Icon Sport

La Rochelle, les honneurs en bandoulière

La Rochelle, les honneurs en bandoulière

Le 22/06/2019 à 09:16Mis à jour Le 22/06/2019 à 11:00

BILAN TOP 14 - Demi-finaliste de Top 14 pour la seconde fois de son histoire, et finaliste de Challenge Cup, La Rochelle a terminé la saison sans trophée mais pas sans honneurs. Retour sur un exercice sportif qui a marqué le club maritime.

Les moments forts : les phases finales de Challenge Cup

Il y avait du soleil, la possibilité de recevoir en demi-finale, et en plus les gens étaient très contents.” Pour Vincent Rattez, le quart de finale de Challenge Cup contre Bristol (39-15), le 31 mars à Marcel-Deflandre, restera comme un moment fort de la saison. Avec la demi-finale remportée à la maison contre Sale (24-20), puis la finale (perdue) à Newcastle contre Clermont (36-16), c’est l’ensemble de la phase finale de la compétition européenne qui a animé le printemps rochelais. Un printemps historique avec la première qualification du club à un tel niveau. Le directeur sportif Jono Gibbes ne distingue pas un match de cette phase finale plus qu’un autre. “C’était trois matchs différents, avec aussi des mises en place différentes pour chaque match. Mais dans chacun, il y a eu des moments positifs”, note le Néo-Zélandais.

Challenge Cup - La joie des joueurs de La Rochelle après la victoire contre les Sale Sharks en demi-finale

Challenge Cup - La joie des joueurs de La Rochelle après la victoire contre les Sale Sharks en demi-finaleIcon Sport

Le moment difficile : la défaite à domicile contre Paris

La Rochelle a encore connu une fin d’hiver difficile, marquée par une série de cinq défaites. Des joueurs cadres, notamment en première ligne (Atonio, Bourgarit, Priso), retenus pour les 6 Nations ainsi que des blessures n’ont pas facilité les matchs lors de cette période. Mais plus que tout, c’est la défaite à domicile contre Paris (14-27), lors de la 17e journée, dont se souvient Jono Gibbes. La première des deux de la saison, avec celle de Toulouse (19-22), fin mars. “La défaite contre le Stade Français à Deflandre, c’était difficile, se rappelle-t-il. Nous avions fini le bloc de janvier sur une victoire bien méritée contre Montpellier (27-25). Nous arrivions aux vacances avec un bon niveau d’énergie et d’enthousiasme dans le groupe. On démarre bien contre Grenoble à l’extérieur (victoire 21-28, avec le bonus offensif) et on perd un match à Deflandre ! Le Stade Français était plus affamé que nous. Deflandre, c’est insupportable (d’y perdre). C’était une vraie déception pour tout le groupe. Les Parisiens avaient plus d’envie que nous ce jour-là.”

Top 14 - Piet Van Zyl (Stade Francais) célèbre son essai sous les yeux de Vincent Rattez

Top 14 - Piet Van Zyl (Stade Francais) célèbre son essai sous les yeux de Vincent RattezIcon Sport

Le tournant : la victoire à Toulon

S’il y a un match qui a compté pour la suite de la saison, au moment d’en dresser le bilan, c’est sans doute la première victoire à l’extérieur en Top 14, à Toulon (9-13) lors de la 8e journée. Pour le symbole (chez Patrice Collazo, on le sait) et le visage affiché ce jour-là. Le groupe ne se surprenait pas mais affirmait son caractère, et sa solidarité défensive. Jono Gibbes n’était pas encore arrivé en France mais il avait suivi la rencontre depuis la Nouvelle-Zélande. En novembre et encore récemment, il a évoqué ce match et souligné qu’il avait apprécié le caractère de l’équipe pour l’emporter. Toulon, c’était aussi un redressement collectif par rapport aux trois premières prestations manquées à l’extérieur, notamment avec des débuts de matchs poussifs.

Les joueurs clés : Grégory Alldritt et Wiaan Liebenberg

Aux yeux des suiveurs de La Rochelle, les révélations de la saison concernent la troisième ligne, avec Grégory Alldritt et Wiaan Liebenberg. Le premier a rejoint les Bleus en début d’année puis d’éclabousser le Tournoi des 6 Nations lors de ses entrées en jeu, marquant notamment deux essais contre l’Ecosse. En club (23 titularisations en 26 matchs), il aura alterné flanker et troisième ligne centre, avec une utilité prononcée à ce poste. Attention, il n’est pas à considérer comme une doublure de Victor Vito, alors que ce dernier était absent en fin de saison (épaule).

Top 14 - Gregory Alldritt (La Rochelle)

Top 14 - Gregory Alldritt (La Rochelle)Icon Sport

Non, il est un titulaire indiscutable. Tout comme l’est devenu le flanker sud-africain Wiaan Liebenberg (19 titularisations en 21 matchs), prolongé jusqu’en 2022 après être arrivé en décembre comme joker médical de Montpellier. “Machine à plaquages” pour Jono Gibbes, Liebenberg s’est parfaitement intégré dans le groupe et plus largement dans le club où il reconnaît comme un honneur le fait d’évoluer dans un stade Deflandre à l’ambiance qu’on ne présente plus.

La stat’ : 37

Comme le nombre de matchs disputés cette saison par La Rochelle, toutes compétitions confondues, un record sous l’ère professionnelle. Forcément, certains ont énormément joué. Comme jamais auparavant. Le deuxième ligne Romain Sazy (34 feuilles de match, et 2291 minutes disputées) ainsi que l’ouvreur Ihaia West (32 matchs et 2272 minutes) garderont de cette saison des statistiques folles. “Il faut se rendre compte que Ihaia a joué plus de 2000 minutes sans se blesser !”, loue d’ailleurs Jono Gibbes. La Rochelle aura utilisé 50 joueurs durant la phase régulière de Top 14.

Top 14 - Ihaia West (La Rochelle) contre le Racing 92

Top 14 - Ihaia West (La Rochelle) contre le Racing 92Icon Sport

Contenus sponsorisés