Icon Sport

Top 14 - Clermont, champion des doublons

Clermont, champion des doublons
Par Rugbyrama

Le 17/02/2019 à 13:47Mis à jour Le 17/02/2019 à 15:12

TOP 14 - Privée de ses internationaux français, l’ASM s’est imposée avec brio contre Bordeaux-Bègles (40-20), ce samedi au Stade Marcel-Michelin. Une période de doublons qui ne porte pas forcément préjudice aux Auvergnats ces dernières saisons.

Ce n’est un secret pour personne : Clermont est l’un des principaux fournisseurs de joueurs de l’équipe de France, et ce depuis de nombreuses saisons. Quoi de plus normal pour ce modèle de régularité au haut niveau ? Alors lorsque vient le Tournoi des 6 Nations, l’effectif auvergnat s’en trouve impacté. Cinq appelés en 2016, sept en 2017 et 2018, et encore six cette année. Auxquels vient s'ajouter Étienne Falgoux, convoqué ce samedi soir en remplacement de Danny Priso.

Et pourtant, l’ASM ressort à chaque fois de ces doublons avec un bilan comptable positif. Même l’année dernière, alors que les hommes de Franck Azéma vivaient une saison très compliquée, Clermont s’en était tiré avec 3 victoires en 6 matchs. "L’année dernière, on avait aussi souffert parce qu’on avait eu énormément de blessés, rappelait le manager clermontois après le match face à l’UBB. Quand on a tout le monde à l’entraînement, c’est plus facile de composer et de batailler. "

Top 14 - Paul Jedrasiak (Clermont) contre Bordeaux

Top 14 - Paul Jedrasiak (Clermont) contre BordeauxIcon Sport

Cette capacité à encaisser l’impact des joutes internationales est due en grande partie à la qualité de l’effectif auvergnat. Sûrement le plus profond de tout le championnat. Privés de leurs deux ailiers titulaires Alivereti Raka, blessé, et Damian Penaud, retenu avec les Bleus, les Jaunards disposent encore de Rémy Grosso, Peter Betham ou Samuel Ezeala, des joueurs largement de calibre Top 14. Pareil pour la deuxième ligne, ou Franck Azéma a aligné Sitaleki Timani et Paul Jedrasiak, en l’absence d’Arthur Iturria et Sébastien Vahaamahina.

Un patron venu d’Écosse

Face à l’UBB, le groupe clermontois a montré qu’il n’avait pas besoin de ses internationaux pour gagner. Extrêmement disciplinés (5 pénalités concédées seulement), les coéquipiers de Damien Chouly ont été très agressifs en défense, étouffant dans l’œuf les tentatives de franchissement girondines. Ils ont notamment été aidés par le jeune Alexandre Fischer. Le flanker de 21 ans a encore une fois réalisé une très bonne prestation. "J’ai loupé deux plaquages, ça me chagrine un peu, regrettait l’intéressé en conférence de presse. C’est le jeu, il me reste du travail."

Greig Laidlaw (Clermont) contre Bordeaux-Bègles

Greig Laidlaw (Clermont) contre Bordeaux-BèglesIcon Sport

Surtout, l’ASM a pu compter sur le retour d’un autre international, Écossais pour sa part : Greig Laidlaw. « La semaine dernière, avant le match contre l’Irlande, il m’a demandé ce que je comptais faire, témoignait Franck Azéma. Je lui ai dit que je voulais qu’il joue, et il m’a répondu qu’il était content, qu’il serait de retour dimanche. Lundi matin c’était le premier à l’entraînement. » Auteur de 20 points et d’un 100% au pied, le capitaine du XV du Chardon a joué 80 minutes face à l’UBB, où il évolué à la mêlée puis à l’ouverture. "Ce n’est pas un garçon qui est usé, il prend du plaisir à chaque match. C’est une question d’éducation et d’état d’esprit."

Après une défaite à Castres lors de la dernière journée (24-16), les Clermontois se sont bien repris dans cette période de doublons grâce à ce succès probant contre Bordeaux-Bègles. Reste à l’ASM un déplacement à Lyon, puis les réceptions de Grenoble et Pau pour continuer ce qui est maintenant une habitude : dominer le Top 14 sans les joueurs au maillot frappé du coq.

Par Baptiste Pery

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés