Icon Sport

Top 14 - La Rochelle : Geoffrey Doumayrou lancé vers 2019

La Rochelle : Doumayrou lancé vers 2019

Le 05/09/2018 à 13:16

TOP 14 - Geoffrey Doumayrou a retrouvé les terrains de Top 14, samedi, à Montpellier. Le centre international de La Rochelle (6 sélections) est lancé dans la saison avec son club mais aussi avec les Bleus dans la perspective du Mondial 2019. Une double vie qui le réjouit mais dont il mesure aussi toute l’exigence.

Un lieu loin d’être anodin pour une reprise. Titulaire samedi à Montpellier, le centre international de La Rochelle, Geoffrey Doumayrou, a foulé pour la première fois de la saison les terrains du championnat dans un stade qui évoquait pour lui beaucoup de souvenirs, celui d’un club où il a été formé après des débuts à quelques kilomètres de là, au Pic Saint-Loup. Revenir à Montpellier (“c’est particulier, je ne sais pas l’expliquer”, dit-il) ne lui a pour autant laissé le temps d’être nostalgique. Au GGL Stadium, le MHR n’a pas fait de cadeaux à des Rochelais vaincus 36 à 14, après une première mi-temps à oublier et sans aucun doute à ne pas rééditer samedi à Toulouse.

" Ça va être une année un peu particulière, c’est très excitant"

S’impliquer deux fois plus

Pour Geoffrey Doumayrou, tout comme les trois autres Rochelais inscrits sur la liste XV de France (Uini Atonio, Kevin Gourdon et Dany Priso), Montpellier marquait l’étape du retour à la compétition en club, après la tournée de juin en Nouvelle-Zélande. Fin juillet, la reprise de l’entraînement fut délicate pour l’Héraultais, gêné par une pubalgie. “Il faut rattraper le retard pris dans la préparation, dit-il. C’est important vu les échéances qu’il y a avec le club et la sélection. Je suis obligé de m’impliquer deux fois plus et de mettre l’accent sur la préparation physique à court terme et de regarder sur du plus long terme. Ça va être une année un peu particulière, c’est très excitant.”

Top 14 - Geoffrey Doumayrou (France) contre l'Afrique du Sud

Top 14 - Geoffrey Doumayrou (France) contre l'Afrique du SudIcon Sport

Dans le viseur du centre, dont la carrière internationale a démarré avec la tournée d’automne de l’an passé, il y a bien évidemment le Mondial au Japon l’an prochain. Un projet qui le fait rêver mais dont il mesure aussi dès à présent l’exigence. "Ce qui est prenant, c’est de ne jamais avoir de week-end, de moments plus cools on va dire. Pour nous, la pression ainsi que la concentration ne sont pas les mêmes (que pour les autres joueurs du club, ndlr) parce que nous allons vers un nouveau système (avec l’équipe de France, ndlr) où il faut tout réapprendre.” En ce sens, Geoffrey Doumayrou comprend le choix du staff rochelais d’avoir désigné Victor Vito capitaine et non pas le pilier Uini Atonio, concerné lui aussi par le double-projet club-équipe de France. “Concernant le capitanat, je conçois totalement que ce soit une personne qui est totalement investie avec le club, 365 jours par an. Ca me parait tout à fait normal”, souligne-t-il.

" Lourd mentalement"

Si jouer sur deux tableaux n’est pas de tout repos, il a conscience de l’opportunité qui se présente. “C’est lourd mentalement des saisons comme ça, mais c’est super bien. Tu ne peux pas dire que ce soit une corvée mais tu es tout le temps dans le jus. C’est quand même assez fatiguant. Il faut profiter des périodes qu’on nous accorde pour se reposer autant mentalement que physiquement.”

Le pré, le ballon, les copains, ça manquait aux quatre Rochelais de la liste XV de France. Depuis la semaine dernière, ils ont retrouvé les entraînements habituels avec le groupe. “On était impatient de faire des entraînements rugby. Certes, on faisait de la préparation mais c’était à l’écart”, termine Geoffrey Doumayrou.

Contenus sponsorisés
0
0