Midi Olympique

Top 14 - Les premiers mots de Mermoz le Toulousain

Les premiers mots de Mermoz le Toulousain
Par jeremy fadat via Midi Olympique

Le 12/07/2018 à 16:01Mis à jour Le 12/07/2018 à 18:39

Ses jeunes années dans la Ville rose, sa séparation avec le Stade à 21 ans, les leçons qu'il en a tirées et sa motivation au moment de revenir dans son club formateur : Maxime Mermoz se confie, ce vendredi, dans les colonnes de Midi Olympique.

Après deux dernières saisons contrastées en Angleterre, Maxime Mermoz a choisi de se relancer à Toulouse, club où il a été formé et qu’il a quitté à seulement 21 ans. A bientôt 32 ans, le centre international s'est longuement livré dans le Midi Olympique de ce vendredi.

Il évoque notamment la rupture vécue avec le Stade toulousain et se confie sur cette scène traumatisante de la demi-finale de Coupe d'Europe 2008 quand Guy Novès lui avait préféré Yannick Nyanga pour remplacer un trois-quarts : "Je ressentais de la tristesse, de la rage. Je m’étais enfermé dans les toilettes des vestiaires et j’avais pleuré. Yannick Nyanga était venu vers moi, avait eu des mots réconfortants. Sur le coup, c’était dur de marcher la tête haute mais je n’avais pas le droit d’être triste car l’équipe avait gagné. Avec le temps, j’ai appris à relativiser, vu que certains joueurs talentueux n’enfilent même pas le maillot. Cet épisode m’a aidé à grandir, à me construire et à aborder les événements plus sereinement."

Maxime Mermoz - Stade Toulousain

Maxime Mermoz - Stade ToulousainMidi Olympique

Onze ans plus tard, l'ancien joueur de l'Usap et du RCT entend enfin s'épanouir véritablement sous le maillot toulousain. Les expériences et les titres engrangées depuis une décennie l'ont rendu plus fort mentalement. Sa nouvelle approche constitue un atout de taille dans son opération reconquête : "Je suis sorti petit à petit de l’image qu’on m’avait collée. J’ai avancé. Je reviens aujourd’hui et je fais partie des plus anciens. Tant mieux. Ça me donne encore plus envie de m’ouvrir, d’être à l’écoute des jeunes, et aussi d’apprendre eux."

Les dirigeants du club de la Ville rose attendent en tout cas beaucoup de ce pari sur un talent contrarié par des problèmes physiques mais aux qualités intactes : "C’est quand même un joueur qui possède tous les arguments pour évoluer au Stade toulousain, souligne son président Didier Lacroix. C’est évidemment un pari car il a connu certaines saisons plus difficiles mais sa valeur, ses aptitudes sont celles requises pour pratiquer notre jeu. C’est un passeur, avec une superbe vision du jeu. Et il a un côté compétiteur aiguisé."

Contenus sponsorisés
0
0