Midi Olympique

Top 14 - Clermont, en-avants toutes

Clermont, en-avants toutes

Le 15/09/2018 à 21:06Mis à jour Le 16/09/2018 à 12:46

TOP 14 - Au terme de leur prestation la moins aboutie depuis le début de la saison, les Auvergnats se sont tout de même imposés à l'extérieur, à Pau (27-23). Clermont a de la marge.

Combien sont-ils, au juste ? Une dizaine, aux bas mots. Des en-avants clermontois au contact, avant le contact, dans les airs ou sans pression, même. Un déchet rare, unique même pour les Auvergnats depuis le début de la saison. Des maladresses, couplées à une grande faiblesse en touche et qui ont longtemps retardé une échéance qui semblait pourtant évidente : l'ASMCA, supérieure individuellement dans toutes les lignes et plus puissant, se devait de l'emporter dans le Béarn. Chose faite (27-23) dans la douleur et finalement grâce à un gros travail de ses avants, nets dominateurs en mêlée fermée et sur les groupés-pénétrants.

"Depuis le début de la saison, on parle beaucoup des trois-quarts de l'ASM. On oublie souvent de dire que, s'ils brillent, c'est qu'il y a un énorme travail abattu en amont, par les avants. Le rugby a toujours commencé et commencera toujours devant. C'était le cas sur les autres matchs. C'est encore le cas ce soir " appréciait le capitaine Morgan Parra après la rencontre. En clair : quand il y met a manière, comme lors des trois premières journées, ce Clermont de septembre fait exploser ses adversaires. Quand elle n'est pas en mesure de faire mieux que les fondamentaux, l'ASMCA s'impose quand même. De quoi justifier d'une belle marge sur la concurrence. "C'est bien de savoir qu'on peut se reposer sur ce socle de fondamentaux. On le voit depuis quatre matchs, il faut ça continue" encourageait Franck Azéma.

Possession et occupation

Pour arriver à ses fins, l'ASMCA a donc plus fermé le jeu qu'à son habitude. En travaillant dans de plus petits périmètres, après la pause, puisque leur manque de précision les empêchait de s'exposer sur les extérieurs. La domination territoriale et la possession du ballon très clairement en leur faveur, après la pause, a débouché sur une victoire longue à se dessiner. Mais finalement logique. "Ils ont tellement dominé cette deuxième mi-temps que, si nous l'avions finalement emporté, ça aurait été un petit hold-up" reconnaîtra Simon Mannix après la rencontre, beau joueur.

Passée l'analyse du contenu, restera l'aspect comptable, froid. Le seul dont on se souviendra dans quelques semaines. Clermont, en ce début de championnat, enchaîne une quatrième victoire de rang et s'installe déjà confortablement en tête du Top 14. Sans même avoir besoin de toujours forcer son talent.

Contenus sponsorisés
0
0