Icon Sport

L'antisèche : Racing, un "nul" pour se consoler !

L'antisèche : Racing, un "nul" pour se consoler !
Par Rugbyrama

Le 07/04/2019 à 20:23Mis à jour Le 07/04/2019 à 23:22

TOP 14 - Quel scénario ! Une semaine après sa déconvenue face au Stade Toulousain en quart de finale de Champions Cup, le Racing 92 est revenu du diable Vauvert pour arracher les points du match nul au Michelin contre Clermont (31-31). Et encore, Maxime Machenaud a loupé la pénalité de la victoire… Regrets ou fierté ?

Le match : Clermont s’est sabordé… Le Racing n’a rien lâché

Rien n’est plus dangereux qu’une bête blessée. Clermont l’a appris à ses dépens. Dominateur en première mi-temps, l’ASM s’est fait reprendre par le Racing en fin de match. Pourtant, tout avait bien commencé pour les Clermontois. Toujours dans l’avancée et inspirés offensivement, les joueurs de Franck Azéma faisaient la différence à quatre reprises (Fofana, Naqalevu, Grosso, Ulugia) pour se détacher à la mi-temps (25-18). C’était sans compter sur le retour des joueurs du duo Labit-Travers qui sont restés soudés et qui ont fait preuve d’un gros caractère pour revenir à hauteur de Clermont avec trois essais (Dupichot, Klemenczak, essai de pénalité).

Malgré un échec au pied de Machenaud dans les arrêts de jeu - qui aurait pu donner la victoire au Racing - le Racing repart d’Auvergne la tête haute. Passée près de la correctionnelle, l’ASM peut regretter une fin de match beaucoup moins bien maîtrisée.

Le fait du match : Machenaud avait la victoire au bout du pied…

À la 80’, la mêlée du Racing enfonçait celle de Clermont. C’était la dernière action de la rencontre et Maxime Machenaud, le demi de mêlée international du Racing, avait l’occasion de donner la victoire aux Racingmen. Mais à trente mètres légèrement à gauche des poteaux, le ballon passait à côté. La victoire échappait au Racing.

Top 14 - Ben Volavola (Racing 92) contre Clermont

Top 14 - Ben Volavola (Racing 92) contre ClermontIcon Sport

Les meilleurs : Volavola en chef d’orchestre, Naqalevu en perce muraille

Ben Volavola avait la lourde tâche de remplacer Finn Russell, (très) décevant le week-end passé contre Toulouse et écarté du groupe pour ce déplacement. Pourtant, l’ouvreur fidjiens a réalisé une belle prestation. Très opportuniste, il a parfaitement dirigé le jeu de son équipe. De là à gagner une place dans le groupe du Racing pour les phases finales ? À confirmer … Côté clermontois, Apisai Naqalevu a été très en vue au centre du terrain. Surpuissant et décisif (un essai marqué), il a transpercé la défense francilienne et mis à mal ses vis-à-vis.

La Stat’ : tout pour l’attaque !

Avec un scénario incroyable et surtout sept essais inscrits, ce Clermont-Racing a régalé ! Il faut dire, c’est une tradition au Michelin de voir du jeu. Les Clermontois ont inscrit quatre essais alors que les Racingmen ont franchi l’en-but adverse à trois reprises.

Les Tweets :

La déclaration : il faudra compter sur le Racing !

Juan Imhoff au micro de Canal + à la fin du match :

"Ce match nul ressemble à une victoire. C’était pourtant mal embarqué mais nous n’avons rien lâché. Nous avons été patients contre une des meilleures équipes du moment. Il y a beaucoup de choses positives. Ce quart de finale contre Toulouse nous a fait mal mais je pense que nous avons beaucoup appris. Le Racing n’est pas mort. Aujourd’hui c’est l’image du Racing qui compte."

La question : le Racing méritait-il mieux que le match nul ?

Avec sa désillusion du week-end passé, nous avons peut-être enterré le Racing un peu trop vite. Même si la victoire leur tendait les bras, ce résultat "nul" n’est pas illogique, les deux équipes ayant eu chacune leur mi-temps. Si l’ASM a dominé le premier acte, les Franciliens ont été à leur avantage dans le deuxième. De plus, dire que le Racing méritait la victoire serait faire offense au match des Clermontois. Après-tout, le Michelin est une forteresse imprenable cette saison et seule le Stade Toulousain (encore lui) avait réussi l’exploit d’arracher le match nul. Deux points de pris synonymes de "presque" victoire pour les Franciliens qui sont revenus de loin dans ce match.

Motif de satisfaction ? Le Racing a montré un caractère de champion au Michelin et a su adapter son jeu pour revenir au score, chose qu’il n’avait su faire contre Toulouse en quart de finale. Nul doute, il faudra compter sur le Racing en fin de saison, en Top 14.

Le Racing méritait-il mieux que le match nul ?

Sondage
6093 vote(s)
Oui
Non

Par Lény-Huayna Tible

Contenus sponsorisés