Icon Sport

Gibbes : "O’Gara ? Dans le rugby ce n’est pas un ami, c’est une personne que je respecte"

Gibbes : "O’Gara ? Dans le rugby ce n’est pas un ami, c’est une personne que je respecte"
Par Rugbyrama

Le 14/08/2019 à 18:01Mis à jour Le 15/08/2019 à 13:48

TOP 14 - Avant de disputer le second match amical face à Agen demain au stade Marcel-Deflandre, le manager rochelais Jono Gibbes revient sur l’inter-saison des Jaune et Noir et l’arrivée du nouvel entraîneur Ronan O’Gara.

Rugbyrama : Quelles sont vos sensations et celles du groupe à un jour de retrouver le stade Marcel-Deflandre pour le match amical contre Agen ?

Jono Gibbes : On a hâte. L’avantage de jouer devant notre public, c’est vraiment bon. Surtout avec la nouvelle pelouse hybride. C’est notre première opportunité de s’y habituer et de retrouver notre public.

En réalisant une grosse demi-saison avec le Stade rochelais, vous avez atteint les demi-finales. Quels sont les objectifs cette année ?

JB : Je pense que c’est pareil pour toutes les équipes. Réussir à créer le rugby et le jeu pour attendre les phases finales du championnat. On connaît la difficulté du Top 14 mais nous avons une forte base de travail. On doit faire grandir notre jeu.

Qu’avez vous retenu du premier match contre Clermont (victoire 17-33) ?

JG : Ce match est vraiment positif. Le groupe a bien répondu dans l’attitude et face à la fatigue de la préparation. On a vu ce qu’on avait essayé de mettre en place durant la préparation. Et nous avons eu de bonnes surprises. Par exemple, j’ai regardé la vidéo avec Ronan (O’Gara, entraîneur de la Rochelle), et je lui disais que sur certains aspects du jeu, nous n’avions fait aucune préparation et le groupe a parfaitement répondu. Notre base est solide et ce match était important pour voir la qualité de l’effectif.

Concernant Ronan O’Gara, comment voyez-vous son intégration depuis son arrivée ?

JG : Il est arrivé très vite après la finale de Super Rugby (remportée avec les Crusaders face aux Jaguares 19-3, le 6 juillet). Il a tout de suite montré son investissement. Il nous apporte un gros niveau d’expérience en tant que joueur puis comme entraîneur. Nous avons une très bonne collaboration depuis quatre semaines. Les joueurs, le staff, il y a un énorme niveau d’investissement et c’est nécessaire, obligatoire.

Comment définiriez-vous vos relations avec Ronan O’Gara ?

JG : Je le connais bien de ma période au Leinster. A chaque fois qu’on jouait face au Munster, mon but était de trouver comment le mettre sous pression. Après, tout le monde le connaît en tant que joueur, sa personnalité. Dans le rugby, ce n’est pas un ami, c’est une personne que je respecte. Chaque fois que je le croisais lorsqu’il était au Racing et moi à Clermont, je discutais avec lui et c’était à chaque fois intéressant. On a toujours eu une bonne relation.

Le groupe n’a beaucoup changé depuis la saison dernière. Est-ce un avantage ?

JG : Cette saison est particulière avec la Coupe du monde. Je pense que c’est un avantage de travailler dans la continuité.

Le recrutement est donc bouclé ? Pas de joker Coupe du monde par exemple ?

JG : Non, on a l’envie de donner l’opportunité aux joueurs présents. Je suis avec les autres personnes du staff très confiant dans le travail de notre formation. La période de la Coupe du monde c’est le meilleur timing possible pour donner une chance aux jeunes qui le méritent. Il y a l’espace dans l’effectif pour un autre joueur mais l'objectif avec le président est de mettre en avant nos joueurs. Je me suis aperçu l’année dernière en arrivant qu’il y avait déjà un groupe avec un nombre conséquent de joueurs par poste. Et c’était déjà difficile de donner du temps de jeu à tout le monde et notamment aux jeunes.

Le début de saison est difficile avec le déplacement à Clermont (25 août) et la réception du champion toulousain le 14 septembre. Ça risque d’être dur pour les jeunes…

JG : C’est un défi, c’est sûr. Après le début de saison est compliqué, le milieu également et la fin n’est pas facile non plus. Il n’y a aucun match facile dans le Top 14 mais on a besoin de changer cette mentalité. Si le jeune est bon et qu’il mérite d’être titularisé, il le sera.

Propos recueillis par Paul Arnould

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0