Icon Sport

Top 14 - Romain Briatte (Agen) : "Faire aussi bien que l'an dernier"

Briatte : "Faire aussi bien que l'an dernier"

Le 27/06/2018 à 08:56

Débarqué d'Aurillac et joueur d'Agen pour les deux prochaines saisons (plus une en option), le troisième ligne Romain Briatte fait partie des nouveaux visages du vestiaire lot-et-garonnais.

L'Auvergnat pure souche, originaire de Riom, qui a fait ses classes dans les catégories jeunes de l'ASM Clermont Auvergne est revenu sur "la rentrée des classes" et la reprise des entraînements qui ont eu lieu ce lundi du côté d'Armandie.

Romain, qu'est qui vous a poussé à rejoindre le SUA ?

Romain Briatte : J'ai eu envie de gravir et de grimper un échelon. J'étais au Stade aurillacois pendant quatre ans. J'ai eu envie de voir plus loin et plus haut. J'ai eu la chance d'être contacté par Mauricio Reggiardo assez tôt au cours de la saison dernière. Mon choix a été vite fait, on en a discuté avec ma compagne et nous n'avons pas mis longtemps à nous décider. Je suis très content d'intégrer le SUA et j'espère que nous ferons aussi bien que l'année dernière voire mieux.

Vous avez signé assez tôt dans la saison, sans savoir que le club se maintiendrait en Top 14...

R.B. : C'est vrai que je ne connaissais pas toutes les données mais le SUA c'est quand même quelque chose. Quand j'étais petit, je me souviens que c'est une équipe qui se battait pour des titres. Lorsque Mauricio m'a contacté, je n'ai pas hésité. Même si éventuellement ça aurait pu descendre en Pro D2 j'aurais signé et cela aurait été un plaisir d'essayer de remonter directement avec eux. Il n'y avait pas de problème là-dessus.

Quitter un club lorsqu'on est capitaine comme vous l'étiez à Aurillac, ce n'est pas trop dur ?

R.B. : C'est sûr que ce n'est pas facile. J'ai passé quatre saisons à Aurillac, je m'y suis fait des amis. En fait, j'ai été vice-capitaine plus souvent que capitaine, derrière Maxime Petitjean les saisons précédentes et Paul Boisset l'an dernier. Le président d'Aurillac (Christian Millette, N.D.L.R) et les entraîneurs (Thierry Peuchlestrade et André Bester N.D.L.R) ont compris ma décision et m'ont laissé venir à Agen. Ça m'a fait un petit pincement au cœur car c'est la première fois que je change de club professionnel. Mais je me dis aussi qu'il faut prendre ce qu'il y a à prendre. Je n'aurais peut-être pas deux cent occasions comme ça.

Romain Briatte - Aurillac

Romain Briatte - AurillacIcon Sport

Quel rôle allez-vous jouer dans le vestiaire en raison des responsabilités que vous avez déjà eu par le passé ?

R.B. : Je vais déjà apprendre à connaître l'ensemble de l'équipe. Après, ça viendra tout seul. Si il faut accompagner des gars, je pense notamment aux plus jeunes de l'équipe puisque l'effectif est très jeune, il n' y aura pas de souci. Je sais qu'il y a des pièces maîtresses dans l'équipe. Il est hors-de-question que je les dérange. Il y aura une entraide entre nous et ce sera avec grand plaisir que j'apporterai mon aide et mon savoir-faire.

Le fait qu'il n' y ait pas beaucoup de recrues, est-ce que cela va faciliter votre intégration ?

R.B. : En effet, nous ne sommes que neuf recrues et je pense que ça va aller très vite au niveau de l’assimilation des combinaisons... On ne va pas y rester des heures dessus. Neuf c'est peu mais le recrutement des coachs a été fait de telle sorte pour répondre aux besoins manquants.

C'est votre première saison en Top 14, que représente ce challenge ?

R.B. : C'est une super opportunité. Je vais pouvoir me jauger face aux meilleurs et c'est vraiment excitant. J'ai vraiment hâte de connaître ce championnat (sourires).

Le fait que vous venez remplacer numériquement le poste d'Antoine Erbani, l'ancien capitaine, est-ce que cela vous confère une responsabilité particulière ?

R.B. : Je ne me pose pas la question. On s'est croisé durant le mois de juin dans les infrastructures du club, c'est une très belle personne. Il m'a conseillé, il a commencé à m'apprendre le fonctionnement du SUA. Je sais que je vais avoir du travail pour faire aussi bien que lui.

Quel a été le mot d'ordre de la rentrée ?

R.B. : Il y a de l'exigence. Nous allons devoir être irréprochables pour faire une bonne saison comme l'an passé. Tout le monde doit aller dans le même chemin pour pouvoir effectuer de belles choses. Il faut accrocher le maintien le plus tôt possible et que nous restions invaincus à Armandie.

Contenus sponsorisés
0
0