Icon Sport

La Rochelle, une ambiance de copains

La Rochelle, une ambiance de copains

Le 06/06/2019 à 12:00Mis à jour Le 06/06/2019 à 12:05

TOP 14 - Les Charentais-Maritimes s’appuient sur un état d’esprit fort et une adhésion à long terme au projet du club. La solidarité n’est pas étrangère aux très bons résultats sportifs. Mieux, elle leur permet parfois de tenir sous pression.

"Nous avons une sacrée ambiance de groupe. Tout le monde s’entend très bien, vit ensemble. On se déchire à l’entraînement et en match, l’état d’esprit est énorme.” Au-delà de beaucoup de facteurs, Arthur Retière retient l’ambiance du groupe rochelais quand on lui demande ce qui marche le mieux dans son club. Qualifiés pour les demi-finales, samedi à Bordeaux contre Toulouse, les Rochelais affichent un bel état d’esprit, celui d’une bande de joueurs et de copains solidaires.

Top 14 - Arthur Retière (La Rochelle) contre le Racing 92

Top 14 - Arthur Retière (La Rochelle) contre le Racing 92Icon Sport

Observateur de l’évolution de La Rochelle depuis trois ans où joue son fils Arthur, le DTN Didier Retière corrobore ce point de vue. “Il y a une ambiance de copains, une belle dynamique de groupe. C’est aussi intéressant de voir que ce n’est pas un groupe cloisonné. Arthur est proche des joueurs de son aĝe mais aussi de Dany Priso, Uini Atonio ou Romain Sazy. Ils se soutiennent tous”, affirme ainsi Didier Retière.

Au Racing 92, comme de nombreuses fois cette saison, les Charentais-Maritimes ont tenu leur ligne, ont été solidaires défensivement. Le capitaine Romain Sazy n’a pas manqué de le relever dans l’après-match face aux micros. “On a fait beaucoup d'efforts devant notre ligne, ça représente vraiment notre groupe, soulignait-il. On s'est battus pour le copain. C'est ça le rugby ! ” Cette recette fonctionne depuis de nombreux mois. Ce fut l’une des bases du premier succès à l’extérieur de la saison, à Toulon, fin octobre.

L’harmonie règne

Ce ciment collectif, il trouve sa source dans la constance. L’effectif du Stade rochelais, ce sont des joueurs engagés dans la durée, à horizon 2021 ou 2022 pour la grande majorité des cas. Cet engagement, il se retrouve forcément dans l’adhésion au projet sportif. Le groupe tire dans le même sens. “Tout le monde est au même niveau et nous faisons tout ensemble, confirme Arthur Retière. C’est plutôt pas mal. Aussi, tout le monde s’entend avec tout le monde. On essaie de faire au mieux et de garder un état d’esprit en dehors comme sur le terrain pour gagner des matchs.” Au sein du groupe, la communication entre capitaine, vice-capitaines et leaders reconnus des avants et arrières est aussi une force pour la vie collective.

Cet état d’esprit rochelais a aussi ses garants. On pense bien sûr aux anciens dont Romain Sazy et Zeno Kieft. Ils veillent au grain. “Romain, il est toujours là, admire Vincent Rattez. Les saisons passent mais lui, il enchaîne. Pour l’anecdote, je me souviens d’une saison de Pro D2 avec Narbonne où j’étais venu jouer à La Rochelle. Il m’avait mis un coup de coude dans la gorge dans un ruck. Il est au four et au moulin (sourire).” Par son vécu, Romain Sazy, qui fêtera une décennie en Jaune et Noir la saison prochaine, entretient la flamme rochelaise. “Nous avons un système d’amendes entre joueurs qui nous permet de financer les repas d’équipe, raconte encore Rattez. C’est aussi lui qui s’en charge, on aime bien l’appeler le Shérif à ce titre (sourire).” Lui et ses partenaires ont une nouvelle page du club à écrire ce week-end. Le bon côté de leur état d’esprit, c’est que les Rochelais mesurent tous l’importance du rendez-vous bordelais.

Contenus sponsorisés