Icon Sport

Top 14 - Emerick Setiano (Toulon) : "Nous les piliers, ne jouons pas le même sport que les autres"

Setiano : "Nous les piliers, ne jouons pas le même sport que les autres"

Le 12/02/2019 à 13:03Mis à jour Le 12/02/2019 à 13:08

TOP 14 - Avec Marcel Van der Merwe, il partage le poste de pilier droit du RCT. Emerick Setiano poursuit sa progression au sein de son club formateur avec lequel il s'inscrit désormais dans la durée.

Rugbyrama : Comment revenez-vous de cette trêve ?

Emerick Setiano : La coupure fait du bien. Nous avions enchaîné les matchs jusqu'alors. Personnellement, j'avais eu du repos lors du déplacement à Newcastle et cela m'avait fait du bien. Mais les vacances permettent de bien couper, de retrouver la famille, les amis. Après la victoire face au Stade Français, nous étions partis avec beaucoup de satisfactions. Certains joueurs n'ont coupé que quelques jours avant de venir s’entraîner à nouveau. C'est ce que j'ai fait. Il y a avait beaucoup d'excitation après la victoire face à Paris, nous voulions enchaîner. Mais là, nous nous entraînons très bien, avec beaucoup de rythme.

Depuis le début de la saison, vous courrez après une série et un déclic. Ce match peut-il servir de tremplin pour la suite ?

E. S. : Nous n'allons pas encore parler de victoires et de série. Ce qu'il nous faut, c'est avant tout de la cohésion, nous trouver. Cela passe par les entraînements où les oppositions sans enjeu comme nous avons pu faire la semaine passée contre les Espoirs. Ça nous a fait du bien de jouer à Mayol dans ce cadre-là. Contre Agen, nous allons voir ce que ça va donner, c'est une équipe accrocheuse et souvent très bonne à domicile.

" Désormais, je gère mieux mes efforts "

Toulon est bien placé pour le savoir, notamment après la défaite de la saison dernière à Armandie (26-24)...

E. S. : C'est vrai, nous avions perdu dans les dernières minutes sur une pénalité suite à une mêlée. Derrière, nous avions basculé dans une mauvaise série pendant deux-trois semaines avant de nous reprendre. Nous savons à quoi nous attendre. C'est un match important, ils vont être présents et prêts depuis deux semaines à nous accueillir.

Sur le plan personnel, vous comptez déjà autant de titularisations que la saison passée. Comment vivez vous cette année ?

E. S. : Je ne me focalise pas sur les titularisations ou les entrées en jeu. Nous sommes deux pour le poste, nous devons travailler pour le groupe. Peu importe mon rôle, ça me fait plaisir d'être dans l'équipe et de toujours apporter. Puis, quand tu entres en jeu, tu as un rôle à remplir. Bien terminer pour essayer de gagner le match, c'est parfois plus compliqué que de débuter. Il faut entrer directement dans son match, si tu te fais démolir sur chaque action et que tu ne cours pas, ça sert à rien.

Dans quels secteurs estimez-vous avoir progressé ?

E. S. : J'ai gagné en expérience. Je pense mieux gérer mon effort, ce qui a toujours été mon problème. L'an passé j'entrais en électron libre, j'étais à fond pendant 15-20 minutes et après je luttais le reste du temps. J'ai progressé sur ce aspect. Être plus titulaire, me donne également une autre approche du match. J'apprends également beaucoup car en débutant, je me tape souvent le meilleur pilier de l'équipe en face.

" Patrice veut que l'on soit à la pointe en mêlée "

A l'inverse, quels sont encore vos axes de travail ?

E. S. : J'ai encore beaucoup de choses à perfectionner, si à 30 ans j'ai encore la chance d'être un joueur professionnel, j'espère encore avoir des choses à améliorer. Ce serait chiant sinon. La mêlée se travaille toujours, il faut être irréprochable. Et même si j'ai progressé, je dois encore plus lever la tête et gérer mon effort pour bien me placer. C'est ce que l'on voit à l'international. J'ai regardé le match de Vunipola il fait 125 barres, il fait flipper avec ses 27 plaquages. Mais quand on l'observe, tu vois qu'il marche de temps en temps, il se gère, mais il est toujours au bon moment au bon endroit.

Champions Cup - Emerick Setiano (Toulon) plaqué par Louis Picamoles (Montpellier)

Champions Cup - Emerick Setiano (Toulon) plaqué par Louis Picamoles (Montpellier)Icon Sport

Avec un manager ancien pilier, en charge de la mêlée, vous devez être dans votre élément...

E. S. : Patrice veut toujours que l'on soit à la pointe en mêlée. Encore plus à Toulon, où nous ne pouvons pas reculer. Il y a une ferveur autour de cette phase de jeu. Même si parfois ça pique un peu dans les analyses d'après match, il faut de toute façon perpétuellement se remettre en question. Parfois, ça peut être dur à entendre, mais c'est ce qui aide à progresser. Comme le dit Patrice, nous ne jouons pas le même sport que les autres nous les piliers. Nous avons choisi cela et nous sommes fiers. Nous devons remplir notre rôle pour apporter à l'équipe, je sais que si la mêlée ne va pas, ce sera de ma faute.

Vous êtes parmi les joueurs qui portent le nouveau projet du RCT en ayant signé une prolongation de contrat. Avez-vous hésité ?

E. S. : La question se pose forcément, on se demande si on va avoir du temps de jeu. Mais avant même que je ne réfléchisse trop, j'ai parlé avec Patrice, Laurent Emmanuelli et le président. Ils me font confiance. C'est important. Après si un pilier droit arrive pour prendre la place du numéro 1, ce sera positif, c'est ce qui fait que nous élevons tous notre niveau de jeu. Nous sommes plusieurs jeunes issus du club, à avoir prolongé. Il y a désormais cette forte identité autour des jeunes du centre de formation.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés