Icon Sport

Top 14 - Adrien Pélissié (Bordeaux) : "On se met une épine dans le pied"

Pélissié : "On se met une épine dans le pied"
Par Rugbyrama

Le 16/02/2019 à 18:06Mis à jour Le 16/02/2019 à 18:08

TOP 14 - Quelques minutes après la défaite de Bordeaux-Bègles à Clermont (40-20), le talonneur de l’UBB Adrien Pélissié regrettait l’indiscipline de son équipe, pénalisée à 12 reprises et sanctionnée d’un carton rouge pour Blair Connor.

Rugbyrama : Jouer ici, c’est déjà compliqué, jouer presque une mi-temps à 14 c’est impossible ?

Adrien Pélissié : Impossible je ne sais pas. Aujourd’hui, l’indiscipline ne nous aide pas. On a été aussi pris sur les collisions, sur le 1 contre 1 où on savait que ça allait être très dur. Clermont est une équipe très physique, qui joue très bien au rugby. On se met une épine dans le pied en jouant à un de moins. Le score reflète le match, on a été dominé.

Vous avez eu notamment du mal en touche ?

A. P. : Ça arrive, c’est comme un buteur : des fois ça ne passe pas. Est-ce que c’est un manque de concentration ? Moi je pense que c’est un tout. On avait bien préparé ce match mais au final on perd trois ballons en seconde période. Il faut continuer à bosser.

Vous avez reçu trois cartons rouges en déplacement. Comment expliquez-vous cette indiscipline ?

A. P. : Je ne sais pas. Maintenant, les arbitres font des réunions sur tout ce qui est placage dangereux. En début de saison on a été moins pénalisé, mais aujourd’hui on prend un rouge dès qu’il y a la moindre faute. On se le dit, les coachs nous le disent mais on ne peut pas tout contrôler dans un match. C’est difficile mais si on veut jouer le top 6, il va falloir jouer à 15 donc rectifier le tir très rapidement.

Top 14 - Blair Connor (Bordeaux) recevant un carton rouge contre Clermont

Top 14 - Blair Connor (Bordeaux) recevant un carton rouge contre ClermontIcon Sport

On a tout de même senti une réaction d’orgueil après l’expulsion de Blair Connor, comme à Castres lors de la 12e journée…

A. P. : C’était passé à Castres (victoire 13-32 après 50 minutes à 14, ndlr), mais c’était dans un contexte différent, contre une équipe différente. Aujourd’hui Clermont a étalé son rugby, même sans ses internationaux. On voit qu’ils ont de quoi former deux équipes énormes, on a encore beaucoup à apprendre d’eux. Il ne faut oublier qu’ils figurent parmi les leaders du rugby européen. Aujourd’hui on a pris une baffe. Mais il ne faut pas lâcher, on est une équipe qui grandit.

Est-ce vous ne vous êtes pas paradoxalement mieux senti que face à Pau ou Agen ?

A. P. : Je ne sais pas si on s’est mieux senti. On a en a quand même pris 40, il ne faut pas l’oublier. On est des joueurs de rugby, des compétiteurs donc en prendre autant c’est toujours décevant. On a peut-être mieux joué que contre Agen, mais face à une équipe de ce calibre, ça ne suffit pas. Le match est perdu, c’est fini, on a pris zéro point. Il faut passer à la semaine prochaine et préparer le match contre Grenoble très sérieusement.

Propos recueillis par Baptiste Pery

Contenus sponsorisés