Icon Sport

Top 14 - Antoine Miquel (Agen) : "Nous avons su relever la tête"

Miquel : "Nous avons su relever la tête"

Le 16/09/2018 à 10:33

TOP 14 - Montré du doigt après sa lourde défaite au Racing 92 la semaine passée (59-7), Agen a réagi en venant à bout de l'UBB à Armandie (22-17). Le troisième ligne et co-capitaine Antoine Miquel est heureux que le groupe se soit "retrouvé" dans la difficulté pour décrocher une deuxième victoire capitale.

Rugbyrama : Ce match semble être le plus abouti d'Agen depuis le début de la saison. Est-ce aussi votre sensation ?

Antoine Miquel : Oui. Depuis le début de la semaine, on s'est retrouvé. Nous avons fait un repas ensemble lundi et tout le monde avait envie d'aller de l'avant à nouveau. On avait tous retrouvé la banane. Forcément, les choses se passent mieux sur le terrain dans ces conditions. On voit que quand on respecte notre plan de jeu, ça passe...

Aviez-vous besoin de vous retrouver de la sorte ?

A.M. : Oui parce que ça a beaucoup parlé autour et même si on est des grands garçons et qu'on sait faire la part des choses, cela a créé une atmosphère pesante. Il fallait se resserrer. On avait pris deux fessées à l'extérieur, cela a créé un déclic. On s'est dit que si on ne faisait pas l'effort dès maintenant, le club allait descendre et que tout le monde allait dire que c'est à cause de nous. On a tous envie que le club reste en Top 14, même si on part à la fin de l'année.

Le groupe était vexé en fait ?

A.M. : Oui ! Si tu entends tout le temps que tu es le meilleur, tu te reposes sur tes acquis, mais nous avons été beaucoup critiqués... Au final, le fait d'être cassés fait du bien. Il faut avouer que quelques critiques étaient fondées. Elles nous ont mis le nez de notre caca (sic) et nous avons su relever la tête.

Le groupe aurait pu s'effondrer après la déculottée reçue au Racing 92.

A.M. : Certes mais on sait très bien qu'il y en aura d'autres, des matchs comme ça ! Ce n'est pas le premier et ce ne sera pas le dernier (sourire). On en a assez fait l'expérience l'année passée. D'ailleurs, on sait que c'est souvent quand on a pris une valise à l'extérieur qu'on s'est relevé derrière. Ça fait beaucoup de points encaissés mais c'était peut-être un mal pour un bien finalement.

C'est la première victoire du SUALG sur l'UBB depuis 2012. Cette victoire est-elle plus savoureuse dans ce cas ?

A.M. : Oui. Quand je jouais avec les Espoirs, c'était déjà la guéguerre entre Bordeaux et Agen. On en a parlé pendant la semaine. Même si on essayait de ne pas trop se focaliser là-dessus, c'est sûr que ça a joué. L'année passée, on avait fait un non-match contre eux (défaite à domicile 10-15, N.D.L.R.). Ils avaient proposé exactement le même jeu et nous avaient complètement cassés. On a su se servir de cette expérience pour pouvoir les contrer.

Grâce à ce succès, Agen fait un petit break sur les concurrents dans la course au maintien. Cette victoire était aussi importante de ce point de vue ?

A.M. : On a joué que quatre et il en reste vingt-deux donc rien n'est fait mais c'est sûr que c'est un grand pas.

Contenus sponsorisés
0
0