Icon Sport

Top 14 - Matthieu Jalibert : "La deuxième année sera la plus dure"

Jalibert : "La deuxième année sera la plus dure"
Par Rugbyrama

Le 07/08/2018 à 09:33

Le jeune demi d’ouverture d’ouverture de l’UBB est de retour à l’entraînement après une grave blessure au genou en février dernier. Il raconte comment il à vécu la fin de saison dernière et se confie sur le nouvel état d’esprit bordelais version 2018/2019.

Rugbyrama : Matthieu, comment se passe la préparation du côté de Bordeaux ?

Matthieu Jalibert : De manière idéale! Cela fait plaisir d’être de retour à l’entraînement pour une nouvelle saison, d’autant que tout le monde revient vraiment avec l’envie de se surpasser pour tirer l’équipe vers le haut. Nous travaillons super bien avec les gars depuis le début de la préparation, de manière plus intensive. Il y a vraiment un élan de fraîcheur et un état d’esprit excellent qu’on avait pas vu à l’UBB depuis longtemps.

Où en êtes-vous de votre blessure au genou contractée en février dernier face à l’Irlande ? N’y a t-il pas un peu d’appréhension ?

M.J : Je suis aujourd’hui totalement opérationnel. Déjà en fin de saison dernière, nous avions pris avec le staff la décision de ne pas me faire reprendre pour les derniers matches du championnat afin de me préserver mais j’aurais sans doute pu jouer. Il y avait un risque et j’ai préféré effectuer une préparation dans les meilleures conditions. Aujourd’hui, j’ai vraiment retrouvé la plénitude des mes moyens. Je n’ai plus aucune gêne ni douleur, j’ai de supers sensations..

Justement cette blessure vous a fait rater la suite du tournoi et une possible tournée d’été, mais aussi probablement la coupe du monde U20 lors de laquelle la France à été sacrée. Cela n’a t-il as été trop dur à encaisser ?

M.J : Bien sûr qu’en tant que compétiteur, on a toujours envie de jouer, encore plus pour des échéances pareilles. Mais, déjà, je n’étais assuré de jouer aucune de ces compétitions. Même si je n’avais pas été blessé. Ensuite, je risquais une rechute. Évidemment que, quand tu as goûté au maillot bleu, tu as envie d’y retourner encore et toujours. Mais je suis jeune et il faut voir plus loin. Je me devais de ne pas reprendre trop tôt. C’était la bonne décision à prendre.

Matthieu Jalibert - Bordeaux

Matthieu Jalibert - BordeauxIcon Sport

L’an dernier, vous vous êtes imposé comme l’une des pépites de l’UBB. Vos objectifs sont-ils désormais revus à la hausse ?

M.J : D'après moi, je n’ai encore aucune légitimité pour dire cela. Je suis jeune et j’ai encore beaucoup de choses à apprendre. Je savoure chaque instant ici mais il ne faut pas se précipiter. La deuxième année sera la plus dure car c’est celle de la confirmation. Je dois d’abord retrouver les pelouses du Top 14, faire de bonnes performances et les objectifs en découleront ensuite.

Vos qualités de vitesse de course et d’exécution sont-elles quelque chose que vous travaillez particulièrement ?

M.J : Je ne vais pas me cacher, ce sont mes points forts et elles me permettent de pratiquer le rugby que j’aime, fait de vitesse et de prises de risques en attaquant la ligne, mais aussi de distribution autour de moi. Mais je cherche aussi à bosser d’autres aspects du jeu, afin d’apprendre à trouver le juste milieu entre ce jeu à outrance et la gestion. Pour m'aider, le club a recruté un maître en la personne de Brock James. Il m’aide beaucoup pour faire évoluer mon jeu.

Sur un plan plus collectif, vous partirez pour un stage de préparation exceptionnel à Durban, en Afrique du Sud. Qu’est-ce que cela peut vous apporter ?

M.J : Nous allons disputer un match contre les Sharks dans un contexte particulier car nous n’avons pas l’habitude de faire des voyages aussi longs avec l’équipe. Je ne connais pas encore le planning précis mais nous devrions aller dans les villages pauvres du Natal afin d'essayer de redonner le sourire aux enfants locaux. Et, surtout, prendre conscience de la chance que nous avons d’être rugbymen professionnels et de gagner bien nos vies, comparé à la pauvreté qui peut exister là-bas. Cela devrait être avant tout un séjour exceptionnel sur le plan humain, je pense. Après ça, les liens du groupe seront resserrés.

Propos recueillis par Théo Fondacci

Contenus sponsorisés
0
0