 - L’antisèche : l’Arena est tombée de (très) haut

L’antisèche : l’Arena est tombée de (très) haut

Le 02/09/2018 à 19:07

Top 14 - Pour la première fois de leur histoire, les Racingmen ont dû baisser pavillon sur leur pelouse synthétique de l’Arena (40-17), face à des Clermontois impressionnants d’organisation et de maîtrise en ce début de saison.

Le match : une addition à quarante points !

Sans fulgurance mais tout en maîtrise, les Jaunards ont cuit à l’étouffée les ciel et blanc en les prenant à la gorge dès les premières minutes, à l’image d’une mêlée tout de suite dominatrice, d’une défense bien en place et d’une grosse possession de balle, parfaitement mise à profit par les pieds de la charnière Laidlaw-Lopez. Agressifs dans les phases de ruck et leurs montées défensives, les Clermontois n’ont finalement laissé aucun espace, et donc aucune chance aux joueurs du Racing. De quoi se construire patiemment une avance au score, portée jusqu’à 19-3 à la demi-heure de jeu, grâce à l’essai de Fofana. On crut pourtant un instant que le gros coaching du Racing, avec les entrées précipitées de Chat, Gomes Sa, Le Roux ou Sanconnie dès la mi-temps, pourraient bouleverser la donne. D’ailleurs, un coup d’envoi manqué par Lee, puis un plaquage manqué sur Chavancy suivi d’une faute de faute de ligne entre Lamerat et Fofana permettaient à Vakatawa de franchir la ligne d’en-but dès la première action de la deuxième mi-temps.

Peter Betham -  Racing 92 vs Clermont

Peter Betham - Racing 92 vs ClermontIcon Sport

Mais cette révolte ne fut finalement qu’un feu de paille, en raison de l’indiscipline de Franciliens obligés d’évoluer à 13 après les cartons jaunes de Le Roux et Gomes Sa. Une double supériorité parfaitement exploitée par les Jaunards sur l’essai en contre de Betham, puis par Penaud sur un magnifique coup de pied à suivre de Toeava. Au final, c’est une addition de quarante points que les Auvergnats ont laissé à leurs hôtes, rendue à peine plus présentable par un ultime effort de Zebo.

Le tournant : les pénaltouches manquées du Racing

C’est contre l’avis de leur staff, aux 36e et 38e minutes, que les Racingmen choisirent de botter en touche deux pénalités offertes par M. Raynal, afin de recoller au maximum au score avant le repos. Deux initiatives qui firent long feu… D’abord parce qu’Arthur Iturria se permit d’intercepter le lancer d’Ole Avei sur la première tentative. Ensuite parce que Sébastien Vahaamahina, toujours au cœur du combat, parvint à contester le ballon au sol au nez et à la barbe du pack adverse. Deux occasions avortées qui sonnèrent pratiquement le glas des espoirs franciliens, obligés de remonter 16 points en deuxième mi-temps.

Lauret Wenceslas (Racing)  -  Racing 92 vs Clermont

Lauret Wenceslas (Racing) - Racing 92 vs ClermontIcon Sport

L’action : le coup de patte de Lopez

Certes, M. Raynal avait tendu le bras pour signaler un avantage après une mêlée à cinq mètres écroulées, ce qui pouvait permettre certaines prises de risque. N’empêche : c’est un geste de grande classe que réalisa Camille Lopez à la 32e minute, lorsque l’ouvreur clermontois d’un petit extérieur du pied gauche le ballon dans une zone déserte de la défense francilienn, juste dans le dos des centres. Un coup de patte dont profita à merveille Wesley Fofana, le plus prompt pour se jeter sur le ballon et marquer. Le genre d’action qui ne mange évidemment pas de pain, sous les yeux du sélectionneur Jacques Brunel…

Le joueur : Iturria, reconversion gagnante

Déjà utilisé par intermittences comme flanker ces dernières années, Arthur Iturria avait encore été testé à ce poste par Franck Azéma lors des matchs de pré-saison face au Canada, avec une idée manifeste derrière la tête. Celle de faire à plus long terme du deuxième ligne international le troisième ligne "côté fermé" dont le profil semblait manquer à son équipe en début de saison ? C’est ce qu’il semblerait, oui… Et le fait est qu’Iturria n’a fait que confirmer les attentes placées en lui. Au four et au moulin toute la partie, le Basque a fait valoir aux quatre coins du terrain son extraordinaire volume de jeu, son double mètre gênant en outre considérablement l’alignement francilien (deux pénaltouches volées). De quoi donner des idées à Jacques Brunel, présent en tribunes, en vue des tests de novembre ? Allez savoir...

La question : quelle mouche a donc piqué Le Roux ?

Nul ne le sait. Toujours est-il que c’est après un coup de sifflet de M. Raynal, alors que Wesley Fofana était maintenu en l’air par Juan Imhoff, que le troisième ligne du Racing 92 eut la mauvaise idée de retourner le centre de Clermont, en le faisant retomber sur le dos. Après arbitrage vidéo, la sanction de M. Raynal était aussi implacable que logique : carton jaune pour Le Roux. Et cela au plus mauvais moment de la partie, pile autour de l’heure de jeu, alors que le Racing ne pointait plus qu’à douze points et pouvait encore rêver d’une improbable remontada… Perspective rendue impossible par l’infériorité numérique des ciel et blanc, Clermont en profitant pour se reconstruire une confortable avance et gérer tranquillement sa fin de match.

Contenus sponsorisés
0
0