Icon Sport

Match perdu, match reporté et groupes fermés : ce que dit le nouveau protocole médical de la LNR

Match perdu, match reporté et groupes fermés : ce que dit le nouveau protocole médical de la LNR
Par Leo FaurePar Arnaud Beurdeley via Midi Olympique

Le 26/08/2020 à 13:21Mis à jour Le 26/08/2020 à 13:38

TOP 14 - Alors que certains managers avaient poussé en faveur de matchs forfaits (0 point au classement) pour les équipes présentant des cas positifs, la Ligue a choisi d'opter pour des reports de match.

D'emblée, la LNR prévient : « les dispositions de ce protocole sont établies en considération de la situation sanitaire en date du 25 août 2020 ; elles sont susceptibles de révision à tout moment de la saison en fonction de l’évolution de la situation. » Le document « protocole médical Covid-19 », voté à la LNR mardi soir et applicable pour la reprise des championnats professionnels, n'a donc de valeur qu'à instant T et s'adaptera aux évolutions de l'épidémie. Que recèle ce document ? Tout d'abord, ce point central : « Dans l'hypothèse où 3 cas ou plus sont identifiés à la suite d’un test virologique RT-PCR » réalisé à trois jours du match, la LNR préconise un isolement de 14 jours des cas positifs, des entraînements en petits groupes pour les cas négatifs et, surtout, le report du match prévu le week-end.

Pas d'annulation du match et défaite par forfait (0 point au classement) comme le préconisent certains managers. Le choix de l'équité, donc, en théorie. En pratique, et si l'on en juge par l'hécatombe observée lors de ces matchs de préparation, il pourrait rapidement y avoir un embouteillage de matchs en retard, alors que le calendrier communiqué en juillet par la LNR ne laisse que trois week-ends de disponibles au cours de la saison. Et, donc, une multiplication de matchs en retard disputés en semaine ? C'est à prévoir.

Pour le reste, ce document a posé le cadre médicale pour les joueurs et leur encadrement, en semaine de match. Un cadre qui sera supervisé et arbitré par deux commissions, créées pour l'occasion : une cellule d'urgence « compétente pour prendre les décisions en urgence le jour du match sur la tenue de celui-ci » où siégeront Paul Goze (président de la LNR), Emmanuel Eschalier (directeur général de la LNR) et Richard Cacioppo (directeur des Compétitions et Stades) ; une commission d’expertise Covid-19 « chargée d’examiner toute situation en lien avec la COVID19 » où siégeront quatre personnalités médicales de la LNR : Bernard Dusfour (Président de la Commission médicale de la LNR), Yves Welker (expert infectiologue LNR), Isabelle Pellegrin (expert immunologue LNR), Francis Merle (membre indépendant de la Commission médicale LNR).

Une intégration contrôlée des joueurs espoirs

Si les va et vient entre les groupes espoirs et professionnels étaient jusqu'ici aisé, à la discrétion des entraîneurs de club, ils seront désormais encadrés. Pour « les joueurs du centre de formation n’ayant pas suivi le Protocole Médical de Reprise depuis le début de la reprise d’activité des clubs post-confinement », intégrer le groupe professionnel en cours de saison (et espérer du temps de jeu) se fera après une période tampon de huit jours durant laquelle ils seront soumis à un entraînement individuel « avec travail sous-maximal contrôlé et surveillé », trois tests virologiques à J0, J+5 et J+8, un examen biologique, une sérologie et un examen cardiaque. Un parcours du combattant, en somme, pour des jeunes joueurs qui seront donc souvent bloqués dans la catégorie espoir, sauf cas de force majeure.

Le maintien des tests réguliers

Instaurés depuis la reprise des entraînements, les tests hebdomadaires vont se poursuivre dans les clubs. « Le Groupe Professionnel ainsi que les personnes du club susceptibles de l’accompagner lors d’une rencontre à venir et devant accéder à la « zone sportive sanctuarisée » telle que définie par le Protocole de Gestion des Manifestations doivent faire l’objet d’un test virologique RT-PCR à Match-3 jours (M-3). »

« Match perdu » en cas de non respect du protocole

La menace est claire : « tout club de TOP 14 et de PRO D2 faisant participer à une rencontre un joueur ne respectant pas cette disposition aura match perdu et encourt une sanction financière. » Et pour s'en assurer, la LNR impose aux clubs de transmettre le résultat des tests virologiques pour 17h, la veille de chaque match. Une « attestation match » sera également demandée au plus tard 3 heures avant le match, à chaque médecin de club, qui engage sa responsabilité sur le bon respect du protocole par l'ensemble de son groupe.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés