Icon Sport

Clermont : le piège ? Quel piège ?

Clermont : le piège ? Quel piège ?

Le 02/05/2019 à 15:15Mis à jour Le 02/05/2019 à 15:35

TOP 14 - Deuxième avec 12 points d’avance sur Lyon et qualifiée pour les phases finales, l’ASM a l’occasion de valider son billet pour les demi-finales. Face à l’USAP, déjà reléguée, et à six jours de leur finale de Challenge Cup, les Clermontois veulent mettre les ingrédients nécessaires pour ne pas tomber dans le match piège.

"On doit rester au même niveau, tout le groupe. On attaque les phases finales donc on ne peut pas tomber dans le match exhibition, jouer les ballons dans tous les sens… Il faut être sérieux. L’USAP n’a rien à perdre et ce sont les équipes les plus dangereuses." Flip Van der Merwe est sorti du "frigo" après sa suspension et n’allez pas dire au Sud-africain, qui arrêtera sa carrière en fin de saison, que la réception de Perpignan est une formalité ou un match de gala. En gagnant au Stade français, l’ASM a fait le plus dur et jouera les phases finales et une victoire contre les Catalans lui assurerait un billet en première classe pour Bordeaux.

Challenge Cup - Arthur Iturria (Clermont)

Challenge Cup - Arthur Iturria (Clermont)Icon Sport

Mais à moins d’une semaine d’une finale de Challenge Cup, ce match a tout d’un piège. "Je ne pense pas que l’on puisse tomber dans ce piège avoue Morgan Parra. Nous avons un groupe qui se connait et qui a vécu dans le passé des matches importants de Champions Cup et des matches de Top 14 avant ou après ce genre de grands rendez-vous. Il faut juste être respectueux au maximum de cette équipe de l’Usap et ne pas les prendre de haut, de jouer notre jeu, de bien rentrer dans ce match et de mettre les choses en place comme il faut." Un échec à domicile des Clermontois, avant un choc, cela est déjà arrivé en avril 2015 contre Oyonnax, à une semaine d’une demi-finale contre les Saracens à Saint-Etienne (Défaite 10-11). A la différence qu’Oyonnax jouait encore son maintien.

" La meilleure façon de se préparer pour des matches comme une finale de Challenge Cup c’est de capitaliser de la confiance, d’avoir de l’unité sur le terrain, d’être affamé et de ne pas se poser de question."

La capacité à se sortir d’un très mauvais début de match au Stade français, avec une grosse défense et un gros finish, et un groupe qui tourne bien sont des signaux positifs pour que Clermont ne lâche plus rien jusqu’en juin. "On sent que tout le monde est habité par le même objectif explique Morgan Parra. N’importe quel joueur apporte une plus-value. On va rentrer quelques joueurs clés encore et on veut être au taquet dans cette fin de saison. Mais il faut confirmer face à Perpignan." Si tout va bien, l’ASM a un mois et demi de grands rendez-vous à venir. En compostant son billet pour Bordeaux, elle irait à Newcastle avec un poids en moins, s’offrirait le luxe de "gérer" son groupe sur les deux dernières journées et de relancer certains cadres en reprise comme Toeava, Zirakashvili ou Cancoriet.

Mais contre l’USAP pas question de gérer. "La qualification est en poche mais maintenant il faut valider cette demi-finale le plus tôt possible en faisant une grosse prestation contre Perpignan rappelle Franck Azéma. Ce n’est pas un match piège car Perpignan se respecte sur le terrain, elle produit du jeu. C’est toujours une grosse échéance pour nous de jouer au Michelin, de faire un bon match, quel que soit l’adversaire. L’Usap n’a jamais lâché, cela prouve qu’elle a du caractère. Elle aurait pu exploser depuis longtemps, ce n’est pas le cas."

Clermont est donc à l’abri d’une déconvenue, comme a pu en connaitre le MHR face aux Sang et Or (Victoire 10-28 lors de la 16e journée) ? "On verra samedi mais en tout cas il faut être en alerte par rapport à ça prévient Franck Azéma. La meilleure façon de se préparer pour des matches comme une finale de Challenge Cup c’est de capitaliser de la confiance, de bien travailler ensemble, d’avoir de l’unité sur le terrain, d’être affamé et de ne pas se poser de question. Il faut rester focaliser sur ce que l’on doit produire et à quelle intensité, être sérieux par rapport à ça." Lancée vers son double objectif après une saison blanche, l’ASM n’a pas le temps de perdre des matches. Encore moins contre la lanterne rouge et au Michelin où elle reste invaincue cette saison. "Il reste encore, j’espère, un mois et demi de compétition, et on ne va pas faire de calculs conclut Azéma. C’est comme ça que tu te blesses, comme ça que tu perds des matches."

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0