Icon Sport

Top 14 - Daniel Ikpefan (Toulon) : "Je me suis proposé au poste d'arrière"

Ikpefan : "Je me suis proposé au poste d'arrière"

Le 09/10/2018 à 18:01Mis à jour Le 09/10/2018 à 18:17

TOP 14 - Arrivé durant l'intersaison à Toulon, Daniel Ikpefan a connu sa deuxième titularisation à Montpellier. Et l'ancien ailier d'Oyonnax s'est mis en évidence avec notamment un essai après un bel exploit individuel.

Rugbyrama : Racontez-nous votre essai face à Montpellier ?

Daniel Ikpefan : Sur l'action, Anthony (Belleau) me décale. Je suis un peu profond, j'aurais du être un peu plus à plat. Mais je vois une petite porte s'ouvrir, je me dis que je vais essayer de m'y engouffrer et on verra la suite. J'ai changé le ballon de côté, mis un raffut, je crois. Mais ça va tellement vite. Je regardais la ligne et je me disais, « j'y vais », même si en face il y a avait de sacrés gaillards. Je me suis dit, que c'était le moment, ça a marché, tant mieux pour l'équipe.

Vous avez eu votre chance après un début de saison avec peu de temps de jeu. Comment avez-vous vécu cette période ?

D. I. : Je savais en venant à Toulon que ce serait compliqué d'avoir sa place, surtout avec les joueurs présents au poste de 11, 14 ou même 15. En signant ici, mon objectif était également de venir apprendre auprès de grands joueurs et après, de pouvoir mettre en place cela sur le terrain. Quand je ne jouais pas je ne venais pas en reculant, on est là pour le collectif, même s'il y a forcément un peu de frustration car on reste des compétiteurs. J'ai eu la chance de commencer à Montpellier et j'ai essayé de saisir ça jusqu'au bout. Ça m'a fait du bien mentalement de marquer, je reste un compétiteur, même si le principal ça reste le collectif.

Les coachs vous ont-ils demandé de travailler certains aspects de votre jeu ?

D. I. : On me demande de travailler bien évidemment, mais de mon côté, j'ai l'habitude de rester après les entraînements ou de venir seul. Avec les grands joueurs qu'il y a ici, on ne peut que progresser. Je pense que les coachs sont contents de moi, je suis dans une bonne démarche, à moi de continuer comme ça.

Daniel Ikpefan (Toulon)

Daniel Ikpefan (Toulon)Icon Sport

Aux ailes, la concurrence est rude à Toulon, comment l'appréhendez-vous ?

D. I. : Je viens d'un petit club , j'apprends forcément de garçons comme Tuisova ou Savea. Ce sont des grands joueurs avec de grandes carrières, mais ça reste aussi mes collègues. Je me sers de cette chance d'être avec eux au quotidien pour m'améliorer. J'ai 25 ans, j'apprends, je travaille... et lorsque je joue je suis content.

Votre polyvalence vous permet de jouer en XV, un poste ouvert au RCT où les cartes ne sont pas distribuées. Une occasion pour vous ?

D. I. : Nous avons un peu discuté avec le staff du poste de XV. J'ai déjà joué avec Oyonnax à cette place. J'aimerais bien approfondir cela, ça me donnerait un palette supplémentaire. Je crois que le club cherche à ce poste, je me suis proposé car je sais que c'est ouvert. J'ai fait 40 minutes en XV à Montpellier, c'est un peu compliqué de switcher de l'aile à l'arrière, mais j'ai pris cette opportunité, même si j'ai encore du travail sur la lecture et le jeu au pied. C'est un poste qui me plaît. C'est un plus, et si ça peut aider l'équipe tant mieux. A moi de travailler et de démontrer sur les matchs ce que j'apprends lors des entraînements.

Daniel Ikpefan (Toulon) contre Montpellier

Daniel Ikpefan (Toulon) contre MontpellierIcon Sport

" Nous devons trouver ce liant entre nous "

Collectivement c'est assez poussif pour l'instant, comment l'expliquez-vous ?

D. I. : Le début de saison est compliqué, mais je ne me fais pas de soucis pour le club. Il y a beaucoup d'exemples par le passé, à commencer par Castres l'année dernière, d'équipe qui ont mal commencé avant de revenir. Il y a eu beaucoup de changements ici, nous manquons encore de repères. A nous de trouver ce liant entre nous. Mais la saison est longue. Même si l'on ramène zéro point de Montpellier, ça reste un bon match sur le plan défensif et même en attaque. Nous avons su avoir des opportunités, il manque des détails. Là on change de compétition, ça va nous faire du bien mentalement. On va garder nos précédentes sorties pour continuer de progresser. On va jouer les deux compétitions à fond. On verra ce que ça donnera après les deux premiers matchs européens.

Comment voyez-vous cette coupe d'Europe justement ?

D. I. : J'ai déjà joué la Champions Cup avec Oyonnax. J'ai même commencé par là après deux trois matchs en Top 14. J'ai affronté les Saracens, notamment, avec de beaux déplacements. C'est dur comme compétition. Ça demande plus d’agressivité que le Top 14, un peu plus de rythme, mais j'ai confiance on a un beau collectif. Si on corrige nos imperfections, nous avons l'opportunité de faire quelque chose. Nous jouons notre premier match à Mayol, nous nous devons de gagner.

Contenus sponsorisés
0
0