Icon Sport

La révolte des irréductibles brivistes

La révolte des irréductibles brivistes

Le 04/03/2020 à 15:25Mis à jour Le 04/03/2020 à 15:31

TOP 14 - Battu sèchement à domicile par Agen il y a deux semaines (16-30), Brive aurait pu voir se rapprocher le fond du classement… Pourtant une fois encore, les Corréziens ont fait preuve de ressources pour venir à bout de Lyon (30-16), deuxième du classement, le week-end dernier. À 9 matchs du terme de la saison régulière, le CAB est plus que jamais lancé dans le match pour le maintien.

Une victoire majuscule… et pourtant impérative !

Dans un week-end où tous les clubs de la deuxième moitié du classement ont pris des points, Brive n’avait pas d’autre choix que de l’emporter face à l’ogre lyonnais, sous peine de voir la place de barragiste se rapprocher. Au cœur d’une vive lutte pour le maintien, on peut légitimement se demander si le Top 14 compte encore des petits clubs ? Ancien joueur du CAB, Simon Azoulai partage cette conviction : "C’est vrai qu’en termes de budget ou de structure, il existe encore un certain écart entre les meilleurs clubs et les plus petits. Mais sur le terrain, on assiste à une lutte à tous les étages, et les soi-disant petits réussissent à prendre des points contre toutes les équipes, à domicile comme à l’extérieur. Dès-lors, tout le monde s’accroche pour suivre le rythme, et joue tous les matchs à fond !"

Déjà vainqueur de Clermont, Toulouse, Toulon ou encore le leader bordeaux-Bègles dans son antre d’Amédée-Domenech, Brive sait qu’il peut lui aussi rivaliser avec les meilleurs sur un match…

Ne pas oublier de remporter les matchs de "son" championnat

Pourtant, avec un tel tableau de chasse, les coéquipiers du buteur Thomas Laranjeira ne compte qu’un maigre avantage au classement sur ses poursuivants. La faute à des résultats moins réguliers face aux prétendus "petits" du championnat : "C’est vrai qu’on a perdu à Pau et Agen en tout début de saison, alors qu’on n’était peut-être pas prêts à 100%. La défaite face à Agen il y a deux semaines peut aussi laisser penser cela, mais on a tout de même su aller prendre des points à Bayonne (match nul 6-6) et on était bien proche de l’emporter à Castres, avant de trouver les ressources pour battre Pau et le Stade-Français à domicile. Je pense qu’il peut y avoir une petite pression supplémentaire lors de ces oppositions directes pour le maintien, mais nous avons les arguments pour sortir notre épingle du jeu !"

À quelques jours d’un déplacement au Stade-Français qui pourrait être crucial, Brive doit aussi faire en sorte de prendre plus de points loin de son antre d’Amédée-Domenech pour continuer d’évoluer dans des eaux plus calmes.

Une grosse défense, un buteur et le salut par le jeu

Et pour réussir son opération maintien, Brive a de solides arguments à faire valoir cette saison aux yeux de son manager irlandais, Jeremy Davidson : "On s’appuie sur une défense solide, qui sait se montrer disciplinée et une conquête efficace, mais on a aussi fait évoluer notre jeu vers plus de mouvements. L’équipe est jeune et progresse de match en match et on peut compter sur un buteur sans faille pour concrétiser nos opportunités. Avec ses qualités, on peut jouer chaque match avec l’ambition de prendre des points et plus seulement à domicile…"

Même une importante série de blessures ne semblent pas perturber la sérénité des Coujoux, au moment de rentrer dans l’intense sprint final de la saison pour Simon Azoulai : "Malgré un budget moindre, le club a su réaliser un recrutement intelligent et complété par la qualité du centre de formation. Jeremy Davidson et Jean-Baptiste Péjoine on fait évoluer le jeu et l’ensemble du groupe se l’est approprié. Avec un bon amalgame entre les joueurs d’expérience et les jeunes, cette équipe a des qualités à faire valoir pour réussir à se maintenir dans l’élite"

Après une grosse réaction face à Lyon, Brive s’avance vers un break de deux semaines en Top 14. L’occasion de se ressourcer un peu et de travailler dans la sérénité, mais le risque aussi de perdre le rythme, dans un championnat plus morcelé que jamais. De la faculté à reprendre sa marche en avant à la reprise, Brive a l’expérience des joutes pour le maintien, afin de savoir que c’est à la toute fin de la saison que les comptes seront faits.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés