Icon Sport

Top 14 - Castres : statut assumé

Castres : statut assumé
Par Rugbyrama

Le 26/08/2018 à 20:42Mis à jour Le 27/08/2018 à 00:31

TOP 14 - Le champion de France s’impose d’entrée sur la pelouse de Montpellier (25-20), qu’il avait battu en finale l’an passé. Un retour gagnant sur tous les plans pour les Castrais, qui préfèrent se montrer prudents après ce premier exploit.

La malédiction du champion serait-elle une légende ? Christophe Urios se charge de à la question avec sa verve habituelle : "Je suis content car cette putain de malédiction du champion, c’est nul ce qu’on dit. Ça ne sert à rien ! Elle existe si tu y crois, mais si tu n’y crois pas, elle n’existe pas. Je ne se suis pas certain que ça soit plus simple aujourd’hui pour Toulon, Perpignan et Agen que nous." En effet, tous ces clubs ont perdu à la première journée, là où le C.O s’est lui imposé sur la pelouse du vice-champion de France, qu’il avait déjà terrassé en finale. Un exploit ou un simple message fort envoyé au Top14, par le détenteur du bouclier de Brennus, déterminé à faire respecter son statut ? "On savait que Montpellier avait beaucoup de blessés et on savait dans quel contexte on venait. Franchement c’était plus simple de venir nous jouer à Montpellier qu’eux de nous recevoir. Ils avaient tout à perdre quoi… Il faut qu’on fasse preuve d’humilité. On a fait un bon match, on a bien géré et on a eu de la réussite sur la rencontre. Restons prudents, car le chemin est encore long…", poursuit le manager.

Vidéo - Urios : "On n'est plus champion et il fallait le montrer"

01:51

Long, certes, mais le départ ne pouvait être plus beau. Le pilier Antoine Tichit avoue que le jour d’après restait une incertitude dans la tête des Castrais : "Nous avions à cœur de bien reprendre le championnat. Et sincèrement nous voulions juste nous rassurer car nous n’avions pas fait deux très bons matchs amicaux. Dans le sens où on n’avait pas réussi à mettre notre jeu en place face à deux adversaires tournés vers le combat. Et au final, ces deux tests ont fait du bien à l’équipe, puisque sur le jeu au sol et le combat, on a pu être forts face à Montpellier et tenir le ballon." Deux secteurs de jeu, qui ont encore permis au C.O de s’imposer face au MHR. "Il faisait très chaud et c’était donc très difficile pour eux d’avoir une réaction d’orgueil dans ces domaines."

Résilience défensive

Camille Gérondeau confirme : "On savait que Montpellier était très fort au sol et très dominant physiquement et qu’il fallait donc au moins faire jeu égal voire même les dépasser pour espérer. Et aujourd’hui, je pense qu’on a réussi à les secouer en étant performants sur les rucks, chose qui avait fait défaut à l’équipe sur les deux matchs de préparation. On a rectifié le tir et cela a payé."

Vidéo - Gérondeau : "Je tiens à m'excuser auprès de mes coéquipiers"

01:08

En effet, les Tarnais ont réussi à faire déjouer durant le premier acte des Héraultais, amorphes, avant de les punir durant les vingt premières minutes de la seconde mi-temps, grâce à un jeu d’occupation redoutable et une froide efficacité. "C’est vrai, nous avons été très réalistes. Dès que le groupe est arrivé dans les quarante mètres adverses, il s’est montré froid et pragmatique. Nous avons aussi eu un Scott (Spedding, NDLR) déterminant et des arrières très opportunistes. Je pense aussi qu’on a fait un gros boulot devant et ils se sont chargés de terminer les actions. Aujourd’hui, c’est une vraie et grosse performance collective et cela doit durer ainsi", ajoute le flanker.

Top 14 - Scott Spedding (Castres) contre Montpellier

Top 14 - Scott Spedding (Castres) contre MontpellierIcon Sport

Un collectif serré et convaincu de ses forces, qui a fait preuve d’une résilience défensive héroïque dans les dix dernières minutes en infériorité numérique. Suite au carton jaune de Gérondeau, qui a tenu à faire son mea-culpa : "C’était assez difficile pour nous et ils ont réussi à se sérer les coudes. Et je tiens d’ailleurs à m’excuser par-rapport à eux. Là cela est passé et on va donc dire que c’est un avertissement sans frais, mais cela ne doit pas se reproduire. J’ai manqué de lucidité sur l’action. (…) Après, je veux souligner notre solidarité défensive. Tout le monde s’est arraché pour colmater les brèches et rattraper des coups face à des individualités de très haut niveau. On se bat tous et nous avons même réussi à inverser la pression grâce à notre défense sur certaines actions."

" On savait que les lendemains des titres sont toujours difficiles et nous ne voulions pas passer pour des nazes"

Castres s’est comporté en champion au GGL Stadium et confirme ainsi son statut face à sa dernière victime de l’an passé. Un départ parfait, que tous les Castrais à l’instar de l’ancien Clermontois (Gérondeau) ont voulu relativiser : "Nous sommes très heureux et forcément très fiers de commencer comme ça la saison. Après, il nous reste à confirmer le week-end prochain avec la réception de Lyon. Et on sait que le Lou est dans un contexte particulier (match nul à la maison contre Toulouse). On a un gros match à préparer et ce serait bête de tout gâcher." Le mot de la fin pour Antoine Tichit : "On savait que les lendemains des titres sont toujours difficiles et nous ne voulions pas passer pour des nazes ! Maintenant, il faut vite basculer pour ne pas perdre la “piaule”" Entre humilité et ambition, le champion castrais a assumé son statut sans en rajouter et démontré ainsi toute sa classe.

Par Julien Louis

Contenus sponsorisés
0
0