Icon Sport

Top 14 - Toulouse, la renaissance

Toulouse, la renaissance
Par Rugbyrama

Le 13/06/2018 à 17:53

Après 41 ans de participation, le Stade toulousain a connu une saison blanche en 2016/2017. Cette année, il est revenu sur le devant de la scène au terme d’un exercice convaincant, malheureusement entaché d’une élimination en barrage.

Le fil de la saison : une vraie facilité à voyager

Au-delà de son inconstance à domicile, si le Stade toulousain a fini à la 12e place la saison dernière, il le devait aussi à son incapacité à voyager hors de ses terres. Lors du précédent exercice, les Toulousains ne s’étaient imposés seulement qu’à 2 reprises à l’extérieur. Une défaillance qu’Ugo Mola et son staff ont bien réussi à corriger cette saison. Avec 5 victoires et 1 nul en 13 matchs, ils sont la deuxième équipe la plus performante dans ce domaine derrière le Racing. En allant gagner des matchs, comme à Lyon, les joueurs de la ville rose ont pu compenser les deux faux pas concédés cette saison à Ernest-Wallon face aux mêmes Lyonnais ou face à Castres.

Rynhardt Elstadt contre Lyon

Rynhardt Elstadt contre LyonIcon Sport

La stat : 88%

Ce qui a fait la force de Toulouse cette saison, c’est sa capacité à exploiter à merveille les ballons de récupérations. En bonifiant chaque turnover, les coéquipiers de Florian Fritz ont profité des erreurs de l’adversaire pour breaker les lignes adverses. Mais pour arriver à cette fin, les Stadistes se sont appuyés sur une défense de tous les instants. En effet, avec 88% de taux de réussite au plaquage et 467 plaquages offensifs, ils sont parmi les meilleurs élèves du championnat dans cet exercice. Avec seulement 10% de plaquages ratés sur l’ensemble de la saison, le taux le plus bas du Top 14, les Toulousains ont prouvé que leur rideau défensif était plus qu’imperméable cette année.

Facteur X : le recrutement

Après avoir terminé à une triste 12e place la saison dernière, le Stade toulousain avait décidé d’opérer un renouvellement à l’intersaison. Au sein de l’effectif, le club de la ville rose en laissant partir des joueurs tels que Thierry Dussautoir, Grégory Lamboley, Census Johnston ou encore Patricio Albacete, avait pour objectif de rajeunir un effectif vieillissant. Des départs combinés avec l’arrivée de jeune joueur comme Cheslin Kolbe ou Antoine Dupont. Un recrutement intelligent puisque certains joueurs, comme Rynhardt Elstadt, ont explosé pour leur première saison avec le maillot "rouge noir".

Cheslin Kolbe (Toulouse)

Cheslin Kolbe (Toulouse)Icon Sport

La révélation : Thomas Ramos

De retour de prêt de Colomiers, Thomas Ramos a grandement participé à la bonne saison toulousaine. Très bon dans le jeu au pied, le jeune joueur a permis au Stade toulousain d’être performant dans ce secteur de jeu. En perdition face aux perches lors du précédent exercice, les Toulousains ont remonté la pente cette saison, grâce notamment à la botte de son arrière polyvalent. À seulement 21 ans, Thomas Ramos incarne le futur du club "rouge et noir", malgré une pâle performance en barrage face à Castres, l’ancien Columérin, pour sa première saison dans le Top 14, a réalisé quelques grosses performances.

La déception : la défaite en barrage

Cette année, les Toulousains renouaient avec les phases finales après une saison blanche en 2016/2017. Pour cette rencontre les "rouge et noir" se sont inclinés devant leur public face aux voisins castrais. Mais au-delà de l’élimination, c’est bien la manière qui a fortement déçu. Souvent, sur courant alternatif les Stadistes ont connu de nombreux trous d’air dans les matchs de la saison régulière. Des trous d’air qui leur ont parfois coûté la rencontre comme face à Lyon à domicile. Lors de ce barrage, les "rouge et noir" ont réalisé le seul non-match de toute leur saison. En passant complètement à côté de l’événement, les hommes d’Ugo Mola sont sortis par la petite porte.

Par Clément Gay

Contenus sponsorisés
0
0