Icon Sport

Reggiardo : "A la mi-temps, le discours de Franck Azéma a peut-être été meilleur que le mien"

Reggiardo : "A la mi-temps, le discours d'Azéma a peut-être été meilleur que le mien"

Le 26/08/2018 à 10:15Mis à jour Le 27/08/2018 à 11:00

TOP 14 - Avec beaucoup de lucidité et une pointe d'humour, Mauricio Reggiardo est revenu sur la lourde défaite de son équipe sur la pelouse de Clermont. Pour le manager du SUA, malgré une bonne première mi-temps où ses joueurs ont fait mieux que rivaliser, Clermont ne dispute pas le même championnat que son équipe.

Rugbyrama : Quel est votre sentiment à l'issue de cette lourde défaite ?

Mauricio Reggiardo : Avant tout, je dois rester très lucide et ne pas me tromper de championnat. Si nous voulons faire comme l'an dernier, nous jouons entre la onzième et la quatorzième place. Ça, c'est notre championnat. Eux, ils seront champions, c'est ce que j'ai voté (ndlr : sondage midi-olympique publié dans l'édition du 24 août). J'avais analysé leurs deux matchs amicaux et j'avais vu qu'ils avaient plusieurs facteurs X, des joueurs capables de faire la différence. Tant que nous avons été capables de les faire tomber, de bien les plaquer, nous sommes restés dans le match. Après, ça a été bien plus dur... On mène à la pause, malgré une supériorité numérique (ndlr : carton jaune de Chouly, 38e), on prend deux essais. Et ensuite, ça a été trop compliqué. Comme ce sera difficile pour beaucoup d'équipe dans ce stade.

Avez-vous failli physiquement en deuxième période ?

M.R. : Non, mais peut-être que le discours de Franck a été meilleur que le mien à la mi-temps (sourire). C'est probable. Franchement, Clermont ne joue pas le même championnat que nous.

Le vôtre démarre-t-il la semaine prochaine contre Perpignan ?

M.R. : Je ne veux pas manquer de respect à Perpignan. Mais, tout comme Grenoble, c'est un promu. Je dirais plutôt que mon championnat, c'est d'abord celui des matchs à domicile. La semaine prochaine, c'est effectivement Perpignan.

Aviez-vous fait des choix dans votre composition dans cette perspective ?

M.R. : Non, nous avions prévu de jouer les deux premiers matchs à fond. Nous ne sommes pas venus en victimes, nous voulions jouer au rugby. Nous avons rivalisé pendant quarante minutes, même si nous avons été sous pression en première mi-temps. Mais, nous sommes tombés sur une grande équipe de Clermont.

Avez-vous cru à une éventuelle victoire à la pause ?

M.R. : Bien sûr que j'y ai cru ! On a fini la première mi-temps plus fort que Clermont et nous étions en supériorité numérique. Et puis, tout s'est enchaîné bien trop vite.

Contenus sponsorisés
0
0