Icon Sport

Top 14 - William Servat : "On a un sentiment d’inachevé"

Servat : "On a un sentiment d’inachevé"
Par Rugbyrama

Le 31/08/2018 à 16:34Mis à jour Le 31/08/2018 à 16:38

TOP 14 - Après ce match nul, décroché in extremis face au LOU Rugby grâce à Thomas Ramos, les hommes de William Servat se préparent à affronter l’un des promus au Top 14, Grenoble, qui, le week-end dernier, a bien failli arracher une première victoire aux puissants Rochelais. Pour l’entraîneur toulousain l’heure est à la concentration.

Rugbyrama : Que vous est-il arrivé à Lyon ?

William Servat : Démarrer ce championnat par un déplacement à Lyon n’était pas évident, c’est un de nos concurrents directs pour l’accession aux premières places. Il est vrai que l’on appréhendait ce déplacement, on sortait d’un long cycle de préparations physiques, de remise en jeu, et d’intégration des nouveaux joueurs. C’est vrai qu’on a un sentiment d’inachevé parce qu’on a eu, à un moment donné dans le match, les cartes en main pour faire mieux. Mais malgré tout, les 5 dernières minutes, on aurait pu perdre ce match. Ramener deux points, en jouant à l’extérieur sur une première journée de championnat, ça reste positif.

Abordez-vous ce match contre Grenoble, de la même façon que tous les autres ?

W.S. : Oui, exactement de la même manière. Nous savons que Grenoble est le promu, qu’il a failli faire un résultat en déplacement chez l’une des grosses écuries du championnat. Il n’était pas passé loin, si ce n’est de l’exploit, de la victoire. C’est une équipe qui a conscience de ses capacités. À Grenoble ce sera, je pense, une très belle fête, ils goûtent de nouveau au Top 14 et ce sera leur premier match à la maison, donc pour nous ce sera très difficile comme combat. Les joueurs sont préparés à ça, il n’y a plus qu’à ...

Que devez-vous craindre de cette équipe fraîchement arrivée de Pro D2 ?

W.S. : Si on faisait référence à un Grenoble des années passées, c’est quand même la puissance avec des joueurs assez imposants physiquement, qui gagnent leurs duels et créés de l’avancée. Chez eux c’est culturel, ils sont vraiment dans ce registre-là, et il est certain c’est une équipe difficile à manœuvrer.

Les petits promus sont-ils capables de créer la surprise selon vous ?

W.S. : Complètement, le rugby est un sport de combat et ça résume l’enjeu de la partie. On se rend compte que les équipes qui sont, entre guillemets, pas favorites sur le papier réussissent, avec beaucoup de cœur et le bon état d’esprit, à faire des choses incroyables. Parfois celles qui au départ ne pouvaient pas se qualifier la saison passée, finissent par remporter le bouclier de Brennus avec un état d’esprit irréprochable. Toutes les équipes se nourrissent de ça et tout le monde a les moyens de remporter de grandes victoires.

Est-ce que le staff a lui aussi trouvé ses marques en ce début de saison ?

W.S. : On a un bon équilibre. Il n’est pas toujours facile de travailler quand on est trop nombreux, mais je crois que tout le monde a trouvé sa place. Je n’utiliserais pas le terme pompeux de second souffle, mais ça ramène de la fraîcheur d’avoir de nouveaux avis.

Propos recueillis par Fanny Roustan

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0