Icon Sport

Grenoble, une saison et puis s’en va

Grenoble, une saison et puis s’en va

Le 13/06/2019 à 09:36

TOP 14 - Après avoir échoué à se maintenir directement, le FCG a gâché la dernière occasion de sauver sa place en Top 14 en s’inclinant à Brive lors de l’ "access match" le 2 juin. Au terme d’une saison pénible, Grenoble retrouve le Pro D2 un an après l’avoir quitté.

Le moment fort : le succès face à Montpellier

Dans un exercice 2018-2019 très compliqué où les Grenoblois ne l’ont emporté qu’à cinq reprises en 27 matchs, la victoire au forceps (17-16) face à Montpellier lors de la 12e journée reste comme un moment important. Repassé devant au score à moins d’un quart d’heure de la fin grâce à une pénalité de Gaëtan Germain, le FCG avait su résister aux assauts des avants du MHR dans les dernières minutes pour s’offrir un succès qui lui permettait alors de ne plus être barragiste. À ce moment-là, quasiment à la mi-saison, il semblait être en capacité de se maintenir.

Le moment difficile : l’énorme trou d’air de l’hiver

Problème, après cette victoire le 22 décembre, Grenoble a enchaîné huit défaites d’affilée en Top 14, ne regoûtant au succès que le 6 avril face au Stade français (21-17). Entre ces deux dates, le FCG n’a inscrit qu’un point au classement. Au soir de la 20e journée, les Isérois, treizièmes, se retrouvaient relégués à neuf longueurs du douzième, Agen. Revenus à deux points au soir de la 22e journée, ils verront leurs derniers espoirs de maintien direct s’envoler lors de la 24e journée en s’inclinant (11-29) face aux Agenais. La défaite (22-28) à Brive lors de l’"access match" les condamne à un retour en Pro D2.

Le tournant : la défaite contre Castres

Le revers (6-16) face à Castres, le 5 janvier, premier match de la phase retour, a fait très mal à Grenoble. Face à un CO qui restait sur trois défaites dont deux à domicile, le FCG s’est retrouvé mené 7-0 au bout de cinq minutes après un essai de Marc-Antoine Rallier qui avait intercepté une passe de Matthieu Ugalde. Malgré leur domination, notamment en fin de première période, les Grenoblois ne sont jamais parvenus à combler leur retard. Ce match perdu les a fait basculer dans cette spirale infernale dont ils mettront plus de trois mois à se sortir. Globalement, tout au long de la saison, ils auront manqué de réalisme, n’inscrivant que 33 essais en 27 rencontres.

Le joueur clé : Loïc Godener

Loïc Godener a enchaîné huit titularisations lors des neuf premières journées de Top 14. La capacité du troisième ligne centre de 23 ans à gagner la ligne d’avantage et son activité en défense notamment, se sont révélées précieuses pour Grenoble. Ses performances lui ont valu d’être retenu avec les Barbarians français pour affronter les Tonga (38-49) le 10 novembre. Victime d’une désinsertion de l’ischio-jambier droit au Racing, son ancien club, le 24 novembre, il manqua ensuite près de cinq mois de compétition.

Loïc Godener (Grenoble) contre Brive

Loïc Godener (Grenoble) contre BriveIcon Sport

Son absence, plus celles de Leva Fifita et de Steven Setephano, a coïncidé peu ou prou avec la série noire du FCG. De retour face au Stade français, il effectua toute la fin de saison et fut encore un des meilleurs Grenoblois lors de l’ "access match". La question maintenant est de savoir s’il restera au FCG où il dispose encore de deux ans de contrat sans clause de départ. En conférence de presse après l’échec à Brive, il semblait se projeter avec Grenoble. "C’est dur. Il va falloir digérer. Heureusement qu’on a les vacances. On va revenir et on va faire quelque chose en Pro D2."

La stat' : 0

Grenoble n’a remporté aucun match en déplacement cette saison. Le FCG a été notamment le seul à s’incliner chez la lanterne rouge Perpignan (16-22). À l’extérieur, il n’a décroché que quatre petits points : un nul à Agen (9-9) et deux bonus défensifs, au Racing (23-24) et au Stade français (20-23).

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0