Midi Olympique

Top 14 - La Section veut se refaire une santé

La Section veut se refaire une santé

Le 15/02/2019 à 09:13

TOP 14 - À la conquête d'un troisième succès d'affilée, la Section Paloise espère oublier ses vieux démons pour repartir de l'avant. Autant prendre du plaisir sur le terrain puisqu'elle est désormais condamnée à évoluer dans le ventre mou du classement.

En s'imposant avant la trêve à Perpignan, la Section s'est offert une bouffée d'oxygène. Bien qu'attendus de pied ferme, les Palois ne voulaient surtout pas qu'on les montre du doigt en étant les premiers à s'incliner en terre Catalane. Voilà donc les Vert et Blanc 10ème au classement, à hauteur de Toulon avec 28 points et devant Grenoble, Agen et Perpignan. Comme disait Aimé Jacquet "la vie est faite de cycles", aussi, la Section a-t-elle enfin tourné la page des six défaites successives enregistrées fin 2018 et ouvert un nouveau chapitre ? Beaucoup de supporters l'espèrent, même si depuis le début de cette saison les hommes de Simon Mannix n'ont jamais été en mesure d'aligner plus de deux succès consécutifs.

Quentin Lespiaucq, invité cette semaine de l'émission des sports sur France Bleu Béarn affichait un certain optimisme. "Désormais, on veut passer à autre chose, insistait-il. On a envie de bien faire en termes de qualité de jeu et de gagner à domicile afin de transformer le Hameau en une citadelle imprenable. Ça nous impose de réaliser un gros match samedi contre Castres. Ce sera aussi une façon de faire plaisir au public dont le soutien est nécessaire. Or, ce dernier boude quelque peu le stade compte tenu de nos prestations. J'espère que nous parviendrons à le faire revenir au Hameau."

Lespiaucq, Gaudignon, deux meneurs à la manœuvre

De retour de blessure contre Bordeaux-Bègles début janvier, le jeune talonneur de 23 ans, promis à un bel avenir, a redonné de l'enthousiasme et de la vitalité à un pack d'avants en manque de dynamisme. Opéré des adducteurs après la venue de Toulon, en septembre, Lespiaucq a travaillé fort pendant quatre mois pour revenir à son meilleur niveau. Cet épisode est désormais à ranger au rayon des mauvais souvenirs. "J'ai eu de l'appréhension à mon retour d'autant que je n'avais jamais eu de blessure musculaire, révèle-t-il. Désormais tout est rentré dans l'ordre. Avec mes coéquipiers nous tenons à repartir de l'avant et nous avons ciblé nos trois prochaines rencontres comme autant de victoires possibles. On a les moyens de le faire à condition de pratiquer le rugby que l'on sait jouer."

Top 14 - Quentin Lespiaucq (Pau) contre Bordeaux

Top 14 - Quentin Lespiaucq (Pau) contre BordeauxMidi Olympique

Au-delà du retour de Lespiaucq, l'arrivée de Nicolas Gaudignon en tant qu'entraîneur des avants a apporté un nouveau souffle. Ce dernier, qui n'avait bénéficié que de peu de temps pour préparer le déplacement à Perpignan, a, depuis, commencé à imprimer son empreinte. "J'ai une sensibilité pour le rugby de combat, rappelait-il à sa prise de fonction. Un rugby de combat qui n'est pas incompatible avec le jeu car je suis par ailleurs amoureux du jeu. Mon expérience, je l'apporte dans les phases d’affrontement ainsi qu'en mêlée par du travail sur la cohésion, les détails, la confiance et l'état d'esprit."

Se conforter dans le ventre mou

La venue de Castres, champion de France, samedi à 18h, au Hameau, constitue un bon test d'autant que la Section avait subi un cuisant revers dans le Tarn (37 à 10). Plutôt rassurés par rapport au maintien, mais loin du top 6, les Palois sont condamnés à achever leur parcours dans le ventre mou du classement. Une saison loin des ambitions affichées, la première sous l'ère Mannix où les Vert et Blanc ne connaîtront pas de progression et durant laquelle ils auront même régressé. Le défi à relever face à Castres, ce week-end, se révèle intéressant d'autant que les visiteurs livrent, depuis plusieurs semaines, des prestations en dents de scie.

L'annonce du départ de leur entraîneur vers d'autres cieux la saison prochaine n'est sans doute pas étrangère à ce phénomène. "Méfions-nous tout de même, car Castres c'est costaud, prévient Nicolas Gaudignon. C'est une équipe difficile à manœuvrer capable de nous poser des problèmes dans tous les secteurs." Côté Palois, une victoire permettrait de s'éloigner de la zone rouge en attendant de recevoir Agen et Grenoble. "Dans notre position on ne peut qu'essayer de conforter notre place dans le ventre mou, poursuit l'entraîneur des avants. Après deux semaines de vacances, nous sommes frais dans les têtes et dans les jambes. Jouons les matchs et, en avançant, nous verrons bien où nous en serons. La victoire nous permettrait au moins de travailler dans la sérénité." Les supporters l'ont bien compris, ils devront attendre un nouvel exercice pour vibrer auprès de leur équipe.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0