Icon Sport

Bardy : "Je veux terminer sur une belle saison !"

Bardy : "Je veux terminer sur une belle saison !"

Le 19/09/2019 à 16:29

TOP 14 - Titulaire à Agen, le flanker a disputé son premier match après une blessure à la hanche. Une délivrance pour lui, qui avait déjà été éloigné des terrains plus de six mois l’an passé avant de retrouver la compétition en avril. Un parcours du combattant sur lequel l’international portugais revient et se livre ensuite sur ses derniers combats et sa probable fin de carrière en juin 2020.

Rugbyrama : Comment vous êtes-vous senti pour cette reprise à Agen le week-end dernier ?

Julien Bardy : Physiquement ça a été un peu difficile face à Agen. Je n’étais pas au top parce que ça faisait plus de trois mois que je n’avais pas joué, depuis la fin de saison dernière, en fait. J’ai eu des petits soucis au moment de la reprise à une hanche, qui m’ont empêché de courir pendant pas mal de temps. On a pris le temps de bien soigner tout ça, et je n’ai pas pu revenir avant ce match-là. Il faut que je continue de travailler.

Etait-ce d’autant plus difficile que vous aviez déjà été longuement blessé l’année dernière (plus de six mois)?

J.B : Exactement. J’étais revenu la saison dernière après une première blessure, mais j’avais eu du mal à retrouver mon meilleur niveau. Cela faisait un peu plus de six mois que j’étais blessé, et je n’avais pas retrouvé l’usage de mon épaule à 100%. Cette année je me sens bien en ce qui concerne mon épaule. Ça ne sera plus jamais comme avant mais je pourrais jouer sans trop de difficultés. Malheureusement ma hanche a pris le relais pendant la reprise, et je suis un peu embêté ces derniers temps. C’est difficile, mais je garde espoir et je vais tout faire pour revenir au maximum.

Avec l’enchaînement des blessures ces derniers temps, vous êtes-vous dit à un moment donné, qu’il était temps de dire stop ?

J.B : On se pose forcément des questions, et on paie évidemment les pots cassés des saisons précédentes. Mais je crois que c’est le cas de tout le monde quand on arrive à 32, 33 ans comme c’est mon cas (34 ans, NDLR). Mais j’ai fait le dos rond. En ce qui concerne ma hanche, c’est un peu la faute à pas de chance et la mienne. J’ai repris trop fort, j’ai commencé à ressentir des douleurs et je ne me suis pas écouté. Cela a empiré jusqu’au moment où je ne pouvais plus courir. J’aurais dû prendre plus soin de moi, mais comme c’était le début de saison je n’ai pas voulu m’arrêter.

Et au sujet de votre épaule, est-elle totalement rétablie ?

J.B : Pour l’épaule, c’était une rechute suite à une luxation datant de 2016. J’avais été opéré, on m’avait mis une butée, mais certaines choses n’avaient pas été bien faites au niveau de la coiffe des rotateurs. Finalement, l’opération n’a fait que retarder l’échéance. En arrivant à Montpellier (été 2017), je n’étais même pas capable de jouer. Mais le travail fait ici a été super, notamment avec le docteur Giordan et le staff médical.

Top 14 - Julien Bardy (Montpellier)

Top 14 - Julien Bardy (Montpellier)Icon Sport

J’avais été pris en charge pendant deux mois dans une clinique spécialisée. Grâce au renforcement fait pendant la préparation, j’avais pu faire une saison pleine (24 matchs en 2017/2018). Mais malgré ce travail, j’ai commencé à sentir plus de douleur pendant la saison suivante, et en septembre 2018 à Lyon, l’épaule a complètement lâché. La coiffe était complètement explosée, d’après les mots du médecin. J’ai pu bien me reposer, et la coupure m’a fait du bien, mais la hanche a pris le relais. C’est sûr que je n’ai plus 25 ans et il commence à y avoir du kilométrage…

Vous disiez l’an passé que cette saison 2019/2020 serait votre dernière. Avez-vous pris votre décision définitive, ou vous laissez-vous encore un peu de temps ?

J.B : Ce que j’ai du mal à avaler, c’est de finir sur une saison comme ça (comme l’an dernier). L’an passé, avant la blessure, je pensais que cette saison actuelle serait ma dernière. Mais l’année dernière a quasiment été blanche pour moi (8 matchs)... Et je ne peux pas finir comme ça, je veux terminer sur une belle saison. Après, je ne veux pas grappiller plus et ce sera certainement la dernière. C’est pour ça que je mets tout en œuvre pour retrouver un bon niveau, être compétitif. C’est ce qui me tracasse, je veux encore faire des bons matchs, remplir mon contrat avec le MHR qui m’a donné cette opportunité. Il y a ce sentiment de devoir ça au club, par respect pour lui et pour moi-même. Et probablement donc aussi un peu de fierté et d’orgueil. C’est un mélange de tout ça.

Vous êtes-vous déjà projeté sur un projet de reconversion ?

J.B : J’y pense déjà depuis quelques temps. J’ai créé une petite société, et j’espère travailler dans l’aménagement de terrains et la construction. Je commence tranquillement, tout seul. Si je parviens à faire quelques opérations d’achat-revente pour commencer ce sera bien, on verra par la suite. Ce qui est sûr, c’est que ma reconversion se fera dans le bâtiment. J’ai déjà fait quelques bricoles du côté de Clermont, et c’est là-dedans que je me régale.

Collectivement, avez-vous déjà tiré un bilan de ces quatre premiers matchs ?

J.B : Pour ma part, j’ai vraiment travaillé hors groupe pendant la préparation ainsi que pendant les premiers matchs. Je ne l’ai intégré qu’il y a deux semaines. Ce que je peux dire, c’est qu’on est passé complètement à travers de notre dernier match à Agen. Mais il y a de l’enthousiasme, de la motivation dans le groupe. Pendant cette période de coupe du monde, il y a des nouveaux joueurs, des jeunes, et ça bosse vraiment dur. Tout le monde tire dans le même sens pour construire.

Top 14 - Julien Bardy (Montpellier)

Top 14 - Julien Bardy (Montpellier)Icon Sport

Justement, comment expliquez-vous cette contre-performance à Agen (29-10)?

J.B : On est passé à côté, dès l’entame. Les Agenais ont campé chez nous et on a passé une vingtaine de minutes à défendre. On n’a pas respecté les bases du rugby, l’engagement. Et face à Agen, ça ne passe pas. On est sorti de notre système par moments. On a encaissé, encaissé, et on a fini par craquer. On est revenu dans la rencontre, alors qu’Agen avait moins bien attaqué en début de deuxième période. On a réussi à se créer deux opportunités de marquer. Sauf qu’on ne l’a pas fait, et ensuite c’était trop tard.

La semaine est-elle par conséquent plus chargée que prévue, ou avez-vous été mis au repos ?

Le groupe s’entraine normalement cette semaine. On a eu droit à une journée tranquille lundi, mais sinon le programme n’a pas été aménagé. L’équipe ferraille dur !

Le staff et l’équipe visent-ils une réaction face à Bordeaux au GGL Stadium (dimanche 29 septembre à 12h30) ?

Je ne sais pas vraiment ce que veut dire une réaction... Nous allons recevoir une grosse équipe de Bordeaux qui arrivera en leader du championnat (à égalité avec Lyon) et qui tourne très fort depuis le début de la saison. A nous d’être complètement prêts pour ce match afin de le remporter devant notre public. Nous n’aurons pas le droit de passer à travers deux fois de la même façon. Que ce match à Agen serve de piqure de rappel et de leçon à l’équipe. Concentrons-nous désormais sur Bordeaux et la victoire.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0