Rugbyrama

Top 14 - Toulouse, promesse est dite

Toulouse, promesse est dite

Le 08/08/2018 à 15:36Mis à jour Le 09/08/2018 à 14:23

TOP 14 - Après son stage en Andorre la semaine dernière, le Stade toulousain va disputer le deuxième de ses trois matchs de préparation, ce jeudi soir à Perpignan. L'occasion de faire un point sur l'appropriation des systèmes de jeu par les joueurs, avant d'entamer officiellement une saison qui doit confirmer les espoirs de la précédente.

Ce jeudi soir, à Perpignan, le Stade toulousain va définitivement basculer dans une nouvelle phase de sa préparation. La dernière ligne droite avant la reprise du championnat, un peu plus de deux semaines plus tard. Et ceci alors que les troupes de Régis Sonnes et Ugo Mola ont effectué un stage intensif sur la mise en place du système de jeu, la semaine passée en Andorre. "Il vient à point nommé, pour commencer à travailler dans le détail", notait alors le troisième ligne François Cros.

Le Top 14 va vite arriver, avec deux sorties d'entrée à Lyon et Grenoble. "Pas question de gaspiller quoi que ce soit, il faudra être prêt." En effet, le club qui a refait la pelouse d'Ernest-Wallon à l'intersaison avait demandé à débuter son exercice à l'extérieur, ce qui ne lui laisse aucun répit lors des journées inaugurales. Il y a pourtant eu du changement et des innovations cet été, à commencer par la composition de l'encadrement technique, avec l'arrivée de Sonnes comme entraîneur principal aux côtés de Mola, chargé du jeu d'avants et de la défense. "J’essaye d’amener de l’enthousiasme même si les joueurs en ont déjà pas mal, sourit l'intéressé. Mon premier but est de m’intégrer au mieux dans le staff et d'apporter mon expérience."

" Un gros renouvellement d'effectif"

Ce deuxième match amical va donc donner des réponses importantes quant à l'appropriation du projet de jeu par les joueurs, que le staff veut ambitieux. Car le premier perdu, voilà deux semaines dans le cadre du derby avec Colomiers, avait un aspect anecdotique pour l'équipe professionnelle tant elle était amputée d'une grande partie de ses hommes.

Top 14 - Régis Sonnes (Entraineur principal)

Top 14 - Régis Sonnes (Entraineur principal)Rugbyrama

Encore une fois, les entraîneurs veulent d'abord se concentrer sur les attitudes et la copie rendue avant d'évoquer les résultats attendus. "C’est une saison différente qui se présente, avec des joueurs clés qui ont quitté le groupe, ce qui oblige à en repositionner d’autres parmi les leaders, explique Sonnes. Il y a une compétition nouvelle à gérer avec un effectif assez jeune. Les premiers objectifs se traduisent en termes de contenu, à savoir renforcer ce qui était bon et améliorer les autres domaines." Son adjoint William Servat, spécialiste du secteur de la mêlée, va dans le même sens : "Il y a eu un gros renouvellement d'effectif, avec des monuments du club qui ont arrêté leur carrière ou d'autres qui sont partis, mais le but est d'aller encore plus loin et d'être encore plus précis." Car la précédente saison, si elle a pris fin sur une déception avec cette défaite à domicile en barrage, a accouché de promesses et d'espoirs.

" Revenu à une certaine place"

Aujourd'hui, les Stadistes veulent croire que l'expérience de cette douloureuse défaite contre Castres aura fait grandir un groupe alors en manque de maturité. Ceci dans un championnat de plus en plus compétitif. "La principale évolution depuis que j'ai quitté le Top 14 (en 2016, N.D.L.R.), c'est le niveau, rappelle Sonnes. Quatorze équipes sont potentiellement qualifiables. Ce n’est pas ce que j’ai connu à l'époque où j'entraînais Bordeaux." Pour autant, les Toulousains entendent confirmer leur rebond des derniers mois et donc leur position sur l'échiquier du rugby français. " La saison passée, le Stade toulousain est revenu dans le top 3 ou 4", donc il a retrouvé une certaine place, reprend Sonnes.

Charlie Faumuina - Toulouse

Charlie Faumuina - ToulouseIcon Sport

"On doit arriver à la maintenir. Il faudra être bons sur la régularité des performances." Et, en ce sens, William Servat compte sur l'équilibre désormais trouvé après plusieurs saisons de transition générationnelle : "Il y a de la fraîcheur dans ce groupe, mais aussi un gros vécu avec des joueurs comme Richie Gray, Jerome Kaino, Charlie Faumuina ou nos internationaux samoans (Joe Tekori et Piula Fa'asalele, N.D.L.R.). Quelques garçons sont encore jeunes mais en ont déjà aussi, comme Antoine Dupont qui est en voie de reprise et qui pourrait revenir un peu plus rapidement que prévu. Je trouve qu'il y a un joli mélange entre l'insouciance de certains et l'expérience d'autres."

Contenus sponsorisés
0
0