Icon Sport

Penaud : "Le moindre ballon tombé, cela peut aller très vite. A nous de rester vigilants"

Penaud : "Le moindre ballon tombé, cela peut aller très vite. A nous de rester vigilants"

Le 02/01/2020 à 16:47Mis à jour Le 03/01/2020 à 09:09

TOP 14 - Le trois-quarts aile, mis hors du groupe contre Castres, est de retour. Avant de se mettre en action sur une pelouse qui favorise le jeu, Damian Penaud sait qu’il faudra proposer les ingrédients nécessaires pour rivaliser avec le Racing 92.

Rugbyrama : C’est dur de ne pas faire d’excès pendant les fêtes ? Comment avez-vous géré cela ?

Damian Penaud : On fait un sport de haut niveau donc à nous de respecter ce genre d’excès à ce moment de la saison. Il faut être rigoureux, ce n’est pas très compliqué. D’autant plus avec le match qui nous attend samedi. On a récupéré un peu de fraicheur et nous avons pu passer du temps en famille avec ces deux coupures donc à nous de nous mettre dans de bonnes conditions pour aller faire quelque-chose au Racing qui sort d’une victoire à l’extérieur.

Bayonne, Lyon, l’UBB ont gagné au Racing 92 cette saison et Agen y a fait match nul. Comment abordez-vous ce match face à une équipe qui a impressionné lors de sa victoire à Brive le weekend dernier (44-20) ?

D.P : Forcément, il y a beaucoup d’équipes qui ont un jeu basé sur la vitesse et le terrain du Racing 92 est fait pour ça. Là-bas, à la Paris Défense Arena, c’est une ambiance particulière, c’est assez original, c’est plus une salle de spectacle mais avec le temps qu’il fait je suis plutôt content d’y jouer samedi. C’est un terrain fait pour les trois-quarts mais il faudra mettre beaucoup de combat et d’agressivité pendant tout le match. A nous de bien se préparer mais on sait que les Racingmen sont en confiance. Ils font un gros début de saison. Contre Brive ils ont mis certains joueurs au repos donc cela montre l’étendue de leur effectif et leur potentiel. Ils ont comme nous un effectif large et dense. Ils vont s’en servir. A nous de faire les choses bien.

Les deux derniers déplacements au Racing ont été totalement différents (Défaite 58-6 et victoire 17-40 en 2018). Y-a-t-il des choses à retenir de ces deux matches ?

D.P Franchement, le passé je m’en fous un peu... Les équipes changent et on ne va pas penser à ce qu’il s’est passé il y a deux ans ni à l’année dernière d’ailleurs. On va juste penser aux derniers jours qui arrivent pour préparer ce match car nous avons une semaine courte. Nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour travailler ensemble mais nous avons bien récupéré. Comme sur chaque match de rugby il va falloir s’envoyer, combattre toute la partie, ne jamais se lâcher car c’est une surface rapide et le moindre détail, le moindre ballon tombé et cela peut aller très vite. A nous de rester vigilant pendant tout le match.

" Mon absence contre Castres était une sanction par rapport à mon attitude lors du match contre Toulon. Je l’assume et cela fait partie du sport."

Vous étiez absent contre Castres mais comment avez-vous vécu ce match un peu explosif avec deux mi-temps complètement différentes ?

D.P Oui le début de match a été explosif et la deuxième mi-temps plus compliquée avec les deux cartons mais nous avons su rester solidaires pendant quatre-vingt minutes. L’objectif était de gagner et on va essayer de se servir de ce match pour apprendre de nos erreurs. Même si Castres est revenu nous n’avons pas eu de doutes sur la fin de match et nous avons su maitriser les temps forts et les temps faibles. Il faut se servir de cette partie comme des précédentes pour corriger au fur et à mesure les choses qui ne vont pas.

On se dit que vous avez les armes pour réaliser quelque-chose au Racing…

D.P Oui et comme l’avait dit Arthur (Iturria ndlr), quand nous sommes tous connectés au même moment, nous pouvons faire de belles choses donc cela ne dépend que de nous et de ce que nous allons produire sur le terrain ce weekend. Le Racing est en confiance donc attention.

Votre absence contre Castres était une mise au repos ?

D.P Non ce n’était pas du repos, c’était juste une sanction par rapport à mon attitude lors du match contre Toulon. Je l’assume et cela fait partie du sport. C’est une sanction. Je n’ai pas envie d’en parler plus, cela reste entre Franck (Azéma ndlr) et moi.

Qu’est-ce que l’on peut vous souhaiter pour cette année 2020 ?

D.P D’abord d’être en bonne santé. Puis de faire une bonne saison collectivement et personnellement. Et gagner des titres.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés