Midi Olympique

Rétro 2019 : une année mémorable pour l'Aviron bayonnais

Rétro 2019 : une année mémorable pour l'Aviron bayonnais

Le 30/12/2019 à 17:01

PRO D2 / TOP 14 - L’Aviron, qui courait après un titre de champion de France depuis 1943, a connu une année 2019 qui restera dans les mémoires. Après des phases finales en Pro D2 exceptionnelles, les Ciel et Blanc ont retrouvé l’élite du rugby français.

Le fait de l'année : En un an, Yannick Bru ramène l’Aviron en Top 14

Arrivé aux commandes du club au mois d’avril 2018, Yannick Bru aura, en un an, ramené Bayonne dans l’élite, après deux saisons passées en Pro D2. Pour sa première expérience en tant que numéro un dans un staff, l’ancien adjoint de Guy Novès à la tête du XV de France, a parfaitement réussi sa mission. À force de travail et de rigueur, Bru permit à son équipe de rapidement prendre le bon wagon dans le haut du classement jusqu’à l’issue qu’on connaît tous. Maintenant, un tout autre challenge attend l’ancien talonneur. Après un retour canon en Top 14, son équipe est dans le dur. Saura-t-il trouver les solutions et les ressorts nécessaires pour permettre à l’Aviron de se maintenir dans l’élite ?

Yannick Bru - Bayonne

Yannick Bru - BayonneRugbyrama

Le joueur : Filimo Taofifenua

Ce n’est pas un hasard si, il y a un peu plus d’un mois, Filimo Taofifenua a été élu meilleur joueur de Pro D2. Ce soir-là, le numéro huit était préféré à l’international irlandais et maître à jouer de Brive, Stuart Olding (quatre sélections) et au serial marqueur Josaia Raisuque (15 essais en 22 matchs sur la saison 2018/2019 avec Nevers). Loin d’être le joueur le plus médiatisé de l’Aviron, Filimo Taofifenua était logiquement récompensé, tant son apport et sa régularité portèrent Bayonne dans sa course au titre. Utilisé à 27 reprises en Pro D2, le discret troisième ligne, joueur dynamique et adroit ballon en main, fut le meilleur Bayonnais sur l’année 2019. À son sujet, Joël Rey, entraîneur des avants de l’Aviron, nous confiait récemment : "Tao, il est capable de s’échapper dans une cabine téléphonique ou de te mettre un cadrage débordement dedans. Aujourd’hui, je pense que c’est un joueur référence de l’Aviron bayonnais."

Top 14 - Filimo Taofifenua (Bayonne) contre Montpellier

Top 14 - Filimo Taofifenua (Bayonne) contre MontpellierRugbyrama

Le match : La demi-finale à Oyonnax

Un scénario irrationnel, une remontée exceptionnelle. En cet après-midi de mai, l’Aviron a certainement réalisé le plus beau renversement de situation de son histoire récente. Après une entame correcte, les hommes de Yannick Bru encaissaient trois essais en dix minutes en fin de première période et étaient menés 27-9 à la pause. Alors qu’on pensait cette demi-finale pliée, les Bayonnais revenaient révoltés dans le second acte. En vingt minutes, ils rattrapaient leur retard et repassaient devant au score. Après une deuxième mi-temps à sens unique, ils remportaient cette demi-finale 34-38 et se qualifiaient pour la finale. Portés par cette incroyable “remontada”, les joueurs de Yannick Bru arracheront le titre une semaine plus tard.

Le titre : Le bouclier de Pro D2, au bout du suspense

D’un coup de pied, Martin Bustos Moyano envoya l’Aviron au septième ciel. La sirène venait de retentir dans un stade du Hameau rempli à ras bord et l’Argentin avait, face à lui, la balle du titre. L’arrière de Bayonne ne tremblait pas pour sa dernière tentative sous ces couleurs et plongeait toute une ville dans la folie. L’Aviron venait de décrocher son premier titre de champion de France depuis 1943.

La défaite qui fait tâche : Le revers à domicile dans le derby basque

Jean-Dauger, le 4 avril dernier. À quatre journées de la fin de la phase régulière, l’Aviron bayonnais, troisième du classement, reçoit le Biarritz Olympique, neuvième. En cas de résultat positif, les ciel et blanc peuvent recoller avec les deux premières places et espérer, ainsi, disputer une demi-finale à domicile. Devant à la pause (8-3), les coéquipiers d’Antoine Battut subissent le retour du BO porté par un Maxime Lucu des grands soirs. Au final, ils s’inclinent pour la première fois de la saison sur leur pelouse, 14-18, et reçoivent un gros coup derrière la tête à un mois des phases finales. Finalement, ils s’en relèveront.

La déclaration

"Ce qui guide tout le staff, c’est la compétitivité de l’équipe et ceux qui jouent aujourd’hui sont tout simplement les meilleurs. Il y avait une envie d’utiliser les jeunes potentiels de l’Aviron en début de saison, mais ce n’était pas une obsession."

Yannick Bru, la semaine avant la finale de Pro D2, à propos de la jeunesse de son équipe sur ces matchs couperets.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés