Icon Sport

Top 14 - Grenoble, le coup de chaud

Grenoble, le coup de chaud

Le 10/09/2018 à 17:20

TOP 14 - Intéressant sur ses deux premières sorties malgré les défaites, le FCG a connu trop de déchet et manqué d’énergie dans la chaleur iséroise face à Pau (21-24) ce dimanche. Des Béarnais qui, sans être brillants, ont maîtrisé globalement le match, l’emportant de manière logique.

Etaient-ce le soleil et la chaleur qui régnaient sur la capitale des Alpes avec plus de 30 degrés au thermomètre ? L’horaire du match, 12h30, dont ils n’ont plus l’habitude et auquel ils ne sont pas parvenus à s’adapter ? C’est probable tant les Grenoblois ont visiblement manqué d’énergie, notamment en première mi-temps, sur leur pelouse du stade des Alpes face à Pau (21-24). Le troisième ligne Kilian Geraci est d’ailleurs sorti à la mi-temps sans doute victime d’un coup de chaud et un ou deux autres joueurs, dont Lolagi Visinia, ont souffert de crampes. Stéphane Glas a souligné ce manque de jus dans son analyse d’après-match : "Je trouve qu’on a eu du mal à se déplacer par rapport aux Palais et ce assez rapidement dans le match. On était un peu trop lents aujourd’hui. Il y a eu un manque d’activité offensivement et défensivement ainsi que d’énergie."

" On s’est mis un peu trop dans le rouge par rapport aux Palois"

"On a mis beaucoup d’efforts sur les deux premiers matchs, le troisième à 12h30 nous a fait un peu mal", analyse le troisième ligne Fabien Alexandre, auteur d’un bon retour à la compétition. "Sur ce match, on n’a pas fait une première mi-temps assez aboutie pour pouvoir le gagner. On s’est mis un peu trop dans le rouge par rapport aux Palois. Même avec beaucoup de cœur, on meurt encore à trois points. C’est dommage." Les deux essais de Pau inscrits par Jessy Mogg (14e) et Julien Blanc (35e) ont stigmatisé l’apathie grenobloise en défense sur le premier acte. "On n’est pas présent, on dort un petit peu, on est timide. On prend ces essais trop faciles face à des Palois qui ont su bien profiter de nos lacunes", confirme le demi de mêlée Lilian Saseras.

" On a moins joué en équipe"

Certes Grenoble a été un peu mieux en deuxième mi-temps. Mais avec trop de déchet dans son jeu, le FCG pouvait difficilement l’emporter. Même s’il a eu deux touches pour s'imposer dans les derniers instants. "Je ne pense pas que ce soit en fin de match que l’on se le tue, estime le talonneur Mike Tadjer. On se le rend difficile à ne pas vraiment respecter les consignes, à faire des fautes bêtes. C'est ça qui nous coûte le match. C’est la loi du Top 14. On est dans la cour des grands et chaque petite erreur coûte très cher."

"Mise à part en mêlée où on a été bien, dans les autres compartiments du jeu, la touche, offensivement, défensivement, on a été moins bien que la semaine dernière et que sur le premier match", a constaté, de manière lucide, Stéphane Glas, au sujet de la prestation de son équipe. "Ce n’est pas une perte d’envie de la part des joueurs. On n’a pas assez alterné en première mi-temps. On n’a pas assez lancé le jeu. On a moins joué en équipe." […] "C’est un peu dur parce que c’est une troisième défaite et qu’on sent qu’on est à nouveau pas loin, mais je trouve que par rapport aux deux premiers matchs, je nous ai senti moins en possibilité de le gagner."

" Clairement, c’est notre moins bonne performance"

"Clairement, c’est notre moins bonne performance, ajoute Mike Tadjer. Il va falloir se mettre face à nos erreurs comme des grands garçons et les rectifier. Il ne faudrait pas qu’on ait des regrets à la 26e journée." Les Grenoblois ne voulaient néanmoins pas verser dans le catastrophisme après cette deuxième défaite d’affilée à domicile après Toulouse (20-23) la semaine dernière, la troisième en trois journées de Top 14. "Il ne faut pas non plus se mettre la tête au fond du seau", résume Lilian Saseras. "La saison est longue. Il reste encore vingt-trois matchs. On a de l’espoir encore", glisse Fabien Alexandre en guise de conclusion.

Contenus sponsorisés
0
0