Icon Sport

Gourdon : "O’Gara ? Je suis agréablement surpris"

Gourdon : "O’Gara ? Je suis agréablement surpris"

Le 15/08/2019 à 15:53

Top14 - De retour à son meilleur niveau en fin de saison dernière, le troisième ligne Kévin Gourdon revient sur les cinq semaines de préparation du Stade Rochelais. Une intersaison riche en changements.

Rugbyrama : Le Stade Rochelais joue son dernier match amical contre Agen ce soir, comment se passe la préparation ?

Kévin Gourdon : Ça se passe bien. C’est un peu nouveau car il y a eu pas mal d’arrivées au niveau du staff. Après, on a très bien travaillé, on a fait un super stage. Physiquement, on est encore un peu dans le dur mais c’est normal. C’est une nouvelle façon de travailler, avec un nouveau préparateur physique, donc il faut que l’on apprenne à le connaître, et que lui aussi apprenne à nous connaître. Certains exercices, on ne les faisait pas forcément avant, c’est bien, cela fait un peu de changement.

Votre directeur du rugby Jono Gibbes vit sa première intersaison à la Rochelle. Vous le sentez plus libéré ? Il a vraiment pris les rênes ?

K. G. : Déjà, l’année dernière, c’était un peu comme ça. Forcément, il est un peu plus à l’aise dans le sens où il débute une saison avec nous. C’est plus facile pour pouvoir travailler avec son groupe. Mais je ne le vois pas changer du tout au tout depuis l’année dernière, c’est plus un cheminement naturel.

Ronan O’Gara débarque au club avec une vraie culture de la gagne. Comment vivez-vous son arrivée ?

K. G. : Je ne le connaissais pas en tant qu’entraîneur, je le connaissais en tant que joueur. Forcément, on était un peu dans l’inconnu quand il est arrivé. Depuis, je suis agréablement surpris. C’est un management différent, une culture différente et c’est très intéressant. Nous, on a une façon de travailler très particulière, je dirai. Lui, c’est anglo-saxon, c’est plus dans la précision, c’est plus cadré. On sait vers quoi on veut tendre. Des choses comme ça. C’est bien.

" Il a fallu pas mal de changement en matière d’annonces ou de plan de jeu. Ça met plus de temps à se mettre en route"

La façon dont il parle aux joueurs, c’est vraiment différent de ce que vous avez connu avant ?

K. G. : Euh...Oui ! Après, je n’ai connu que Patrice (Collazo, ndlr). Donc forcément, ce n’est pas pareil.

O’Gara est-il très présent avec les avants, également ?

K. G. : Oui, il s’occupe de tout le projet de jeu. Après, nous, on a des choses à bosser entre avants et il ne peut pas être partout à la fois. Il y a nos entraîneurs des avants. Chacun fait la part des choses et son job.

Le Stade Rochelais a remporté son premier match amical contre Clermont (33-17) sans montrer totalement le nouveau plan de jeu. Quel est l’objectif face à Agen ?

K. G. : Tout n’a pas été parfait malgré le score, contre Clermont. C’était notre premier match depuis la demi-finale de Top 14 perdue. Beaucoup de temps s’est écoulé. Il a fallu pas mal de changement en matière d’annonces ou de plan de jeu. Ça met plus de temps à se mettre en route. Il faut vraiment que l’on se mette en place, que l’on trouve des automatismes et que l’on arrive à monter en pression pour être prêt pour le premier match de championnat.

Top 14 - Kevin Gourdon (La Rochelle)

Top 14 - Kevin Gourdon (La Rochelle)Icon Sport

Avec "seulement" trois recrues (Bosch, James, Wardi), c’est quand même plus confortable pour les automatismes.

K. G. : C’est un peu plus facile, c’est sûr. C’est aux nouvelles recrues de se mettre au diapason pour apprendre tous les systèmes. Brock James (déjà rochelais entre 2016 et 2018, ndlr), je ne le considère pas comme une recrue. Donc, « que » deux joueurs, c’est plus facile pour nous.

" J’ai bien bossé, je n’ai pas eu de pépins physiques, tous les voyants sont au vert. Les sensations sont très bonnes"

Le Stade Rochelais n’a plus rien d’un petit poucet. Vous sentez-vous proches d’aller chercher un titre ?

K. G. : Je ne peux pas le dire tout de suite, maintenant. Mais, de toute façon, on continue à grandir. Cela fait des années que l’on dit ça, mais c’est vrai. On a eu des résultats l’an dernier. Par le passé aussi, mais pour l’instant on n’a rien gagné. Donc on continue à travailler humblement et on espère continuer à grandir.

Romain Sazy confiait quelques minutes après la défaite en demie contre Toulouse qu’il était persuadé que ce groupe irait un jour au Stade de France.

Ah oui ? Ah il est chaud la Saze ! Ça, c’est parce qu’il a resigné, moi je vous le dit. Il est chaud, il est bouillant (rires) Non, après...j’espère ! C’est pour ça qu’on joue au rugby, c’est pour essayer de gagner des titres. Ce serait très beau pour nous et pour la Rochelle.

Vous restez personnellement sur une bonne fin de saison après une première partie très difficile, l’an dernier. Cette mauvaise passe est définitivement derrière vous ?

K. G. : J’aimerai continuer sur cette lancée, je n’aimerai pas revivre ce que j’ai vécu en milieu de saison. J’ai bien bossé, je n’ai pas eu de pépins physiques, tous les voyants sont au vert. Les sensations sont très bonnes.

Le capitanat en amical contre Clermont, c’est anecdotique ou important pour vous ?

K. G. : C’est la deuxième fois, je crois, en huit ans (sourire). C’est toujours sympa. Après, on sait très bien que le capitaine, c’est Romain Sazy ou Victor Vito. Ils n’étaient pas là, donc c’était mon rôle pour ce match-là. Si ça m’a plu ? Oui. Après, Saze est très bien. Et Victor aussi. Ça va bien comme ça.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0