Icon Sport

D’un Challenge à un autre pour le CO

D’un Challenge à un autre pour le CO

Le 23/01/2020 à 11:37Mis à jour Le 23/01/2020 à 11:43

TOP 14 – Fraîchement qualifiés pour les quarts de finale du Challenge Cup, les Castrais ont profité de cette compétition européenne sans pression pour retrouver une certaine insouciance. Crucial avant de recevoir le Racing 92 samedi pour un match décisif pour la suite de leur saison.

La saison dernière déjà, l’Europe avait eu des vertus vivifiantes pour les Tarnais. Alors que leur saison pouvait basculer dans un sens comme dans l’autre, les joueurs d’Urios à l’époque avaient profité d’un match de Champions Cup sans enjeu contre Gloucester pour se regonfler de confiance. Un match fou avec une victoire 24-22 avait bien (re)lancé la deuxième partie de saison des hommes du Sidobre. En 2019-2020, c’est le Challenge Cup qui a déjà eu des conséquences positives. Des matches sans enjeux, intenses ou épiques (à Krasnoïarsk en Russie) ont surtout permis une qualification pour des quarts de finales qui a donné le sourire à la place du stress. Et aussi une perspective positive.

Pour le talonneur Marc-Antoine Rallier, "il y a la satisfaction d’avoir gagné chez les Anglais de Worcester (33-27, ndlr), d’avoir terminé premier de poule et de s’être qualifié. Et puis cela faisait 12 ans que le CO n’avait pas participé à des phases finales européennes. Peut-être qu’on y prend plus d’initiatives et que cela nous a permis de nous libérer un peu ? Cette Coupe d’Europe est une compétition sans pression, plus ouverte et moins hachée par la vidéo que le championnat."

Rallier : "Du caractère et de la solidarité"

Côté scénario, l’Europe et ce dernier match à Worcester ont aussi permis de recharger les batteries avant la suite. Menés de quinze points à la 50e, les Castrais ont montré du "caractère et de la solidarité pour ne pas lâcher le match." Dixit Rallier, qui était porteur d’eau. Cela donnera peut-être des idées aux joueurs du président Revol samedi ou lors des prochains weekends pour ne jamais baisser les bras quand ça tourne mal. L’épreuve continentale a aussi le mérite de solliciter l’ensemble d’un effectif large et de qualité, en donnant du temps de jeu à des éléments jouant un peu moins. "Les plus belles saisons que j’ai connues dans ma carrière au CO, se remémore Rallier, ont été celles où le groupe travaillait bien dans sa totalité, où l’effectif était soudé. C’est ce qui fera notre force jusqu’à la fin de saison." Les esprits chagrins argueront que cette épreuve continentale a aussi vu les Bleus et Blanc perdre Hans Nkinsi pour une durée de trois mois après avoir été suspendu par l’EPCR pour avoir touché un adversaire dans sa zone oculaire lors de ce dernier match européen.

Match et calendrier charnière ?

Samedi, les hommes de Reggiardo reçoivent donc le Racing 92, un autre qualifié pour les quarts européens (mais de Champions Cup). Une équipe et un entraîneur, Laurent Travers, avec lesquels les confrontations sont toujours à risques, tant les deux camps peuvent proposer un jeu qui peut s’adapter à l’adversaire. Sans qu’il puisse être qualifié de sempiternel match de la bascule ou opposition charnière, exigence marathonienne du Top 14 oblige, ce CO – Racing 92 doit permettre aux Castrais de s’éloigner au classement des places de la relégation (à 3 points) pour se rapprocher de celles de la qualification (à 8 points).

Et ainsi surfer sur cette belle vague européenne vivifiante. Florian Vialelle, autre Tarnais pur jus, évoquait il y a peu "ce nouvel élan. Nous sommes plus solides, notamment en défense, et on a gagné en confiance. Surtout, les deux matches contre Krasnoïarsk étaient arrivés à point nommé pour travailler sur des systèmes. Ces rencontres permettent aussi de préparer le prochain adversaire en Top 14." Quand on observe que les autres concurrents au maintien s’affrontent par ailleurs ce weekend, recevoir le Racing 92 a tout du match bonus. Ou à pression, c’est selon.

Rayon calendrier justement, le Racing 92 donc, Agen (en déplacement) et Pau sont annoncés d’affilée pour le CO (mais avec la coupure du Tournoi). S’il est compliqué pour les acteurs de parler tout haut de série de victoires, il est évident qu’enchaîner un bloc de matches positifs pourraient changer l’aspect de la saison des Bleu et Blanc. Qui auront alors tout le luxe de s’enthousiasmer à nouveau avec le quart de finale contre Leicester le weekend du 4-5 avril.

Par Jean-Marie Llense.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés