Icon Sport

Top 14 - Comment Castres a sorti la tête de l'eau

Comment Castres a sorti la tête de l'eau
Par Simon Valzer via Midi Olympique

Le 31/01/2019 à 11:15Mis à jour Le 31/01/2019 à 11:40

TOP 14 - Enfin sorti d'une période délicate qui avait débuté avec la défaite à domicile contre Agen, le Castres olympique a gagné le droit de passer une trêve en toute tranquillité. Voici les raisons du retour en grâce des Castrais.

Les Castrais ont « mangé des cailloux », comme se plaisait à le répéter leur manager Christophe Urios. Ils ont même mangé "tous les rochers du Sidobre !" exagérait le boss du CO, faisant allusion à cette zone granitique qui se situe à quelques encablures de Castres. C'est vrai. Les Castrais ont connu leur période sombre. Une période au cours de laquelle ils ont concédé trois défaites en quatre matchs de Top 14 en fin d'année dernière. Les ennuis ont débuté avec cette défaite à domicile contre Agen.

Après le second épisode européen et cette victoire historique contre le Munster, on pensait les Castrais guéris. Mais la semaine suivante, ils rechutaient lourdement à domicile contre l'UBB (13-32) avant de prendre la marée à La Rochelle (53-27). De lourdes défaites qui ne ressemblaient pas à l'état d'esprit ni aux valeurs de combativité des Castrais. L'était d'urgence était déclaré, et voici le chemin parcouru depuis jusqu'à cette probante victoire contre Clermont, ex-leader du Top 14 et cette huitième place à seulement quatre points du Stade français, dernier qualifié provisoire.

Une défense retrouvée

Les défaites concédées face à Bordeaux puis au Stade rochelais ont réveillé les consciences castraises : 85 points encaissés en deux matchs, c'était "inacceptable" selon l'entraîneur adjoint Joe El Abd. Ses hommes ont donc réagi dès la semaine suivante, à Grenoble, où une défense de fer aura eu raison de la ténacité des Grenoblois. Depuis, et si l'on met de côté la Champions cup dans laquelle les Castrais n'avaient mathématiquement que peu de chances de se qualifier, les hommes de Christophe Urios ont retrouvé des certitudes en défense. Le meilleur exemple tient dans leur prestation face à Clermont (victoire 24-16) qui possède encore à ce jour la meilleur attaque du Top 14.

Top 14 - Apisai Naqalevu (Clermont) contre Castres

Top 14 - Apisai Naqalevu (Clermont) contre CastresIcon Sport

Des intentions offensives retrouvées

Le cocapitaine Robbie Ebersohn nous l'assurait il y a peu : en dépit de la lourdeur du score, le déplacement à La Rochelle avait été porteur d'espoir, notamment sur le plan offensif : "Là bas nous avons retrouvé l'envie d'attaquer, de tenter des choses offensivement. La défense n'est pas satisfaisante bien sûr mais c'est la prochaine étape." Le capitaine et son équipe ont tenu parole. Mieux huilé collectivement contre Gloucester pour la dernière journée de Champions Cup, le jeu castrais a retrouvé du panache contre Castres. Dans le sillage d'avants dominateurs, les trois-quarts tarnais se sont illustrés. Il n'y pas de secret : quand le pack va...

Un coaching payant

Cette réception de Clermont avait été savamment préparée et anticipée par le staff castrais. Celui-ci n'avait pas fait l'erreur de négliger le dernier match de Coupe d'Europe, même si les chances de qualification étaient infimes. Des hommes comme Yannick Caballero, Ma'ama Vaipulu, ou Rory Kockott ou Martin Laveau avaient besoin de temps de jeu. Sur le banc, on trouvait Steve Mafi et Wilfrid Hounkpatin qui allaient être titulaires la semaine suivante, et qui furent décisifs face à l'ASM. D'autres, comme Jenneker, Jacquet, Delaporte ou Urdapilleta avaient besoin de souffler. A l'heure ou nous écrivons ces lignes, tous profitent de congés bien mérités. Pour mieux reprendre leur marche en avant à dans deux semaines, au Hameau face à Pau.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0