Icon Sport

MATCH AMICAL - Wenceslas Lauret (Racing 92) : " On joue à la baballe "

Lauret : "On joue à la baballe"
Par Rugbyrama

Le 18/08/2018 à 09:54Mis à jour Le 18/08/2018 à 12:06

MATCH AMICAL - Au terme d’un décrassage de plus de vingt minutes, en marge de la défaite du Racing 92 à Aimé-Giral, le troisième ligne francilien est revenu sur la prestation inaboutie de son équipe sur la pelouse de Perpignan.

Au terme d’un décrassage de plus de vingt minutes, en marge de la défaite du Racing 92 à Aimé-Giral, le troisième ligne francilien est revenu sur la prestation inaboutie de son équipe sur la pelouse de Perpignan.

Au terme de la victoire de l’Usap, ce jeudi soir face au Racing 92, les Catalans ont eu le temps de célébrer leur public avec un tour de stade, de retourner aux vestiaires, de se doucher et de répondre à la presse, que les Franciliens étaient encore à subir le décrassage imposé par leurs entraîneurs et préparateurs physiques. Pendant vingt longues minutes, le groupe du Racing enchaîne les allers-retours dans les 22 mètres. Tout essoufflé, le flanker Wenceslas Lauret est ensuite revenu sur la défaite de ses hommes dans les derniers instants.

Rugbyrama : Wenceslas, simple décrassage ou punition de groupe après ce match amical inabouti ?

Wenceslas Lauret : c’était du travail supplémentaire, parce qu’on a besoin de travailler. On a vu qu’il y a eu beaucoup d’imperfections qui ont été commises de notre part. Peut-être un manque de lucidité. Mais ce qui est sûr, c’est que nous avons beaucoup de points à corriger pour entrer comme il faut dans le championnat contre Toulon.

Comment expliquez-vous les deux visages du Racing dans cette rencontre ?

W.L. : notre visage reflète un peu le match. La première période est très approximative. On arrive à se ressouder en seconde, où on manque tout de même pas mal d’occasions. Mais Perpignan a été assez agressif en défense. Je pense que nous avons eu du mal à conserver le ballon et à mettre notre stratégie en place.

Cette équipe de l’Usap vous surprend-elle ?

W.L. : elle est fidèle à ce qu’elle avait annoncé. C’est costaud, costaud en mêlée, structuré sur les ballons portés où ils nous ont mis en difficulté à la fin du match. Dans le jeu aussi, ils arrivent à occuper tout l’espace et à jouer sur la largeur. Ensuite, c’est une équipe qui maîtrise une très bonne montée défensive sur l’homme. Mais c’est à nous de toute façon, à nous d’être plus appliqués sur nos munitions. C’est ce qui a fait défaut au Racing ce soir, on joue à la baballe, on perd des ballons au contact. Ce manque de conservation a fait qu’on les a mis sur l’avancée, et ils se sont très bien nourris des turnovers pour scorer et être davantage pragmatiques que nous globalement.

Wenceslas Lauret (Racing 92)

Wenceslas Lauret (Racing 92)Icon Sport

" Il y a du positif quand même "

Cette préparation vous a-t-elle de savoir où le Racing se situe à une semaine de la reprise ?

W.L. : savoir où on en est, oui. On sait qu’il y a du travail. Mais ce qui est sûr aussi, c’est qu’il y a du positif quand même. Nous avons réussi à remonter le score en seconde période, alors que la première pouvait laissait croire qu’on allait sombrer. Finalement, le groupe est parvenu à retrouver cet état d’esprit qui a remis tout le monde dans l’avancée. Ça, il faut le conserver et rester appliquer pendant quatre-vingts minutes, et non sur une seule période. Pour le prochain match contre Toulon, c’est d’entrée de jeu qu’il faudra être appliqué.

On dit qu’il ne faut pas rater son début de championnat. C’est encore plus vrai avec le calendrier qui vous attend…

W.L. : toulon, Clermont… c’est plus vrai que jamais oui. Et je pense que tout le monde s’attend à un gros championnat. On le dit partout, et je le pense aussi, il n’y a plus de petites équipes. Celui qui rate le début de championnat peut vite se faire décrocher. Que ce soit à domicile ou à l’extérieur, il faut être prêt pour les premiers matchs et pour récolter des points partout.

L’équipe a-t-elle évolué depuis l’élimination en demi-finale il y a quelques mois ?

W.L. : c’est encore un peu trop tôt pour le dire. La préparation est faite pour se peaufiner. Je pense qu’on en sera davantage sur nous après les premiers blocs de trois, quatre matchs. Ce qui est sûr, c’est que l’on peut avoir des regrets par rapport à notre prestation de ce soir. Mais il faut vite se resaisir car la semaine prochaine, c’est le championnat qui commence. Il va falloir être prêt pour entrer dans le « game » comme on dit (rires).

Propos recueillis par Emilien VICENS

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0