Icon Sport

Le Stade français fait sa rentrée

Le Stade français fait sa rentrée
Par Arnaud Beurdeley via Midi Olympique

Le 30/06/2020 à 13:38

TOP 14 - Les premiers mots de Gonzalo Quesada, l’annonce de la baisse des salaires, l’officialisation des nouvelles recrues pour la saison à venir, le Stade français a fait sa rentrée ce mardi matin dans le grand salon du stade Jean-Bouin. Récit.

Jour de rentrée à Jean-Bouin en ce mardi 30 juin. Le président Propriétaire Hans-Peter Wild, arrivé la veille, affichait un large sourire à l’instant de prendre place entre son Directeur Général Thomas Lombard et son nouveau manager sportif Gonzalo Quesada. "Nous ouvrons un nouveau chapitre pour le futur du stade français sur des valeurs solides, a-t-il dit d’emblée. Nous ne voulons plus parler du passé. Le passé, c’est fini." Et de détailler un peu plus en profondeur les contours de ce nouveau projet. "Nous voulons construire dans la stabilité et dans la consistance. Encore, encore et encore. C’est difficile car les fondations du succès doivent se faire en profondeur. Nous devons donc construire de nouveaux piliers."

Le garant de ce projet, ce sera donc Gonzalo Quesada, champion de France en 2015 et vainqueur de la Challenge Cup en 2017 avec le club de la capitale. "Je suis très flatté d’avoir été choisi pour ce nouveau cycle, a expliqué l’ancien coach des Jaguares en Argentine. Je sais la responsabilité que j’ai sur les épaules. Je remercie le Docteur Wild mais aussi Thomas (Lombard) qui a été très patient avec moi. Mon travail, ce sera sur le terrain. Julien (Arias) et Laurent (Sempéré) ont fait un travail remarquable jusque-là. Je connaissais les hommes, je découvre les entraîneurs depuis quinze jours."

Pour ce qui est du recrutement, le Directeur Général Thomas Lombard a officialisé les arrivées du troisième ligne international argentin Marcos Kremer (22 ans, 28 sélections) pour trois ans et du pilier Vasil Kakovin (30 ans, 25 sélections) pour une saison. Deux autres éléments devraient suivre très rapidement. "Nous n’aurons pas beaucoup de recrue car au-delà du classement de la saison dernière, nous avons un effectif pour faire une belle saison", a précisé Quesada qui aura la lourde de charge de redorer le blason stadiste. Pour rappel, le Stade français pointait à la 14e place du championnat lors de l’arrêt des compétitions. "C’est une nouvelle histoire qui débute, a dédramatisé le technicien franco-argentin. J’ai la même sensation qu’en 2013 lors que je suis revenu pour entraîner. Depuis il y a eu de bons et de mauvais moments. Mais c’est un nouveau chapitre, une nouvelle ère. J’aurai pu revenir à Paris, juste pour voir quelques matchs et me souvenir du passé. Mais quand il y a de l’adversité, j’aime bien. Peut-être que je devrais faire une thérapie d’ailleurs (rires)." Et Quesada d’ajouter : "Je ne suis pas perturbé par les attentes venues de l’extérieur. Je n’ai pas peur des attentes des supporters. Je me nourris surtout des marques d'affections qui me sont faites."

Durant cette conférence de presse, Thomas Lombard a également annoncé qu’un accord avait été trouvé concernant la baisse de salaire de son effectif professionnel et de son staff sportif pour la saison à venir à hauteur de 20 %. "L'important, c'était que les joueurs comprennent la difficulté de la situation, qu'ils fassent un acte solidaire. Ils ont répondu présent", a-t-il souligné. De son côté, le Docteur Wild a ironisé : "Les joueurs m’ont demandé de rester et de perdre encore plus d’argent. J’ai dit ok, mais vous devez faire un effort." Evidemment, rien ne s’est fait sans heurt. Comme souvent au Stade français. Mais, désormais, c’est bel et bien une nouvelle ère qui semble s’ouvrir à Paris.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés