Icon Sport

Top 14 - Jefferson Poirot (Bordeaux) : "On avance caché !"

Poirot : "On avance caché !"

Le 02/12/2018 à 17:35Mis à jour Le 02/12/2018 à 17:40

TOP 14 - Le pilier international de l'UBB savourait le premier succès à l'extérieur des Bordelais à l'extérieur en Top 14.

Les Bordelais se sont imposés 22 à 11 à Perpignan, alors que certains prédisaient qu'ils seraient la première victime de la lanterne rouge du Top 14. Ca ne s'est pas passé comme ça. Joe Worsley avait décidé de faire débuter ses internationaux français sur le banc pour les laisser récupérer et les utiliser à cent pour cent de leur potentiel en fin de rencontre. Jefferson Poirot a donc disputé les 33 dernières minutes de ce match, en faisant ce qu'il fallait pour accentuer l'avance de son équipe.

Rugbyrama : La dernière victoire à l'extérieur de l'UBB, c'était en mars. Ca faisait loin, non ?

Jefferson Poirot : Oui, mais je ne me souvenais même pas de quand ça datait exactement.

Qu'est ce qui a fait basculer le match en votre faveur ?

J. P. : Nous avons fait un match sérieux, que nous avons pris dans le bon sens. On s'était dit qu'il fallait laisser cette équipe de Perpignan chez elle, en lui laissant le ballon. En première période, on a dû jouer avec 40 pour cent de possession, mais nous avons composé une bonne ligne avec la volonté de jouer les coups qu'on pourrait saisir. On savait qu'ils allaient s'accrocher car ils ne sont jamais très loin, mais ça ne bascule pas en leur faveur. Nous savions qu'il faudrait rester sérieux jusqu'au bout.

Qu'est ce que cette victoire va changer ?

J. P. : Rien de particulier. Nous restons sur notre ligne de conduite, mais nous essaierons de rééditer ce genre de performances à l'extérieur en préservant notre invincibilité à domicile.

Top 14 - Les Bordelais célèbrent leur victoire à Perpignan

Top 14 - Les Bordelais célèbrent leur victoire à PerpignanIcon Sport

Depuis le banc, avez-vous senti que l'équipe souffrait en première mi-temps ?

J. P. : Oui, déjà parce que nous avons subi pas mal de pénalités, ce qui a laissé nos adversaires dans le match et ce qui nous a empêché de construire davantage ? Mais nous avons été réalistes, l'USAP ne nous a pas laissé beaucoup d'opportunités, mais le peu que nous avons eu, nous avons su les saisir. C'est la satisfaction de cette rencontre.

Vous vous retrouvez dans le Top 6, est ce un encouragement ?

J. P. : Oui, évidemment. Mais nous avons vécu tellement de saisons où nous avons fini à la onzième, à la septième ou à la huitième place. J'ai l'impression que nous nous retrouvons dans le même panier que neuf ou dix autres équipes, tout simplement. On est dans les clous. On avance un peu cachés, continuons !

Tous les joueurs ont insisté sur un plan de jeu précis bien exécuté qui consistait à laisser le ballon à l'adversaire. Etait-ce la clé du succès ?

J. P. : Complètement, car on sortait d'un match à l'extérieur à Toulouse où nous n'avions pas voulu rendre des ballons de relance à leur triangle arrière, c'était une erreur. On avait pris des contres et à la pause, on était menés 26-0. Aujourd'hui, on s'était promis de ne pas faire la même erreur face à une équipe de Perpignan qui avait les moyens de nous contrer et qui l'avait fait d'ailleurs en Coupe d'Europe chez nous au mois d'octobre.

Contenus sponsorisés
0
0