Icon Sport

Top 14 - Clermont en mode caméléon

L’ASM en mode caméléon

Le 05/09/2018 à 09:32

TOP 14 - Large vainqueur du Racing 92, Clermont a impressionné. Son adaptation au jeu de l’adversaire et le positionnement de certains joueurs à des postes différents ont été gagnants.

Le caméléon a des yeux qui peuvent se déplacer dans tous les sens. Et bien sûr, il peut changer de couleur pour se camoufler. Sur la pelouse du Racing 92, les Clermontois n’ont pas changé de couleur en une semaine après le festival contre Agen mais ils ont modifié leur tactique face à un adversaire d’un autre tonnage. D’abord, le staff a sorti ses joueurs de leur "confort" en les positionnant à des postes différents. Ainsi, en l’absence de Raka, de Grosso, d’Ezeala ou d’Abendanon, Damian Penaud jouait ailier. Un coup gagnant puisque le jeune international, qui joue centre habituellement a marqué un essai. Devant, Arthur Iturria, qui a joué à ce poste à Bayonne étant plus jeune, était placé en numéro 6.

top 14 - Arthur Iturria (Clermont) contre Agen

top 14 - Arthur Iturria (Clermont) contre AgenIcon Sport

Un poste de flanker qu’il appréhende depuis le match de préparation contre le Canada le 17 août. Cette fois, le changement s’est révélé très judicieux pour Clermont qui avait besoin d’un troisième-ligne longiligne et aérien dans son alignement en l’absence de Chouly et de Lapandry. Résultat : 4 ballons captés par le Basque et 2 ballons volés sur lancers franciliens. Et on ne parle pas de son abattage en défense avec 16 plaquages réussis (2e meilleur plaqueur derrière Vahaamahina, 18). Quand on connait la qualité de ces deux joueurs, ce ne sont pas des paris énormes mais fallait-il encore les faire. Cela a payé et déstabilisé l’équipe du Racing. "Nous avons pris une leçon d’abnégation et d’agressivité, une leçon sur les phases statiques déclarait Laurent Travers en zone mixte. Ils ont fait ce qu’il fallait pour gagner."

Avec une domination flagrante sur les fondamentaux, Clermont a montré beaucoup de sang-froid, celui d’une équipe programmée pour remporter un match contre une équipe qui fait référence en matière de réalisme et de contre. "Je n’ai pas vu un volume de jeu énorme, quelque-chose de transcendant en termes de jeu et de construction mais j’ai vu quelque-chose de courageux et de solidaire et c’est plutôt bien" expliquait Franck Azéma après la rencontre. Oui, à Nanterre, l’ASM a joué comme le grand Racing de ses dernières saisons et ne s’est pas laissé emporter par sa volonté de jouer à tous crins. C’était précis, ciselé, pointu, affuté…

Top 14 - Camille Lopez et Peter Betham (Clermont) contre le Racing 92

Top 14 - Camille Lopez et Peter Betham (Clermont) contre le Racing 92Icon Sport

Les Clermontois savaient à qui ils avaient affaire. Solide dans les rucks, en défense, en mêlée (5 pénalités récoltées !), les Auvergnats ont construit leur victoire au pied après avoir mis à la faute leurs adversaires, avant de porter le coup de grâce. Sur une attaque des Ciel et Blanc, après un grattage au sol, c’est Peter Betham qui s’envole depuis les 40 mètres pour un essai en contre que Juan Imhoff, spécialiste du genre, aura apprécié. La charnière a su s’adapter à la défense des hommes de Laurent Travers et jouer à la perfection en alternant le jeu. Si cela ne passe pas au ras, Lopez, qui avait des yeux partout, tente la passe dans l’en-but et dans le dos de la défense pour l’essai de Fofana dans un espace très réduit.

Top 14 - Wesley Fofana (Clermont) marquant un essai contre le Racing 92

Top 14 - Wesley Fofana (Clermont) marquant un essai contre le Racing 92Icon Sport

Face à une défense à plat de Russell et Imhoff, c’est Toeava qui usait de son pied pour prendre à revers le Racing, permettant à Penaud de marquer le 3e essai. Les trois essais ne sont pas intervenus sur des attaques en première main mais l’efficacité est là. "Après les matches de préparation et le premier match contre Agen j’attendais d’avoir une réponse avouait Franck Azéma. Je voulais voir, contre une équipe comme le Racing si l’on était capable de rester sur un gros niveau d’intensité et d’être consistant dans la vitesse d’exécution mais aussi dans le combat." L’entraîneur en chef des Jaune et Bleu a vu. Et il a déjà quelques certitudes sur l’adaptation de son équipe avant de recevoir le Stade français samedi au Michelin.

Contenus sponsorisés
0
0