Icon Sport

La force collective du LOU a encore frappé

La force collective du LOU a encore frappé

Le 01/06/2019 à 22:12Mis à jour Le 01/06/2019 à 22:15

TOP 14 - Après leur qualification pour la seconde année consécutive en demi-finale du Top 14, les Lyonnais avaient surtout la sensation d’avoir réalisé une grosse performance qui confirme les progrès d’un collectif, présenté comme leur principale arme.

"Si on est moyen chaque année, je signe de suite", ironisait Pierre Mignoni après ce barrage, insistant sur le fait que son "équipe moyenne se qualifie en étant troisième et refait une demi-finale." Voilà une forme de réponse indirecte aux propos de Sébastien Chabal chez nos confrères de Canal+ qui disait du LOU que c’était une équipe "homogène avec un très bon niveau moyen mais qui n’a pas vraiment de grosse qualité, et pas ce petit truc en plus." Des paroles comme une forme de motivation supplémentaire au sein d’un collectif qui a su se faire violence pour renverser une situation mal embarquée.

Top 14 - Olivier Ginon et Pierre Mignoni (Lyon)

Top 14 - Olivier Ginon et Pierre Mignoni (Lyon)Icon Sport

De cette entame mal négociée après l’essai d’Aaron Cruden à la suite d’un contre sur Charlie Ngatai à la 4e minute, Pierre Mignoni plaisante encore. "Il peut se faire contrer encore, on lui pardonnera tout. Il a été un joueur déterminant de notre effectif", explique son entraineur qui n’aime pourtant pas ressortir des individualités. Surtout, le coach constate que son équipe a eu du mal à mettre la main sur la partie avant de rectifier le tir avec son banc.

"À partir de ce contre, on a un peu plongé et j’ai le sentiment que les joueurs ont eu une certaine fragilité. C’était important de bien finir en revenant à deux points à la fin de la première période. En seconde, on s’est dit deux ou trois trucs pour remettre la main car on n’arrivait pas à imposer notre jeu et mettre notre rythme. On a demandé à Baptiste Couilloud de dynamiser un peu plus et il a pris des initiatives importantes qui débloquent des situations."

" Il est important de savourer ce que l’on a réalisé depuis mi-août"

D’un bout à l’autre, Ngatai a ensuite débloqué la situation dans un final à suspens et une fois de plus, "j’ai le sentiment que mon équipe progresse et c’est ça qui me plait. On sait que notre point fort est le collectif. Refaire une demi-finale, ce n’est pas un aboutissement car on n’a rien gagné mais c’est très bien pour ce club. Il y a un engouement mais on a encore besoin de se construire une identité, on y travaille mais on n’est pas encore arrivé." Les images de joie entre les joueurs et leur public, sur une pelouse du Matmut Stadium Gerland envahie, témoignent quand même d’une certaine émulation qui prend, petit à petit.

Voilà qui fait dire au capitaine Julien Puricelli encore marqué physiquement par la fatigue de ce duel sous une chaleur accablante, "il est important de savourer ce que l’on a réalisé depuis mi-aout", avant d’insister sur le fait que ce succès face à Montpellier n’est en aucun cas un aboutissement. "L’an dernier, j’aurais dit super d’en être là car on n’avait que deux ans d’expérience en Top 14. Cette année, on a ce vécu de l’année dernière. Maintenant, si près du but…. La saison ne s’arrête pas aujourd’hui. On ne va pas oublier que l’on a un match dimanche !" Clermont se présente désormais sur la route des Gones, en demi-finale.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0