Getty Images

Top 14 - Les promus accélèrent leur marché

Les promus accélèrent leur marché

Le 20/05/2018 à 20:03

Les deux futurs pensionnaires de Top 14 Grenoble et Perpignan cherchent actuellement à densifier leur effectif en vue de la saison prochaine.

L'Usap se renforce devant

L’Usap version 2018-2019 prend progressivement forme. Sacré champion de France de Pro D2 il y a deux semaines, le club sang et or est en train d’accélérer son recrutement. Les renforts concernent principalement le paquet d’avants pour l’heure. L’Usap va enregistrer les renforts du talonneur de Bayonne Manu Leiataua (31 ans, 12 sélections) et du deuxième ligne de Pau Masalosalo Tutaia (34 ans, 1 sélection), tous deux de nationalité samoane. Passé par Aurillac auparavant, Manu Leiataua est réputé pour son dynamisme ; de son côté, l’ancien Montois Masalosalo Tutaia, très peu utilisé par la Section cette saison, est loué pour sa dimension physique et sa capacité à caler les mêlées. Ils prennent la suite des piliers Sylvain Charlet et Eric Sione, du deuxième ligne Johann Van Heerden, du numéro 9 David Mélé et des ailiers Eddie Sawailau et Wandile Mjekevu.

Manu Leiataua (Bayonne)

Manu Leiataua (Bayonne)Icon Sport

En troisième ligne, la piste Camille Gérondeau (30 ans), sans club depuis son renvoi de Clermont, existe mais d’autres pensionnaires de Top 14 sont à l’affût. Le dossier paraît donc compromis. Derrière, le poste de centre reste une priorité. Si l’hypothèse Theo Belan est encore d’actualité, le profil du Castrais Afusipa Taumoepeau (28 ans) plaît aussi aux recruteurs. L’Australien, titulaire lors du barrage gagné par le CO à Toulouse samedi dernier, est sur le départ du Tarn, son année optionnelle n’ayant pas été activée par ses dirigeants en raison des quotas Jiff. Ce trois-quarts percutant, aligné à dix-huit reprises pour deux essais cette saison, est aussi suivi par le Stade toulousain. L’Usap, si elle dispose d’un délai supplémentaire jusqu’au 30 juin pour recruter, ne doit pas traîner pour autant : les bonnes pioches vont se faire de plus en plus rares. Surtout, le club dispose d’enveloppes limitées pour mener son mercato et est contraint de dénicher les meilleurs rapports qualité-prix. Cinq recrues sont encore espérées du côté d’Aimé-Giral.

Grenoble attire Tillous-Borde

Promus depuis une semaine, les dirigeants grenoblois ont déjà quasiment bouclé leur recrutement pour la saison prochaine. Ils ont été à la pêche aux bonnes affaires et ont rapidement dégainé. Dans la semaine, ils ont officialisé les signatures des deux Brivistes : Gaëtan Germain (arrière, 27 ans) et Mike Tadjer (Talonneur, 29 ans) pour deux saisons chacun. Deux premiers renforts de poids qui ont été suivis par d’autres.

Gaëtan Germain

Gaëtan GermainIcon Sport

Si le Lyonnais, par ailleurs très bon vendredi soir à Toulon, Taiasina Tuifu’a (33 ans) qui évolue en huit s’était engagé il y a plusieurs semaines, ce week-end, c’était au tour de Davit Kubriashvili (pilier, 32 ans) mais aussi de Sébastien Tillous-Borde (demi de mêlée, 33 ans) de donner leur accord pour poursuivre leur carrière aux pieds des Alpes. Kubriashvili était sur les tablettes de plusieurs clubs de Top 14, mais la perspective d’être titulaire au poste de pilier du FCG l’a convaincu. Pour le Toulonnais, Sébastien Tillous-Borde, que le Racing aurait bien enrôlé comme joker médical de Maxime Machenaud, il voulait un contrat sur plusieurs années, car il ne se sent pas encore prêt à prendre sa retraite sportive. Il devrait se rendre dans les prochains jours à Grenoble pour parapher son engagement.

Benjamin Botica

Benjamin BoticaIcon Sport

Un dossier plus épineux est aussi sur le bureau du président grenoblois, Eric Pilaud : le CV de Benjamin Botica d’Oyonnax auteur d’une saison tonitruante avec son club. Son match face aux Grenoblois n’a pas laissé insensibles les recruteurs isérois qui espèrent le faire quitter l’USO. Il est sous contrat et pour le moment les Oyonnaxiens ne souhaitent pas s’en séparer. Le Stade français avait tenté en vain une approche. Le FCG tente sa chance, même si l’absence de clause libératoire ne plaide pas en faveur d’une mutation du fils de Frano Botica.

Contenus sponsorisés
0
0