Other Agency

Bilan 2018 - Anthony Belleau : "Les difficultés de l'équipe de France ne datent pas de cette année"

Belleau : "Les difficultés de l'équipe de France ne datent pas de cette année"

Le 25/12/2018 à 09:29Mis à jour Le 25/12/2018 à 09:32

BILAN 2018 - Le jeune demi d'ouverture du RCT a connu une année mouvementée aussi bien avec son club qu'en équipe de France. Il revient sur les faits marquants de 2018.

Rugbyrama : Sur le plan personnel, comment avez-vous vécu cette année 2018 ?

Anthony Belleau : Comme les années précédentes, il y a eu un peu de tout avec des hauts et des bas. Je continue de travailler pour progresser pas après pas. Ce n'est jamais linéaire dans une carrière. Il y a toujours des choses à améliorer. Je pense gagner de l'expérience match après match que ce soit en coupe d'Europe, en championnat ou avec l'équipe de France. Je crois au travail au quotidien que ce soit pour la technique, la tactique...

2018, restera l'année où vous avez prolongé au RCT. Pourquoi ce choix ?

A.B. : C'est toujours mieux de savoir où l'on va. Désormais à moi de rester concentré et de travailler. Il y a un beau projet au RCT. Après les belles années vécues ici, il y a un peu de tergiversation pendant un temps. Mais désormais, je crois que le club est en train de reconstruire quelque chose. Je crois en cela, j'ai envie de m'inscrire pleinement dans ce beau projet qui a été mis en avant. Nous vivons une année un peu dans le dur, mais tout ça nous rendra plus fort. On se souviendra de cette période. Des conditions d’entraînement pas terrible, du fait que l'on n'a pas de moyens de récupération... cela va nous rendre plus forts quand on commencera à remettre les choses en place.

Top 14 - Anthony Belleau (Toulon) remettant un cadeau de Noël après la victoire contre Lyon

Top 14 - Anthony Belleau (Toulon) remettant un cadeau de Noël après la victoire contre LyonIcon Sport

Une année 2018 compliquée au RCT mais également en équipe de France. Comment analysez-vous cela ?

A.B. : En équipe de France, les difficultés ne datent pas seulement de cette année. Ce n'est pas évident, mais je reste optimiste, il y a eu des choses positives, sur la dernière tournée notamment, sans parler du dernier match face aux Fidji, mais également lors du dernier Tournoi. Nous ne sommes pas loin, même s'il reste beaucoup de points à travailler. Des choses se mettent en place, même s'il n'y a pas de recette miracle.

Quel(s) match(s) vous ont marqué durant cette année ?

A.B. : Il y en a beaucoup. Notre barrage face à Lyon a été un gros coup d'arrêt. Être éliminé, comme ça à domicile en quart de finale... Nous avions l'ambition d'aller plus loin, ça met un gros coup. Le quart de finale face au Munster n'était pas évident également, mais dans l'atmosphère, l'ambiance, découvrir ce stade et cette ferveur ça reste gravé. Ces matchs ne se jouent pas à grand chose, il en sort aussi beaucoup de frustration. Dans la même veine, je peux citer aussi le match face à l'Irlande avec l'équipe de France où nous perdons à la dernière minute. Mais il y a aussi eu de bons moments et j'espère en vivre d'autres.

Josua Tuisova (Toulon) contre le Munster

Josua Tuisova (Toulon) contre le MunsterIcon Sport

Malheureusement, l'année a également été dramatique avec trois décès. Comment avez-vous vécu cela ?

A.B. : Ça fait réfléchir. On se dit que ça pourrait aussi nous arriver. En premier lieu, je suis très attristé par ces trois décès. Je connaissais un peu Louis, c'est terrible d'apprendre ces nouvelles-là. C'est compliqué. Notre sport reste un sport de combat malgré tout, mais il faut essayer de prendre en compte tout cela et en tirer des mesures pour renforcer la sécurité des joueurs. Même si, malheureusement, je pense que le risque zéro n'existe pas. On a été touché trois fois, c'est triste. Il faut une réelle réflexion et nous espérons tous que cela ne se reproduira pas. Nous nous y sommes au quotidien et quand on apprend ça, ça fait réfléchir, on se dit qu'il suffit d'un mauvais choc. Cela a marqué cette année, en espérant que ça ne se reproduise pas.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0