Getty Images

Top 14 - Toulouse : Mermoz en approche

Toulouse : Mermoz en approche

Le 29/05/2018 à 17:54Mis à jour Le 29/05/2018 à 18:04

En quête d’un trois-quarts centre Jiff, les dirigeants toulousains seraient sur le point de trouver un accord avec l’international français Maxime Mermoz.

Dix ans après son départ du club où il a été formé, le trois-quarts centre international Maxime Mermoz (31 ans ; 35 sélections) pourrait effectuer son retour au Stade toulousain. Vendredi dernier, Midi Olympique révélait les contacts avancés entre les deux parties. Les discussions sont effectivement en très bonne voie et l’accord pourrait être rapidement acté.

Essai de Maxime MERMOZ - Toulon / Toulouse

Essai de Maxime MERMOZ - Toulon / ToulouseIcon Sport

Depuis que les dirigeants stadistes ont compris les velléités de départ de Gaël Fickou, à qui ils avaient pourtant soumis une importante proposition de prolongation, le président Didier Lacroix et ses équipes ont sondé le marché. Pour Fickou, l’accord de libération a été trouvé en début de semaine dernière avec le Stade français où le joueur s’est engagé pour au moins cinq ans pour un montant compris entre 700 000 et 800 000 euros. Et, avec le départ de Yann David (Castres) et l’arrêt de Florian Fritz, il fallait absolument recruter un joueur Jiff. Plusieurs noms ont été évoqués mais c’est la piste Mermoz qui a vite été retenue.

Une carrière à relancer

L’ancien Bleu avait donc quitté le Stade toulousain en 2008 pour rejoindre Perpignan avec qui il était devenu champion de France en 2009. Il était ensuite parti à Toulon en 2012, avec qui il a remporté trois Coupes d’Europe (2013, 2014 et 2015) et un nouveau bouclier de Brennus (2014). Mais, en partie victime de la concurrence sur la Rade, le finaliste du Mondial 2011 avait choisi de s’exiler en Angleterre.

Maxime Mermoz (Newcastle)

Maxime Mermoz (Newcastle)Icon Sport

D’abord à Leicester en janvier 2017, durant six mois, avant de s’engager à Newcastle pour la saison qui vient de s’achever. Aux Falcons, Mermoz a connu des problèmes de santé (crises de vertiges) qui l’ont tenu éloigné pendant plusieurs mois même s’il a retrouvé du temps de jeu en deuxième partie d’exercice. Les dirigeants anglais seraient prêts à le libérer.

Du coup, l’opportunité de revenir en Top 14, qui plus est dans son club formateur, serait une occasion pour lui de relancer sa carrière. Si sa signature à Toulouse se confirme, il renforcera un secteur de jeu qui compte à ce jour Pierre Fouyssac (qui arrive d’Agen), Jarrod Poï (qui doit confirmer les espoirs placés en lui) et Pita Akhi (recruté au Connacht).

Contenus sponsorisés
0
0