Icon Sport

Top 14 - Benjamin Fall (Montpelier) : "La victoire est impérative"

Fall : "La victoire est impérative"
Par Rugbyrama

Le 01/09/2018 à 10:32Mis à jour Le 01/09/2018 à 13:09

TOP 14 - Non sélectionnable lors de la première journée de Top14 (présent sur la liste des joueurs du XV de France protégés par la convention), l’international tricolore devrait être titulaire à l’arrière samedi (GGL Stadium 18h) face à La Rochelle. Un renfort de poids pour le MHR, obligé de réagir après son faux départ face à Castres (défaite 20-25).

Rugbyrama : De l’extérieur, comment analysez-vous le revers face aux Castrais ?

Benjamin Fall : C’est sûr que démarrer la première journée par une défaite, surtout contre notre bête noire de la dernière finale de Top14, c’est toujours délicat. Après quand on voit le parcours de Castres l’an dernier… Ils ont commencé par quatre défaites sur les cinq premiers matchs et ils y terminent champions. On se dit donc que la saison est longue et que nous aurons encore des chances. Mais ce n’est pas à réitérer trop souvent car on peut vite se mettre dans l’embarras. De l’extérieur, on a eu des occasions qui n’ont pas été concrétisées, alors qu’eux ont été hyperréalistes et un peu plus agressifs que nous. Nous avons aussi eu du mal à sortir de notre camp, on s’est mis en difficulté et on prenait des points juste après avoir marqué. Nous avons aussi eu du mal à nous déplacer offensivement alors qu’on sort de la préparation physique et qu’on est censés être en forme et frais. Il faut donc juste être plus actif et rebondir. L’équipe n’a pas été en place et va tout faire pour l’être mieux ce week-end.

Aaron Cruden (Montpellier) contre Castres

Aaron Cruden (Montpellier) contre CastresIcon Sport

Une obligation, car avec deux défaites consécutives à la maison pour démarrer, la suite…

B.F. : (Il coupe) On pourrait vite se mettre dans l’embarras et dans une spirale pas forcément positive. Il faut donc réagir dès samedi avec une victoire impérative.

Pensez-vous que la venue de Castres ait pu faire remonter des mauvais souvenirs dans vos esprits et que ça a perturbé votre match ?

B.F. : Peut-être. Car même si tu essayes d’y faire abstraction, tu as toujours des gens autour de toi qui sont là pour te le rappeler. Je pense que c’est un peu comme quand Clermont joue des finales, il y a toujours quelqu’un qui est là pour leur parler du passé, alors qu’ils ont envie d’oublier et de passer à autre chose.

Aujourd’hui, avez-vous réussi à trouver une explication à cette finale perdue ?

B.F. : C’est encore difficile dès qu’on voit les images à la télé, cela ne remémore pas de bons souvenirs. Après, il faut s’en servir, en tirer des enseignements et apprendre. J’ai dû regarder peut-être trois fois le match en trois jours quand on est partis en Nouvelle-Zélande (avec le XV de France ; NDLR) pour voir ce qui n’allait pas. C’est un des matchs le plus important de notre saison, on a dominé toute la saison et malheureusement, on passe totalement à côté. Les Castrais n’ont pas non plus volé leur victoire car ils ont fait ce qu’il fallait. On le sait. J’espère qu’on pourra y retourner cette année avec plus d’intentions ou au moins, perdre avec les honneurs. Car là, en l’occurrence, on n’a pas perdu avec les honneurs.

Quel regard portez-vous sur votre futur adversaire, La Rochelle ?

B.F. : C’est une équipe joueuse qui n’hésite pas à relancer de son camp et court beaucoup. Je pense qu’ils vont garder l’identité que Patrice Collazo a pu mettre en place. Ils ont des gabarits qui ont des appuis et des qualités. Ils sont assez complets dans tous les secteurs et mettent beaucoup de vitesse dans leur jeu.

Sur le plan personnel, quelle est votre ambition cette saison ?

B.F. : Continuer à jouer tous les matchs, enchaîner les bonnes prestations et arriver à “switcher” sur l’équipe de France de la plus belle des manières. Confirmer la saison pleine que j’ai pu faire l’an dernier (23 matchs disputés, 3 essais marqués et 6 sélections avec le XV de France). C’est une des saisons ou j’ai le plus enchaîné et je veux me servir de ça pour en faire une autre, deux autres et plein d'autres s’il faut !

Avec également la Coupe du monde 2019 au Japon en tête ?

B.F. : La coupe du monde est l'un des gros objectifs. C'est un peu le “baroud d'honneur” de ma carrière internationale. A l’issue cette échéance la place sera laissée aux un peu plus jeunes que moi qui vont arriver. Après si j’ai encore du “gaz”, je n'exclus pas de continuer, mais il faut être vigilant et lucide sur ça.

Propos recueillis par Julien LOUIS

Contenus sponsorisés
0
0