Icon Sport

Toulouse-Castres - Ramos : "J’aurai un peu la boule au ventre vendredi avant de dormir"

Ramos : "J’aurai un peu la boule au ventre vendredi avant de dormir"
Par Rugbyrama

Le 17/05/2018 à 16:01Mis à jour Le 17/05/2018 à 16:12

La jeune révélation du Stade Toulousain va disputer contre Castres son premier match de phases finales en Top 14. Sans pour autant céder à une trop grande pression mais tout en reconnaissant qu’une défaite samedi lui laisserait un goût d’inachevé.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Rugbyrama : Thomas, après deux défaites face Castres en Top 14 est ce que tout a été gommé avant ce match ?

Thomas Ramos : Tout gommé non, on a toujours a l’esprit qu’on a perdu deux fois contre eux cette année. Après , on sait que c’est un match de phases finales donc on repart à zéro et on se sert de nos deux défaites pour travailler dessus, voir où on a été défaillants. Mais on ne se met pas la tête à l’envers en se disant qu’on va perdre une troisième fois contre eux.

Comment abordez-vous ce barrage, qui est ton premier en Top 14 ?

T.R : Je suis très content de jouer mais je ne me mets pas plus de pression que ça. Ca va être un match important, mais comme beaucoup de confrontations en Top 14 aujourd’hui. Tous les week-end, ce sont des matches difficiles et accrochés. Je pense malgré tout que j’aurai un peu la boule au ventre demain soir avant de dormir, mais sinon je ne me mets pas plus de pression inutile.

Thomas Ramos  - Castres vs Toulouse

Thomas Ramos - Castres vs ToulouseIcon Sport

Comme le montre les statistiques, c’est un vrai avantage de recevoir lors d’un match de barrage. Est-ce que vous sentez que ça va être une force pour vous ?

T.R : On verra après le match si ça a été un avantage (rires). J’espère que le public sera présent, comme on le lui a demandé pendant toute cette semaine. Mais de notre coté, on essaie de se concentrer avant tout sur notre jeu, de faire abstraction de tout ce qui peut se passer autour. C’est un match de phases finales donc les Castrais vont aussi être très motivés, en plus ce n’est pas très loin de chez eux, ils pourront donc compter sur leurs supporters.

Est ce qu’il y a une atmosphère particulière depuis quinze jours au Stade, ou rien n’est changé ?

T.R : Non, je n’ai pas l’impression qu’on ait changé beaucoup de choses, que ce soit dans notre préparation ou notre façon de vivre au quotidien. On sent quand même que l’enjeu commence à arriver, mais on ne se met pas la pression depuis quinze jours, on profite surtout de ces deux semaines pour régler les derniers détails.

Thomas Ramos (Stade toulousain)

Thomas Ramos (Stade toulousain)Icon Sport

Est-ce que vous avez travaillez en particulier certaines choses à l’entrainement pendant ces deux semaines ?

T.R : Le temps a été assez difficiles pendant cette période de préparation donc on a essayé de faire assez court et efficace. On a du coup aussi fait pas mal de vidéo pour voir ce qui n’a pas été au point cette saison ou pour étudier le jeu de Castres plus en profondeur. Mais ce sont quand même des semaines comme les autres. Tous les week-end en championnat on doit analyser nos erreurs passées et le jeu de notre futur adversaire.

Qu’est ce que vous pouvez nous dire par rapport à Castres, qui est une équipe très forte pour faire déjouer ses adversaires ?

T.R : On essaie tous de s’adapter à l’adversaire pour le faire déjouer. Mais c’est vrai que Castres est une équipe très compétitive, avec notamment une troisième ligne puissante et une charnière capable de gagner des matches à elle seule. C’est une équipe complète qui n’est pas là pour rien, ils ne doivent leur qualification qu’à leur efficacité sur le terrain. A nous de rester concentrés pour pouvoir les battre.

Est-ce qu' après la saison compliquée de l’année dernière, celle-ci est déjà réussie ou ça ne vous suffit pas ?

T.R : Je pense que tout compétiteur et plus particulièrement tout joueur de rugby n’a pas envie de s’arrêter en barrages. C’est sûr que la saison passée il y a eu ces mauvais résultats, mais je pense que c’était surtout une erreur, comme le montre notre troisième place cette année. On n’est pas prétentieux au point de dire qu’on veut aller à tout prix au bout. Mais si on perd ce week-end je ne suis pas sûr que l’effectif soit finalement satisfait de sa saison.

Wandile Gabada Mjekevu - Stade Toulousain avec Gael Fickou et Yoann Huget (Stade Français-Stade Toulousain)

Wandile Gabada Mjekevu - Stade Toulousain avec Gael Fickou et Yoann Huget (Stade Français-Stade Toulousain)Icon Sport

Est-ce qu’on peut ajouter une notion de derby à ce barrage ?

T.R : Pour moi ce match a un peu un visage de derby puisque je viens du Tarn. Mais après ici à Toulouse je n’ai pas trop l’impression qu’on cultive ce mot là lors des rencontres face à Castres.

Pour toi qui est originaire du Tarn et qui porte le maillot du Stade Toulousain, est-ce que chaque match contre Castres revêt quelque chose de particulier ?

T.R : Je ne peux pas dire que ça ait quelque chose de particulier puisque je n’ai jamais joué là-bas. Mais j’ai déjà joué contre eux quand j’étais plus jeune, alors que je portais les couleurs de Mazamet. C’est vrai qu’à cette époque nous étions les « petits » et nous voyions Castres comme la grosse équipe du coin. On avait à coeur de faire un bon match contre eux, mais aujourd’hui je ne me mets pas plus de pression parce que je suis face à Castres. Ce qui est certain, c’est que ça me fait toujours plaisir de disputer un match face à eux.

Pour finir, que représente pour toi Florian Fritz, qui va peut être jouer son dernier match samedi ?

T.R : Je l’ai connu il y a trois ou quatre ans déjà. Je ne vous cache pas que j’ai pris quelques tartes par lui (rires), mais sinon humainement c’est quelqu’un qu’on écoute quand il parle et qu’on a envie de suivre. Le fait qu’on ait déjà célébré son départ il y a quelques semaines nous aide à évacuer le fait que ce soit potentiellement son dernier match. Même lui n’y pense pas trop, il est concentré sur le match et il a laissé tout ça de coté.

Propos recueillis par Rafael Sadaca

Contenus sponsorisés
0
0