Icon Sport

FFR-LNR : la tension monte, Azéma répond à Galthié

FFR-LNR : la tension monte, Azéma répond à Galthié
Par Leo Faure via Midi Olympique

Le 02/08/2020 à 18:03Mis à jour Le 02/08/2020 à 18:04

TOP 14 - La décision de World rugby de programmer six matchs internationaux à l'automne, contre l'avis des clubs, a de nouveau tendu les relations entre le XV de France et les clubs. Dans Midi Olympique de lundi, Azéma prévient : "les clubs sont solidaires et prêts à aller à l'affrontement".

Alors que les dernières réunions des présidents et entraîneurs de club ont vu l'agacement général monter de deux crans, face à la décision de World rugby d'imposer six dates à l'automne, Franck Azéma prévient, dans une interview qu'il accorde à Midi Olympique ce lundi : "On va rentrer dans une logique de bras de fer, c'est évident. Nous en sommes là, puisque le temps octroyé par le Covid n'a rien fait émerger de constructif. Et j'ai le sentiment que les clubs seront solidaires entre eux. Si je prends mon cas personnel, je n'ai que deux joueurs sur la liste XV de France. La situation qui se profile à l'automne ne va pas beaucoup m'impacter. Mais je ne peux pas oublier qu'en d'autres temps, j'avais une dizaine de joueurs mobilisés. Je sais à quel point cette situation impacte votre équipe et votre management. La difficulté que vont connaître les entraîneurs de Toulouse, Montpellier, Toulon ou du Racing, je la connais et je ne peux pas faire comme si elle n'existait plus, sous prétexte que je suis moins concerné. Je crois que ce sentiment est partagé. Les clubs sont solidaires et prêts à aller à l'affrontement."

" L'équipe de France aura besoin de tout le monde"

L'entraîneur de l'ASM en a également profité pour répondre au sélectionneur, Fabien Galthié, qui avait indiqué quelques jours plus tôt à Sud Ouest qu'il n'entendait pas se laisser imposer de rotation contrainte, cet automne, pour limiter l'utilisation de chaque joueur à cinq matchs seulement. "La sélection, elle a une valeur. On ne la donne pas à celui qui est numéro 3, numéro 4 au poste parce qu’il faut faire tourner. Quand on prend un joueur, il est numéro 1 au poste à l’instant T" avait affirmé Gatlhié, au soutien de sa Fédération sur ce dossier.

Azéma lui répond à son tour : "Il faut qu'il y ait de la souplesse, que chacun y mette du sien. A sa prise de fonctions, nous avons beaucoup échangé avec Fabien Galthié. Je crois que les entraîneurs de club ont su entendre son message et faire évoluer la collaboration dans le bon sens, pour l'aider dans sa mission. Tout le monde jugeait que c'était important et nous avons eu cette démarche, je pense en bonne en intelligence. Il faudrait toutefois que cela fonctionne dans les deux sens. Vous ne pouvez pas toujours prendre : parfois, il faut aussi donner. […] Il ne faudrait pas que l'équipe de France oublie qu'elle aura besoin de tout le monde, dans son objectif 2023."

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés