Icon Sport

L’antisèche : Castres remporte la bataille tactique

L’antisèche : Castres remporte la bataille tactique
Par Rugbyrama

Le 13/04/2019 à 18:06Mis à jour Le 13/04/2019 à 18:10

TOP 14 - Dans ce match déterminant en vue des phases finales, le Castres Olympique a prouvé qu’il fallait une fois de plus compter sur lui. Les partenaires de Mathieu Babillot ont réalisé le match parfait à l’extérieur en s’appuyant sur un jeu au pied d’occupation astucieux et une sérénité à toute épreuve (12-16).

Le match

Dans une atmosphère de phases finales sur la pelouse de Chaban Delmas, la première mi-temps s’est résumée à un duel d’occupation entre les deux équipes. Les deux buteurs ont meublé le score, Serin par deux fois (4e et 42e) et Urdapilleta (25e) qui venait sanctionner le troisième ligne bordelais Diaby pour une faute au sol. L’UBB menait 6-3 à la pause. Au retour des vestiaires, le chassé-croisé continuait entre les deux buteurs avec une pénalité de part et d’autre. Par la suite, les Castrais ont légèrement pris l’ascendant et ont été récompensés par un essai de Marc-Antoine Railler (53e).

Le demi de mêlée tarnais Rory Kockott donnait un peu plus de relief au succès des siens grâce à une pénalité de 55m (61e). En fin de partie, Mathieu Jalibert réduisait le score et offrait un point de bonus défensif mérité aux Girondins sur pénalité (70e). Le Castres Olympique s’impose 16-12 et prend cinq points d’avance sur son adversaire du jour.

Le fait du match : les Castrais ne se sont jamais affolés

Après un déboulé d’Anthony Jelonch sur le côté gauche, le ballon fût prolongé au pied par Armand Battle avant que David Smith n’aplatisse dans l’en-but adverse, au nez et à la barbe de Semi Radradra. Il n’en sera rien pour l’arbitre de la rencontre M. Cayre qui refusait l’essai, considérant que le trois-quarts centre bordelais avait aplati en même temps que le David Smith. Mais dans la foulée, les Castrais ne se sont pas affolés et c’est le talonneur Marc-Antoine Railler qui s’écroulait derrière la ligne après un gros travail du pack tarnais. Un jeu frontal qui a porté ses fruits pour les guerriers castrais. Appliqués dans l’occupation du terrain, pugnaces dans les instants clés de la rencontre, le CO n’a jamais été en difficulté cet après-midi.

Les meilleurs : Paiva XXL, Kockott parfait gestionnaire

Le pilier bordelais Thierry Paiva a réalisé une rencontre de haut niveau sous les yeux de son futur manager, Christophe Urios. Très disponible dans le jeu, il s’est surtout distingué par sa solide performance en mêlée fermée ou il aura mis au supplice à plusieurs reprises son adversaire direct. Le troisième ligne Afa Amosa est également à mettre à l’honneur. Très actif dans le jeu courant, sa puissance a permis à l’UBB de créer des brèches.

Côté Castrais, comment ne pas évoquer le match de Rory Kockott. Le demi de mêlée international a récité sa partition. Précis, leader et pénible (comme à son habitude), il a parfaitement mené sa barque et temporisé le jeu de son équipe. L’arrière du CO Geoffrey Palis a aussi réalisé une belle partie, souvent dans l’avancée et sur sous les ballons hauts.

Les tweets

La stat'

36. C’est le nombre de jeux au pied distillés lors de la première mi-temps. 17 pour Bordeaux, 19 pour Castres. Les deux formations se sont livrées à un interminable duel d’occupation lors de ce premier acte, sans prendre le moindre risque. L’enjeu était grand, surtout pour les Bordelais qui avaient la possibilité de repasser devant le CO en cas de victoire. A ce jeu de gagne terrain, c’est Castres qui s’en est le mieux tiré avec l’aide de sa charnière qui a livré une belle prestation dans ce secteur-là.

La décla’

" On se devrait de laver l’affront du match aller ou on avait pris trente points à domicile"

Le deuxième ligne du Castres Olympique Loic Jacquet paraissait soulagé à l’issue de la victoire de son équipe à Chaban Delmas. Le revers à l’aller était encore dans toutes les têtes côté castrais. Un revers qui faisait tâche pour le CO tant les Bordelais les avaient bousculés dans leur antre. Un motif de motivation supplémentaire s’il en fallait un pour les hommes de Christophe Urios. Une chose est sûre, ils se sont rattrapés de la plus belle des manières en signant une victoire ô combien importante dans la course aux phases finales.

La question

Les Castrais pratiquent un jeu simple et efficace. Ils s’appuyent sur une défense très agressive en bords de rucks, notamment impulsée par leur demi de mêlée Rory Kockott. Le jeu au pied apparait également comme une des armes principales de la stratégie castraise faite d’occupation. Un minimum de risque pour un maximum de rendement, voilà le crédo tarnais. Et si cette philosophie n’était pas la recette du succès dans des matches couperet de phases finales ? Une nouvelle fois, le CO apparait comme un sérieux candidat au bouclier de Brennus.

Le CO peut-il réaliser un doublé inédit avec une philosophie de jeu plutôt restrictive ?

Sondage
2705 vote(s)
Oui
Non

Par Thomas Saint-Antonin

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0