Icon Sport

L'UBB en boulet de canon

L'UBB en boulet de canon

Le 19/09/2019 à 13:29

TOP 14 - Quatre victoires, deux bonus offensifs, l'Union Bordeaux-Bègles a réussi un début de saison quasi-parfait. L'arrivée d'un nouveau staff, un recrutement judicieux et un effectif complémentaire expliquent ce départ inédit du club girondin.

Quel festival ! Chaban-Delmas se souviendra longtemps de ce UBB-Stade Français de folie. L'essai de Lasha Tabidze après une percée majeure de Nans Ducuing et celui de Yann Lesgourgues après deux chisteras démontrent combien l'équipe bordelaise à changer en 6 mois. L'UBB version Christophe Urios carbure au super depuis de début du top 14, marquant les esprits des amateurs du beau jeu. Comment l'équipe girondine a t'elle pu passer de 80 points encaissés à La Rochelle à ces 4 matchs victorieux ? Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette transformation.

Christophe Urios, un manager sachant manager

C'est la bonne pioche du président Marti. Si on connaissait les qualités managériales de Christophe Urios, la rapidité des résultats de son équipe étonne. La première qualité de l'ancien coach castrais, c'est sa capacité à mobiliser aussi bien son staff que les joueurs autour d'un projet de jeu, défini dans les moindres détails. Si Frédéric Charrier connaissait bien l'ancien talonneur, Julien Laïrle, arrivé de Pro D2, s'est fondu dans le projet avec toute sa fougue. "Moi, ce qui me plaît aujourd'hui, c'est qu'on a dit des choses en début de saison" précisait Christophe Urios.

"Je vous l'ai dit et que ce qu'on a dit, on le fait. C'est ça la vérité." L'UBB est plus précise, plus resserrée, plus tranchante à l'image des entraînements du mardi effectués à haute intensité. Les coachs demandent de l'intensité, de l'engagement à l'entraînement et restent surtout attentifs aux consignes données. Christophe Urios a aussi amené une analyse stratégique plus poussé de l'adversaire. À Castres, le but était d'éviter le centre du terrain et les rucks castrais. Contre le Stade Français, le jeu au pied était privilégié dans un premier temps.

Match Amical - Christophe Urios (Bordeaux) pour son premier match avec son nouveau club contre Toulon

Match Amical - Christophe Urios (Bordeaux) pour son premier match avec son nouveau club contre ToulonIcon Sport

Un recrutement sans faille

La réussite bordelo-béglaise s'explique aussi par un recrutement réussi. Premier exemple, Rémi Lamerat. Le centre est devenu un régulateur du jeu des lignes arrières avec la classe et l'expérience qu'on lui connaît. Autre revanchard, Alexandre Flanquart, rentré un peu plus tard dans le groupe. Le 2e ligne apporte un véritable plus, aussi bien au niveau de la touche que de l'étayage. Quant à Maxime Lucu, l'ex demi de mêlée biarrot s'est parfaitement adapté au top 14 avec de belles prises d'initiatives.

Il constitue une très belle alternative à Yann Lesgourgues. La régularité face aux perches de Ben Botica et sa précision dans le jeu au pied long offrent du choix au staff pour la composition de la charnière. Le "8" Scott Higgibotham est conforme aux vidéos qui circule sur le net : hyperactif, rapide, agile balle en mains. L'apport de ces recrues est indéniable depuis le début de la saison. Enfin, Santiago Cordero a prouvé en 2 titularisations, sa vitesse et ses qualités de finisseurs.

Match Amical - Scott Higginbotham (Bordeaux) contre Toulon

Match Amical - Scott Higginbotham (Bordeaux) contre ToulonIcon Sport

Du choix pour la composition d'équipe

Même si cela est peu souligné, 6 joueurs sont absents de l'effectif bordelais et pas des moindres : le capitaine Jefferson Poirot, le 3e ligne centre le plus utilisé l'an dernier Afa Amosa, la star fidjienne Semi Radradra, le pilier gauche surpuissant Peni Ravai, le prometteur 3e ligne Beka Gorgadze et le trois-quarts aile UJ Seuteni. Christophe Urios bénéficie pourtant d'un effectif assez large pour composer son équipe. La colonne vertébrale 2, 8, 9, 10 et 15 peut présenter de multiples visages pour une même efficacité.

Au talon, Clément Maynadier et Adrien Pélissié ont été tous deux en équipe de France. En 8, Scott Higginbotham peut être remplacé par un Marco Tauleigne, enfin débarrassé de ses ennuis de santé. La charnière offre de multiples combinaisons entre Maxime Lucu, Yann Lesgourges, Ben Botica et un Matthieu Jalibert en feu, depuis le début de saison. Enfin, en 15, Romain Buros et Nans Ducuing sont particulièrement tranchants. Et cela sans compter le pilier gauche Thierry Paiva qui s'affirme, un Mamadou Diaby, capitaine impeccable et un Blair Connor qui rajeunit à chaque match.

Un 2e cycle de match pour confirmer

L'UBB a ainsi réussi à passer ce premier cycle de 4 matchs, avec 3 réceptions, brillamment. Le mois d'octobre devra être celui de la confirmation. Christophe Urios estime son équipe "à 80 %" de son potentiel et insiste bien sur le travail qu'il reste à accomplir pour consolider le travail effectué. Car L'Union se déplacera à Montpellier battu à Agen la semaine dernière, se rendra à Lyon pour ce qui pourrait être un match de gala entre leaders du Top 14, puis recevra Clermont avant de se déplacer à Brive. Quatre matchs qui permettront de voir la capacité du groupe à réagir sous la mitraille. Pour l'instant, l'équipe girondine régale les spectateurs et se régale. Et cela ouvre l'appétit...

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0